Nouvelle loi en Russie : 15 ans de prison pour diffusion de « mensonges » sur l’armée

6 mars 2022 Mis à jour: 6 mars 2022
FONT BFONT SText size

Le 4 mars, les parlementaires russes ont adopté une loi prévoyant une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 15 ans pour toute personne reconnue coupable de diffusion de fausses informations sur l’armée.

Aucun parlementaire des deux chambres ne s’est opposé au projet de loi.

Viatcheslav Volodine, président de la Douma, la chambre basse du parlement, a déclaré qu’il était nécessaire de « protéger les forces armées « , car les entreprises, y compris celles basées aux États-Unis, « sont utilisées comme une arme » par ceux qui « se trouvent dans l’espace médiatique ».

La loi modifie le code pénal russe pour faire de la diffusion d’informations prétendument fausses un délit passible d’amendes ou de peines de prison.

Les législateurs ont également imposé des amendes pouvant aller jusqu’à 4 500 euros et une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans pour les appels publics à des sanctions contre la Russie.

La loi a ensuite été approuvée par la chambre haute du Parlement.

« D’énormes forces propagando-technologiques sont contre nous. Par conséquent, nous avons besoin de lois. Elles sont sévères, mais les temps l’exigent. La sécurité de notre pays, la vie de notre peuple, la vie de nos frères sont en jeu », a déclaré Valentina Matvienko, présidente du Conseil de la Fédération russe, après le vote.

Le président russe Vladimir Poutine devrait la signer prochainement.

« Cela signifie que dès demain, ces règles obligeront ceux qui ont menti et fait des déclarations discréditant nos forces armées à subir des sanctions très graves. Je veux que tout le monde comprenne », a déclaré M. Volodin.

La Russie a envahi l’Ukraine le 24 février après l’autorisation accordée par Poutine de mener une « opération militaire spéciale » pour la « démilitariser et [la] dénazifier ». L’un des objectifs étant de protéger les habitants du Donbass, région indépendante de l’Ukraine selon lui. Le conflit dans le Donbass entre les forces ukrainiennes et les groupes séparatistes dure depuis 2014.

Les responsables russes n’utilisent pas certains mots pour parler de la guerre, notamment le mot « invasion », et affirment que les médias occidentaux n’ont pas rendu compte de ce qu’ils considèrent comme un génocide des russophones en Ukraine.

La Russie a récemment pris des mesures à l’encontre de certains médias russes, notamment le diffuseur TV Rain et la station de radio Echo of Moscow, les obligeant à fermer leurs portes en raison de leurs reportages sur la guerre.

Le pays a également bloqué l’accès aux sites Web de la BBC et de Voice of America (VOA), un service de radiotélévision américain.

Après l’adoption de la nouvelle loi par les législateurs russes, le directeur général de la BBC, Tim Davie, a déclaré que le média suspendait toute couverture médiatique en Russie.

« La sécurité de notre personnel est primordiale et nous ne sommes pas prêts à l’exposer au risque de poursuites pénales simplement pour avoir fait son travail », a déclaré M. Davie dans un communiqué.

La législation, a-t-il dit, « semble criminaliser le journalisme indépendant ».

Ces actions sont intervenues lorsque Russia Today, un média soutenu par l’État, a mis fin à ses activités aux États-Unis suite à l’arrêt de sa diffusion par plusieurs plateformes, dont DIRECTV.

Reuters a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé