Nouvelle étude française: le risque d’inflammation cardiaque reste élevé après une dose de rappel Covid-19

8 août 2022 Mis à jour: 8 août 2022
FONT BFONT SText size

Selon une nouvelle étude française, le risque d’inflammation cardiaque après une injection de rappel Covid‑19 reste élevé.

La première série de vaccins à base d’ARN messager, fabriqués par Pfizer et Moderna, a déjà été associée à une inflammation cardiaque, mais les recherches n’ont pas été aussi nombreuses pour déterminer si les doses de rappel présentent également des risques pour le cœur.

Dans l’étude, des chercheurs français ont analysé 4890 cas de myocardite admis dans les hôpitaux du pays entre le 27 décembre 2020 et le 31 janvier 2022. Ils ont fait appel à 48.900 témoins issus de la population générale, appariés pour le sexe, l’âge et la zone de résidence.

On a constaté que les injections de rappel du vaccin Covid‑19 entraînaient un risque plus élevé de myocardite, un type d’inflammation cardiaque, en particulier pour les rappels du vaccin Moderna.

Le risque ajusté après un rappel Pfizer était multiplié par trois et par quatre après un rappel Moderna.

Pour les personnes âgées de 12 à 29 ans, le risque était multiplié par 4,9 pour les rappels Pfizer. Les données concernant les jeunes qui ont reçu un rappel de Moderna ne sont pas disponibles, car la France a suspendu l’utilisation du vaccin en octobre 2021 et ne l’a rendu à nouveau disponible que le mois suivant pour les personnes de plus de 30 ans.

Pour les personnes âgées de 30 ans et plus, le rappel de Pfizer a été associé à un risque 2,4 fois plus élevé d’inflammation cardiaque, tandis que le rappel de Moderna a entraîné un risque 4,1 fois plus élevé.

Les risques étaient accrus si une personne recevait la troisième dose dans les 170 jours suivant la première dose. Un rappel correspond à la troisième dose, car la série primaire est composée de deux doses. De même, le risque de myocardite après la seconde dose est plus important dans les cas où la personne a reçu la dose dans un délai de 27 jours après la première dose.

Les autorités américaines ont conseillé aux jeunes de se faire vacciner une deuxième fois jusqu’à huit semaines après la première, principalement en raison du risque d’inflammation cardiaque. Les recommandations précédentes étaient de trois semaines ou un mois après la première.

« Nous avons constaté que le risque de myocardite restait élevé après la dose de rappel et que des intervalles plus longs entre chaque dose consécutive (y compris les doses de rappel) peuvent diminuer l’occurrence de la myocardite associée au vaccin », ont écrit les auteurs de la nouvelle étude.

Le préprint est disponible sur le serveur medRxiv. Les auteurs travaillent pour le gouvernement français et plusieurs universités.

Hausse du nombre d’hospitalisations pour myocardite

Dans une étude distincte également menée par des chercheurs français, les auteurs ont examiné le risque d’hospitalisation pour un certain nombre de maladies en 2021, première année complète de la pandémie, par rapport à 2019, dernière année complète avant la pandémie, et 2020.

Ils ont constaté une diminution du risque pour presque toutes les maladies en comparant les données de 2021 à 2019, à l’exception d’une augmentation de 28% du risque de myocardite et de 10% du risque d’embolie pulmonaire.

Ils ont également constaté une augmentation des myocardites en 2021 par rapport à 2020 qui « coïncidait avec la campagne de vaccination chez les jeunes », en particulier chez les jeunes hommes âgés de 10 à 29 ans, un groupe à risque élevé d’inflammation cardiaque après la vaccination contre le Covid‑19. Le Covid‑19 lui‑même peut également entraîner des problèmes cardiaques.

Selon ces chercheurs, parrainés par le CHU de Nîmes, les effets indésirables provoqués par les vaccins expliquent probablement, au moins en partie, la hausse du nombre de cas de myocardite qui ont entraîné une hospitalisation. L’autre partie pourrait provenir des difficultés rencontrées pour accéder aux soins hospitaliers au début de la pandémie, lorsque de nombreux pays ont imposé des mesures strictes pour tenter de combattre la maladie.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé