Un nouveau rapport lance l’alerte sur le changement d’image de l’Institut Confucius

24 juin 2022 Mis à jour: 25 juin 2022
FONT BFONT SText size

WASHINGTON – Un nouveau rapport prévient que la Chine a donné un nouveau nom à ses Instituts Confucius (IC) dans les universités américaines. Sur les 118 IC présents aux États-Unis, environ 105 ont fermé ou annoncé leur fermeture. Cependant, au moins 38 collèges ont remplacé leurs programmes IC fermés par des alternatives similaires, selon le rapport de la National Association of Scholars (NAS), une organisation conservatrice de recherche et de défense.

Les IC sont financés par le Parti communiste chinois (PCC), qui choisit et paie les manuels scolaires, sélectionne et rémunère les ressortissants chinois venant aux États-Unis pour enseigner la langue, la culture et l’histoire chinoise.

Li Changchun, membre permanent du Politburo du PCC, a déclaré en avril 2007 que les IC étaient « une partie importante du dispositif de propagande de la Chine à l’étranger ». Un rapport de 2018 de la Commission d’examen de l’économie et de la sécurité entre les États-Unis et la Chine a déclaré que les IC avaient « des liens formels et de longues dates » avec le Département du travail du Front uni du PCC, une agence chargée de coordonner les opérations d’influence du PCC.

En février 2019, la sous-commission permanente des enquêtes du Sénat a découvert que le PCC avait investi plus de 158 millions de dollars dans des IC basées aux États-Unis depuis 2006.

En août 2020, le département d’État américain a désigné Confucius Institute U.S. Center (CIUS) d’agent étranger chinois. Le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, a décrit le CIUS comme « une entité faisant progresser la propagande mondiale et la campagne d’influence malveillante de Pékin sur les campus américains et dans les classes de la maternelle à la terminale ».

Les IC, du « succès » à la « méfiance »

Les IC ont d’abord connu un grand « succès » et ont ensuite suscité la « méfiance », selon les termes de Rachelle Peterson, principale chercheuse au NAS, lors de la publication du rapport du think tank conservateur Heritage Foundation, le 21 juin. Mme Peterson est l’auteure du nouveau rapport, et de celui de 2017, ayant facilité certains changements politiques aux États-Unis.

Bureau de l’Institut Confucius à l’Université de Floride du Nord. (Huang Yuntian/Epoch Times)

Dans le nouveau rapport, intitulé « Après les Instituts Confucius : L’influence durable de la Chine sur l’enseignement supérieur américain », elle compare les IC à des échafaudages qui ne sont plus utiles une fois que le bâtiment est construit (ici, les opérations d’influence).

Selon le rapport, lorsque ces établissements d’enseignement supérieur américains ont décidé de fermer leurs IC, la raison la plus courante qu’ils ont donnée était qu’ils allaient remplacer leur IC par un nouveau programme. En d’autres termes, ils se débarrassaient du nom de l’IC mais conservaient les investissements. Et seuls cinq d’entre eux ont déclaré qu’ils s’inquiétaient de l’influence du régime chinois sur d’autres collèges, mais ont assuré que leurs campus étaient parfaitement sûrs.

Selon le rapport, la réponse du PCC aux fermetures de IC aux États-Unis est passée du choc et de la colère au « regret », pour finalement proposer de soutenir des programmes alternatifs. En fermant leur IC, certaines universités ont dû payer des pénalités au PCC. Par exemple, la Kennesaw State University en Géorgie a remboursé au moins 31.000 dollars, et l’Université du Maryland a remboursé 900.000 dollars à la Chine, un montant que cette dernière avait initialement prévu pour la rénovation d’un IC.

Le rapport révèle également que certaines organisations américaines à but non lucratif ont joué le rôle d’intermédiaires dans le changement d’image des IC, un rôle clé pour les maintenir malgré tout.

Les recommandations du NAS au gouvernement fédéral comprennent la limitation du financement fédéral aux collèges qui maintiennent un IC ou un programme similaire et la commande d’une étude sur les classes Confucius, l’équivalent K-12 des IC dans les universités. Le rapport préconise également des exigences de transparence plus strictes dans la loi sur l’enseignement supérieur pour que les universités américaines divulguent leurs investissements étrangers.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé