OGM et augmentation du taux d’herbicide dans le corps

17 novembre 2017 Mis à jour: 21 novembre 2017
FONT BFONT SText size

Les chercheurs ont testé les taux de glyphosate, particulièrement l’acide aminométhylphosphonique (AMPA) dans l’urine de 100 personnes vivant dans le sud de la Californie, sur une période de 23 ans – de 1993 à 2016. Au début de l’étude, très peu de participants avaient des niveaux détectables de glyphosate dans leurs urines, mais en 2016, 70% d’entre eux étaient contaminés. La prévalence de l’exposition humaine au glyphosate a augmenté de 500% au cours de la période d’étude alors que les niveaux réels du produit chimique, en μg/ml, ont augmenté de 1 208%

Le glyphosate, l’ingrédient actif du Roundup de Monsanto, est le produit chimique agricole le plus utilisé de tous les temps. Aux États-Unis, plus de 1,6 milliard de kilogrammes de produits chimiques ont été utilisés depuis 1974. C’est une quantité ahurissante pour un produit chimique agricole, ce n’était qu’une question de temps avant que les vastes implications pour l’environnement et la santé publique soient devenues évidentes.

Monsanto a annoncé que Roundup était ‘biodégradable’ et ‘respectueux de l’environnement’, allant même jusqu’à prétendre ‘laisser le sol propre’,  jusqu’à ce qu’ils soient reconnus coupables de fausses publicités parce que le produit chimique est réellement dangereux pour l’environnement. 2 On le retrouve également de plus en plus chez les personnes à des niveaux alarmants cela, avec des effets inconnus sur la santé humaine.

Une étude révèle une augmentation de 1 200 % du taux de glyphosate

Le glyphosate est utilisé en grande quantité sur des cultures tolérantes au glyphosate GE − c-à-d. Les variétés Roundup Ready − et son utilisation a presque été multipliée par quinze depuis 1996. 4 Le glyphosate est également un outil populaire pour dessécher − ou accélérer le dessèchement − de l’avoine, les chercheurs de l’UCSD notent dans le JAMA que « le Roundup est appliqué comme desséchant à la plupart des petits grains non génétiquement modifiés. Donc, pour les cultures transgéniques et non OGM, le glyphosate se trouve dans ces cultures au moment de la récolte ».

On ne sait pas ce que cela signifie pour la santé humaine mais, en 2017, des recherches distinctes ont révélé que l’exposition quotidienne, à des niveaux ultra-bas de glyphosate pendant deux ans, entraînait une stéatose hépatique non alcoolique (SHNA) chez le rat. 7 Mills a déclaré que le niveau de glyphosate révélé par leur étude JAMA était 100 fois supérieur à celui détecté dans l’étude sur les rats.

En réponse à l’étude sélectionnée, Monsanto n’a pas tardé à dire que les taux déclarés « ne soulèvent pas de problèmes de santé et que le fait que le produit chimique soit détecté dans l’urine est juste une façon pour notre corps de se débarrasser des substances non essentielles. » 8 S’adressant à GM Watch, Michael Antoniou, du King’s College de Londres, avait une autre opinion sur le sujet: 9

« C’est la première étude à suivre longitudinalement le taux de glyphosate sur une période, allant d’avant à après l’introduction des cultures OGM tolérantes au glyphosate. C’est encore un autre exemple illustrant que la grande majorité des Américains actuels ont des niveaux facilement détectables de glyphosate dans leur urine, allant de 0,3 partie par milliard, comme dans cette étude, à dix fois plus – 3 parties ou plus par milliard – détectées par d’autres. »

Ces résultats sont préoccupants, car il y a de plus en plus de preuves démontrant que l’exposition à des herbicides à base de glyphosate en deçà des limites de sécurité réglementaires, peut être dangereuse.

Bien que l’étude JAMA n’ait pas examiné les ramifications potentielles de leurs résultats sur la santé, des études de suivi, y compris un suivi des problèmes hépatiques, sont prévues. Mills est même à la tête du projet de sensibilisation et de recherche sur les herbicides de l’UCSD, qui vise à révéler les effets des aliments transgéniques et des herbicides qui leur sont appliqués, sur la santé. -10

(Global Justice Now)

Les votes de l’UE à l’appui de l’interdiction du glyphosate

Les inquiétudes concernant la toxicité du glyphosate sont en hausse depuis que le Centre international de recherche sur le cancer − CIRC − a déterminé que le glyphosate était un ‘cancérogène probable’, en 2015. En juillet 2017, l’Office of Environmental Health Hazard Assessment (OEHHA) de l’Environmental Protection Agency de Californie a également classé le glyphosate comme substance chimique connue pour causer le cancer, selon la Proposition 65 qui exige que les produits de consommation contiennent des étiquettes d’avertissement.

Pendant ce temps, en mars 2016, dans l’UE, les dirigeants de la Commission européenne se sont réunis pour voter sur le renouvellement d’une licence de 15 ans pour le glyphosate, licence qui devait expirer en juin de la même année. La décision a été prise au milieu d’une opposition croissante alors que plus de 180 000 Européens ont signé une pétition demandant l’interdiction pure et simple du glyphosate. En fin de compte, plus de 2 millions de signatures ont été recueillies contre la remise en circulation du produit chimique.

Toutefois en juin 2016, la Commission européenne a accordé une prolongation de 18 mois au glyphosate pendant qu’ils poursuivaient la révision. En octobre 2017, le Parlement européen a voté en faveur de l’élimination du glyphosate au cours des cinq prochaines années et de son interdiction immédiate pour un usage domestique.

Comme l’a rapporté EcoWatch, Nathan Donley, le chercheur principal au Centre pour la diversité biologique, a noté: 11 « Ce n’était pas seulement un vote contre le glyphosate, c’était un vote en faveur de la science indépendante, un vote contre une industrie qui a manipulé, contraint et souillé la prise de décision indépendante en Europe et dans le reste du monde. »

La manipulation de Monsanto continue

Les inquiétudes croissantes concernant le glyphosate surviennent alors que la réputation de Monsanto continue de décliner régulièrement. Pour commencer, les membres du Parlement européen ont annoncé en octobre 2017 que les employés de Monsanto ne pourraient plus rencontrer les députés, ni assister aux réunions des commissions ni même utiliser les ‘ressources numériques’ à Bruxelles ou au Parlement, les interdictions s’appliquent essentiellement au parlement. 12

Le coup est venu après que le géant de la biotechnologie ait refusé d’assister à une audience organisée par les comités de l’environnement et de l’agriculture, à propos des allégations selon lesquelles Monsanto se livrerait à une ingérence réglementaire, influençant les études sur la sécurité du glyphosate. Une étude a été menée par Gilles-Eric Séralini. L’étude sur l’alimentation à vie , publiée en 2012, a révélé de nombreux problèmes choquants, chez les rats nourris au maïs OGM, rapportant des tumeurs massives et des morts précoces. Les rats, ayant reçu du glyphosate dans leur eau potable, ont également développé des tumeurs.

L’année suivante, l’éditeur a rétracté l’étude en disant qu’elle « ne répondait pas aux normes scientifiques », même si une enquête longue et minutieuse n’a trouvé aucune erreur ou fausse représentation des données. Chose intéressante, entre la publication de l’étude et sa rétractation, la revue avait créé un nouveau poste de rédacteur en chef adjoint pour la biotechnologie; un poste qui a été occupé par un ancien employé de Monsanto. Le rédacteur en chef, de la revue qui a rétracté l’étude, aurait également été payé par Monsanto.

Comme GM Watch l’a rapporté, « les e−mails, rendus publics, montrent que Monsanto était actif dans le processus de rétractation, mais qu’il a essayé de cacher son implication. » 13  Séralini a non seulement réédité l’étude dans une autre revue, il a également posé une action en justice à la fin de 2015, il a gagné deux procès contre certains de ceux qui ont essayé de détruire sa carrière et sa réputation. Il est également devenu clair que la société a peut-être travaillé avec un représentant de l’EPA des États-Unis pour arrêter les enquêtes sur le glyphosate.

Jess Rowland, qui était à l’époque directrice adjointe du Bureau de la sécurité chimique et de la prévention de la pollution et présidente du Comité d’examen de l’évaluation du cancer (CRAC), a aidé à stopper une enquête sur le glyphosate menée par l’Agence des substances toxiques (ATSDR),  au nom de Monsanto.

Monsanto se bat pour mettre encore plus de poisons dans les aliments

Comme si l’attaque environnementale par le glyphosate ne suffisait pas, Monsanto a maintenant publié Roundup Ready Xtend associé à un autre herbicide, le dicamba, pour le coton et le soja qui sont des plantes transgéniques conçues pour tolérer le glyphosate. Le dicamba est utilisé par les agriculteurs depuis des décennies, mais la dissémination des cultures Roundup Ready Xtend a favorisé son utilisation d’une manière différente, il est maintenant pulvérisé sur le coton et le soja OGM où il peut facilement se volatiliser et dériver sur les champs avoisinants. 15

Monsanto a vendu des semences de coton et de soja tolérantes au dicamba aux agriculteurs avant que l’herbicide conçu pour les accompagner − censé être moins sujet à la dérive − ait été approuvé par le gouvernement fédéral. En 2016, lorsque les agriculteurs ont pulvérisé leurs nouvelles cultures transgéniques avec des formules plus anciennes et illégales de dicamba et qu’elles ont dérivé sur les cultures de leurs voisins, des dégâts dévastateurs ont été signalés dans 10 États. 16

Les formulations plus récentes du dicamba sont censées être moins sujettes à la dérive, mais cela n’a pas arrêté l’émission de rapports de dommages dû au dicamba, non seulement pour les terres cultivées, mais aussi pour les arbres. Les mauvaises herbes résistantes au glyphosate, comme l’amarante, poussent maintenant les fermiers à rechercher des cultures résistantes au dicamba, mais des adventices résistantes au dicamba ont déjà germé au Kansas et au Nebraska, ce qui soulève de sérieux doutes sur le fait que l’empilage de pesticides sur les cultures aidera les agriculteurs.

Monsanto, quant à lui, est déjà confronté à une série de poursuites contre ses cultures tolérantes au dicamba à propos des dommages causés aux cultures dans les champs avoisinants, mais il va encore faire des bénéfices non seulement grâce aux agriculteurs qui achètent leurs semences OGM sans contrainte, mais aussi aux acheteurs qui continueront d’acheter par crainte de ce qui pourrait arriver à leurs cultures, s’ils cessent d’utiliser ces produits.

Monsanto a même tenu un ‘sommet de dicamba’ en septembre 2017, près de son siège à St. Louis, Missouri, dans l’espoir d’obtenir l’approbation d’un plus grand nombre de scientifiques sur son tueur d’herbe nuisible, mais sur les 60 personnes invitées, seulement la moitié y a assisté. Kevin Bradley, professeur en sciences végétales à l’Université du Missouri, qui suit les dommages causés aux cultures par les pulvérisations de dicamba à travers les États-Unis, fait partie de ceux qui ont refusé de participer, invoquant le refus de la compagnie de discuter de la volatilisation. 17

Selon Bradley, ancien président de la Weed Science Society of America, « en août 2017, environ 3,1 millions d’acres dans la moitié orientale des États-Unis avaient été endommagés par la dérive du dicamba. » 18, après qu’il eut fait part de ses conclusions, les dirigeants de Monsanto commencèrent à appeler ses superviseurs. Il a dit à la Commission: « Quelle était la nature exacte de tous ces appels, je n’en suis pas certain, mais je suis presque sûr que cela a quelque chose à voir avec le fait qu’ils n’étaient pas satisfaits de ce que je disais. »19

Combien de glyphosate y-a-t-il dans votre corps?

Les tests de laboratoire commandés par les organisations Moms Across America et Sustainable Pulse ont révélé que le glyphosate est maintenant présent presque partout. L’analyse a révélé des niveaux de 76 μg / L à 166 μg / L de glyphosate dans le lait maternel. Tel que rapporté par The Detox Project, il est de 760 à 1 600 fois plus élevé que le niveau autorisé dans l’eau potable de l’UE − bien qu’il soit inférieur à la limite maximale autorisée aux États-Unis, soit 700 μg / L. 20

Cette dose de glyphosate dans chaque repas de bébés allaités n’est que le début. Une étude in vitro conçue pour simuler l’exposition humaine a également révélé que le glyphosate traverse la barrière placentaire. Dans l’étude, 15% du glyphosate administré a atteint le compartiment fœtal. 21  Le glyphosate a également été détecté dans un certain nombre d’aliments populaires, y compris la farine d’avoine, la crème à café, les œufs et les céréales, comme Cheerios .

Si vous souhaitez connaître vos niveaux personnels de glyphosate, vous pouvez maintenant le découvrir, tout en participant à une étude mondiale sur les expositions environnementales au glyphosate. Le Health Research Institute (HRI) de l’Iowa a mis au point la trousse d’analyse d’urine réactive au glyphosate qui vous permettra de déterminer votre propre exposition à cet herbicide toxique.

La commande de ce kit vous permet automatiquement de participer à l’étude et aide HRI à mieux comprendre l’étendue de l’exposition au glyphosate et sa contamination. Dans quelques semaines, vous recevrez vos résultats, ainsi que des informations sur la façon dont vos résultats se comparent aux autres et sur ce qu’il faut faire pour réduire votre exposition. Ces kits sont fournis sans but lucratif afin que vous puissiez participer à cette étude environnementale.

Certaines cultures d’avoines et de blés sont traitées plus régulièrement avec du glyphosate pour les assécher. (Pixabay)

En attendant, manger le plus possible bio et investir dans un bon système de filtration de l’eau pour votre maison sont parmi les meilleurs moyens de réduire votre exposition au glyphosate et à d’autres pesticides. Dans le cas du glyphosate, il est également sage d’éviter les cultures desséchées comme le blé et l’avoine. Les entreprises de biotechnologie acquièrent du pouvoir en prenant le contrôle du gouvernement

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les OGM et les produits chimiques toxiques utilisés en association constituent une menace sérieuse pour l’environnement et notre santé, mais les organismes gouvernementaux ferment les yeux et refusent d’agir − et la raison en est très claire: ils favorisent les intérêts des géants de la biotechnologie.

Il est bien connu qu’il existe une porte tournante entre les agences gouvernementales et les sociétés de biotechnologie telles que Monsanto. Considérez l’hypocrisie de la FDA. Sur le papier, les États-Unis peuvent avoir les lois les plus strictes au monde en matière de sécurité alimentaire régissant les nouveaux additifs alimentaires, mais cette agence a permis à plusieurs reprises aux OGM et à leurs pesticides comme Roundup d’échapper à ces lois.

En fait, la seule base légale pour permettre la commercialisation des aliments transgéniques aux États-Unis est l’affirmation de la FDA selon laquelle ces aliments sont intrinsèquement sûrs, ce qui est manifestement ridicule. Les documents publiés à la suite d’un procès contre la FDA révèlent que les propres scientifiques de l’agence ont mis en garde leurs supérieurs contre les risques néfastes des aliments génétiquement modifiés. Mais leurs avertissements sont tombés dans l’oreille d’un sourd.

L’influence des géants de la biotechnologie ne se limite pas aux États-Unis. Dans un article publié en juin 2017, GMWatch a révélé que 26 des 34 membres du Comité consultatif national sur la biotechnologie agricole d’Argentine (CONABIA) sont employés par des entreprises d’intérêt.

Vous savez peut-être que l’Argentine est l’un des pays où les monocultures de coton, de maïs et de soja transgéniques dominent la campagne. L’Argentine est également un pays confronté à une destruction environnementale sévère. Les Argentins sont en proie à des problèmes de santé, notamment des maladies dégénératives et des malformations physiques. Il semblerait que l’expansion rapide des cultures génétiquement modifiées et le déclin subséquent des indicateurs de santé nationaux soient intrinsèquement liés.

Ne soyez pas dupé par les complices de l’industrie!

Les tentatives scandaleuses des entreprises de biotechnologie pour faire pression pour leurs intérêts corporatifs s’étendent bien au-delà des couloirs du gouvernement. Dans un effort supplémentaire pour tromper le public, Monsanto et ses cohortes nourrissent maintenant avec zèle des scientifiques, des universitaires et des journalistes avec des études discutables qui les décrivent sous un jour positif.

En embauchant des ‘experts tiers’, les sociétés de biotechnologie peuvent prendre des informations d’une validité douteuse et les présenter comme indépendantes et faisant autorité. C’est une pratique honteuse qui est beaucoup plus commune que quiconque voudrait le penser. Un exemple notoire est l’affaire Henry Miller, qui a été révélée en tant qu’affaire de Monsanto pendant la campagne proposant l’étiquetage des OGM, en 2012, en Californie.

Miller, posant faussement comme un professeur de Stanford, a promu des nourritures OGM pendant cette campagne. En 2015, il a publié un article dans le magazine Forbes attaquant les conclusions du Centre international de recherche sur le cancer, une branche de l’Organisation mondiale de la santé, après avoir classé le glyphosate comme cancérogène probable pour l’homme. Après qu’il a été révélé que le travail de Miller était en fait commandé par Monsanto, Forbes non seulement l’a renvoyé, mais a également enlevé tous ses articles de son magazine.

Les groupes de façades de l’industrie abondent également. Le projet d’alphabétisation génétique et le Conseil américain pour la science et la santé sont tous deux financés par Monsanto. Même WebMD, un site web souvent présenté comme une source fiable d’informations sanitaires ‘indépendantes et objectives’, agit comme laquais pour Monsanto en utilisant son influence pour promouvoir des stratégies et des produits de santé soutenus par l’entreprise, en affichant des publicités et des publireportages pour le compte de Biotech, en faisant avancer le programme de l’industrie de la biotechnologique − le tout pour le profit.

Monsanto a adopté des tactiques sournoises pour colporter ses produits toxiques, mais la société est incapable de cacher la vérité: le génie génétique, en aucune façon ne rendra le monde meilleur. Cela ne résoudra pas la faim dans le monde. Cela n’augmentera pas les moyens de subsistance des agriculteurs. Ce ne sera certainement pas bon pour votre santé, cela peut en fait s’avérer préjudiciable.

Il n’y a pas de meilleur moment pour agir que MAINTENANT − voici ce que vous pouvez faire

Alors maintenant, la question est: allez-vous continuer à soutenir le système alimentaire corrompu, toxique et non durable que Monsanto et son industrie fournissent et que ses laquais avides de profits ont minutieusement conçu? C’est en grande partie à nous tous, en tant que consommateurs, de briser l’emprise de Monsanto sur notre approvisionnement alimentaire. Les bonnes nouvelles sont que la marée a été renversée.

Alors que les consommateurs du monde entier prennent de plus en plus conscience des problèmes liés aux cultures transgéniques, aux produits chimiques et aux pesticides toxiques qui y sont utilisés, de plus en plus de personnes refusent de manière proactive de consommer ces aliments. Il y a aussi une forte croissance dans les secteurs mondiaux de l’agriculture biologique et de l’engraissement. Cela prouve simplement une chose: nous pouvons faire la différence si nous travaillons régulièrement vers le même objectif.

Une des meilleures choses que vous puissiez faire est d’acheter vos aliments à un agriculteur local qui dirige une petite entreprise et utilise diverses méthodes pour promouvoir l’agriculture régénératrice. Vous pouvez également adhérer à un programme d’agriculture soutenue par la communauté (CSA) où vous pouvez acheter une ‘part’ des légumes produits par la ferme, de sorte que vous obteniez un approvisionnement régulier de nourriture fraîche. Je crois que l’adhésion à un CSA est un investissement puissant non seulement pour votre propre santé, mais aussi pour votre communauté locale et votre économie.

Source à lire directement sur la version originale1,200 Percent Increase of Weed Killer in Your Body

1, 4 Environmental Sciences Europe February 2, 2016
2 BBC October 15, 2009
3 JAMA. 2017;318(16):1610-1611.
5, 9 GM Watch October 24, 2017
6, 8 Time October 26, 2017
7 Scientific Reports January 9, 2017
10 UCSD Herbicide Awareness & Research Project
11 EcoWatch October 24, 2017
12 The Guardian September 28, 2017
13 GM Watch September 25, 2017
14 Bloomberg March 14, 2017
15 NPR October 13, 2017
16 EcoWatch August 23, 2016
17 Reuters September 26, 2017
18 University of Missouri August 14, 2017
19 WNCW October 26, 2017
20, 21 The Detox Project

 

Version originale:

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé