Nouvelles preuves : le Dr Fauci au courant de l’origine non naturelle du virus lors d’une téléconférence secrète a masqué les faits

3 février 2022 Mis à jour: 3 février 2022
FONT BFONT SText size

Selon de nouvelles preuves, lors d’une conférence tenue secrète, le Dr Anthony Fauci a été mis au fait que le virus du PCC s’était très probablement échappé d’un laboratoire en Chine. Il a cependant continué à défendre la thèse de l’origine naturelle.

Des courriels expurgés ont récemment été rendus publics. Ils montrent que le Dr Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a pris l’initiative de dissimuler des preuves indiquant que le virus du PCC (Parti communiste chinois), à l’origine du Covid‑19, venait d’une fuite de laboratoire.

Les preuves suggèrent également que le Dr Fauci s’est fortement investi dans la rédaction d’un article académique très influent, d’abord publié le 16 février 2020, ensuite repris dans la célèbre revue scientifique Nature. L’article excluait catégoriquement une origine non naturelle.

L’article, intitulé « The Proximal Origin of SARS‑CoV‑2 », a été cosigné par cinq virologues, dont quatre avaient participé à une téléconférence organisée par le Dr Fauci au 1er février 2020.

Au cours de cette téléconférence, au moins trois auteurs de l’article ont déclaré être sûrs à 60 %~80 % que le virus du PCC provenait d’un laboratoire, ce qu’ils ont également soutenus dans divers courriels envoyés après la réunion.

À l’époque, des allégations publiques faisaient également état d’un lien possible entre l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), en Chine, et l’épidémie du virus du PCC. Or, toutes ces allégations ont soigneusement été écartées par le Dr Fauci et d’autres professionnels de la santé, relayés au rang de théories du complot.

C’est Peter Daszak notamment, le fondateur de l’organisation à but non lucratif EcoHealth Alliance, qui a orienté les subventions américaines vers les scientifiques de Wuhan ou vers les autres auteurs de l’article. Ce dernier n’a pas manqué de prendre catégoriquement position dans une déclaration publiée dans The Lancet : « Nous nous unissons pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le Covid‑19 n’a pas une origine naturelle. »

Selon Jeff Carlson et Hans Mahncke, animateurs de Truth Over News, dans une interview accordée à l’émission Crossroads d’EpochTV, les dernières preuves confirment tout : le Dr Fauci savait parfaitement que le virus du PCC avait probablement fui d’un laboratoire en Chine, tout en faisant pression pour modifié le narratif officiel.

« L’origine proximale adopte une position ferme quant à l’origine naturelle du virus. Et [l’article] a été utilisée par les médias et par le gouvernement pour démentir toute idée d’une fuite de laboratoire. En fait, c’est ça qui serait utilisé pour contrer toute personne affirmant qu’il ne s’agissait que d’un consensus scientifique », a expliqué M. Carlson.

« Eh bien, la première version de l’origine proximale a été finalisée le jour même de la téléconférence. Donc, pour que vous compreniez bien, au moment où le Dr Fauci, le Dr Collins [Francis Collins, alors directeur du National Institut of Health] et le Dr  Farrar [Jeremy Farrar, directeur du Wellcome Trust au Royaume‑Uni], les responsables du financement, les directeurs de nos institutions de santé, se disent en privé qu’il y a entre 60 et 80 % de chances que ce virus provienne d’un laboratoire, ils terminent la première version de l’origine proximale. [L’article] est ensuite utilisé pour promouvoir une origine naturelle du virus et pour s’opposer à une origine du laboratoire. »

Selon M. Carlson et M. Mahncke, malgré des preuves contraires, le Dr Fauci a ensuite prétendu publiquement ne pas être au fait des diverses positions énoncées lors de la téléconférence.

Selon M. Mahncke :« Ce qui est nouveau dans ces mails, ce sont les précisions apparues grâce aux versions non expurgées. Auparavant, lorsqu’il y a eu cette diffusion de courriels, ils étaient tous expurgés à 95 % environ ou simplement biffés, biffés, biffés… Nous savons maintenant ce qui se cache derrière ces parties retirées, du moins certaines d’entre elles. Et ce que nous avons découvert, c’est le niveau de précision que les scientifiques possédaient déjà à l’époque sur les caractéristiques techniques du virus. »

« Donc, depuis le 1er février 2020 déjà, ils savaient tout ce que nous allions découvrir au cours des deux dernières années… Et au lieu d’alerter tout le monde sur la présence d’un virus artificiel en passe de frapper la planète, le Dr Fauci a pris la tangente. Il a dit : ‘Non, tout cela est naturel.’ »

Lors d’une réunion tenue le 3 février à l’Académie Nationale des Sciences (NAS), deux jours seulement après la téléconférence organisée avec les auteurs du « Proximal Origin of SARS‑CoV‑2 », à la demande de la Maison Blanche (alors sous l’administration Trump), le Dr Fauci était invité à prendre part à la rédaction d’une lettre pour exposer ses thèses sur l’origine du virus.

Il a de nouveau affirmé que le virus du PCC était d’origine naturelle, en aucun cas issu d’un laboratoire.

« Donc, dès le départ, le Dr Fauci a exercé une pression très forte dans différents débats, en en tenant la barre : ‘naturel, naturel, naturel’, mais en même temps, on lui disait que le virus pouvait très probablement venir d’un laboratoire, en étayant cela avec des précisions, ce qui me paraît vraiment intéressant », a déclaré M. Mahncke.

Interrogé devant le Congrès au début du mois, le Dr Fauci a directement nié avoir eu des échanges avec les auteurs.

Les responsables des services de renseignement américains et de nombreux spécialistes ont depuis obtenu des preuves que le virus du PCC a été créé dans un laboratoire, mais d’autres responsables maintiennent son origine naturelle.

En septembre, une publication de The Intercept attaquant le NIH a dévoilé des documents récupérés dans le cadre d’un procès intenté en vertu de la loi sur la liberté de l’information (FOIA). Ces documents révèlent comment EcoHealth Alliance a utilisé les fonds fédéraux pour financer des recherches sur les coronavirus des chauves‑souris à l’Institut de virologie de Wuhan.

Epoch Times a contacté le NIAID pour une demande d’informations.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé