Quels sont les objectifs réels du communisme ?

« Le communisme abolit les vérités éternelles, il abolit toute religion et toute moralité. »

« La famille bourgeoise disparaîtra naturellement lorsque son complément disparaîtra et les deux disparaîtront avec la disparition du capital. »

Les deux citations ci-dessus sont tirées du Manifeste du parti communiste et illustrent les véritables objectifs du communisme.

Souvent, les gens pensent que le communisme est un système économique de partage de la richesse. Pourtant, le communisme est tout sauf cela.

Le communisme appelait d’abord à la saisie de toute propriété privée et de tout moyen de production. Ces possessions n’allaient pas être distribuées « au peuple », comme le prétendent souvent les tyrans socialistes, mais seraient plutôt gérées par un État tout-puissant et une bureaucratie massive.

Ce système initial de contrôle de l’État sur tous les éléments de la société est en fait le socialisme, ou ce que Lénine qualifiait de « capitalisme d’État ».

Pourtant, le socialisme n’a jamais été conçu pour durer. À l’époque où Marx et Engels ont formulé cette idée, il n’existait ni système socialiste ni système communiste dans le monde. Ils ont envisagé le socialisme comme un système de dictature totalitaire qui s’effondrerait naturellement, pour ensuite aboutir à l’étape qu’ils appelaient le « communisme ».

Alors qu’est-ce que le communisme ?

Le communisme est un état de désolation morale, spirituelle, culturelle et sociale. C’est le concept d’une société imaginée où tout a été anéanti.

À ses débuts, même avant Marx et Engels, le communisme reposait sur les concepts du naturisme, une théorie gnostique satanique, selon laquelle tout ce que fait l’homme est en rapport avec la nature puisque l’homme provient de la nature. Ainsi, ils croyaient également que toute restriction des désirs ou des caprices de l’homme était « contre-nature » et donc perverse.

C’était un système qui voyait le mal comme bien et le bien comme mal. C’est pour cette raison, qu’à travers l’histoire, les tyrans communistes et socialistes ont systématiquement attaqué, emprisonné ou tué toutes les personnes qui croyaient aux valeurs morales traditionnelles. Sous le Parti communiste chinois, par exemple, les valeurs morales traditionnelles étaient étiquetées comme les « quatre vieilleries » et quiconque embrassait ces croyances traditionnelles pouvait être tué.

Les communistes, voulant matérialiser leur vision d’État social, savent très bien que l’humanité ne renoncera jamais volontairement à croire au paradis, à la famille et à ses cultures et ses valeurs. Donc, pour créer des sociétés communistes, ils comprennent que la société doit d’abord subir un état de tyrannie totalitaire qui efface de force ces valeurs.

Cet état de tyrannie totalitaire est le socialisme

Dans le même temps, Marx et Engels croyaient en l’évolution sociale et ils estimaient que la lutte était l’outil permettant de conduire la société plus rapidement vers l’étape finale qu’est le communisme. Cette idée était en partie basée sur la théorie dialectique hégélienne selon laquelle « le conflit permet d’avancer », que Karl Marx a incorporé dans son propre concept de « matérialisme dialectique ».

C’est à cause de cette théorie, et dans le but de détruire la tradition et la croyance, que les tyrans socialistes cherchent à étiqueter certains membres choisis de la société d’ « ennemis de classe » et à les attaquer.

Chaque système socialiste a ses propres « ennemis », allant des attaques de Lénine contre les riches paysans aux attaques d’Hitler contre les Juifs, en passant par les attaques de Mao Zedong contre les propriétaires terriens et les attaques socialistes d’aujourd’hui contre les hommes de race blanche.

Sous le socialisme, il y a toujours une lutte intentionnelle contre un groupe ou un autre de cette société – et c’est ainsi que les communistes avancent vers leurs objectifs.

En outre, ces tyrans collent des étiquettes et attaquent toute personne qui conteste leurs politiques. En 1967, Mao Zedong a formulé le concept de « politiquement correct », selon lequel quiconque soutenait ses actes de génocide et de tyrannie était politiquement correct, et quiconque s’y opposait n’était pas politiquement correct et pouvait être étiqueté, attaqué ou même tué.

Au cours du siècle dernier, le communisme a été responsable du massacre de plus de 100 millions de personnes. La désolation est l’objectif du communisme, alors que le socialisme est le système tyrannique prévu pour atteindre ce but. La lutte et la haine sont ses outils.

Joshua Philipp

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Version originale

 
 
 
 

Actes antichrétiens : une église taguée en plein centre-ville de Montpellier

Actes antichrétiens : une église taguée en plein centre-ville de Montpellier
Cinq jours après le drame qui a frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris, une église de Montpellier a ...
LIRE LA SUITE
 

Notre-Dame – Deux anciens artisans de la cathédrale donnent leur point de vue sur l’incendie : « C’est vraiment surprenant »

Notre-Dame – Deux anciens artisans de la cathédrale donnent leur point de vue sur l’incendie : « C’est vraiment surprenant »
Spécialisés dans l’installation de dispositifs de protection contre la foudre sur le toit des monuments historiques, Didier Dupuy ...
LIRE LA SUITE
 

La résolution du Parlement européen sur les droits de l’homme en Chine appelle également à la libération des Canadiens

La résolution du Parlement européen sur les droits de l’homme en Chine appelle également à la libération des Canadiens
Une résolution des législateurs européens exhortant des sanctions contre les auteurs de violations des droits de l’homme en ...
LIRE LA SUITE
 

Incendie de Notre-Dame : « un bug informatique » pourrait avoir contribué au drame selon le recteur de la cathédrale

Incendie de Notre-Dame : « un bug informatique » pourrait avoir contribué au drame selon le recteur de la cathédrale
Si l’on ne sait toujours pas comment l’incendie qui a complètement détruit la toiture de Notre-Dame de Paris ...
LIRE LA SUITE