Coronavirus: la nourriture donnée à une ville chinoise en quarantaine a été gaspillée et volée par les autorités

26 février 2020 Mis à jour: 26 février 2020
FONT BFONT SText size

La nourriture donnée à une ville chinoise fermée à la suite de l’épidémie du COVID-19 dans la province de Hubei n’est pas distribuée à ceux qui en ont vraiment besoin, et beaucoup de gens se sont tournés vers les médias sociaux pour exprimer leur colère face à la situation.

Après plusieurs semaines de fermeture en raison de la propagation du coronavirus mortel, les hôpitaux, les centres de quarantaine et les ménages ont commencé à faire face à des pénuries alimentaires. Mais plus de mille tonnes de légumes donnés par la province du Guizhou à la ville d’Ezhou, dans la province du Hubei, ont été volés par les autorités ou sont restés pourrir dans des entrepôts.

Seule une petite quantité de marchandises est allée sur les marchés, où elles sont vendues au public à des prix élevés, selon divers messages sur les médias sociaux chinois.

Les policiers et leurs familles ont « plus qu’ils ne peuvent manger »

Le 18 février, la famille d’un employé du poste de police de Phoenix, dans le district d’Echeng, a publié sur les médias sociaux une vidéo dans laquelle elle montrait les dons que sa famille recevait du poste de police, notamment quatre boîtes de fruits, beaucoup de légumes et des œufs. La femme a déclaré que c’était « plus que ce qu’ils peuvent manger », et elle a donc apporté trois boîtes de marchandises au domicile de ses parents.

Une autre utilisatrice de WeChat, qui est la femme d’un fonctionnaire, a affiché une liste de fournitures offertes à sa famille, dont six barils d’huile, un sac de tomates cerises, un sac de légumes, quatre sacs de riz et des centaines de masques. Les tomates cerises provenaient d’un employé du poste de police de Phoenix. Toutes les fournitures proviennent de la donation de Guizhou. Elle a écrit : « Blâmez votre mari de ne pas être un fonctionnaire ! »

De nombreux habitants ont faim alors que la nourriture pourrit

On a vu une grande quantité de dons de nourriture pourrir dans des entrepôts, au lieu d’être distribuée aux nombreux habitants qui en ont désespérément besoin.

Le post intitulé « Les légumes donnés par Guizhou à Ezhou pourrissent dans les entrepôts » est en vogue sur les médias sociaux. Plusieurs photos prises par des résidents d’Ezhou montrent de grandes quantités de légumes donnés par Guizhou pourrissant dans un entrepôt. Il y a aussi des photos montrant la police en train de déplacer des dizaines de boîtes de légumes dans leurs véhicules.

Des dons de marchandises pourrissant dans un entrepôt. (Avec l’aimable autorisation de Lacey, utilisatrice du blog de Sina)

Cette nouvelle a suscité l’indignation des habitants d’Ezhou, dont beaucoup ont partagé leurs expériences et leurs observations en ligne.

Vous trouverez ci-dessous certains de leurs articles :

« Je vis à Ezhou. Pourquoi n’ai-je pas vu ma part de légumes provenant du don ? Il s’avère que les voici ! Ma famille dépense près de 200 à 300 yuans (26,25 à 39,33 euros) par jour pour acheter des légumes maintenant. »

« Je vis dans la zone urbaine d’Ezhou. Il n’y a pas de légumes gratuits. Le sac de légumes qui coûte 50 yuans (7,10 $) ne contient qu’une petite quantité. Il n’y a pas du tout de fruits en vente dans les épiceries. »

« Je sais qu’Ezhou a reçu les matériaux donnés par Guizhou, mais notre communauté n’a même pas vu une feuille de légume. »

« Deux de mes meilleurs amis sont tous deux d’Ezhou. Ils ne peuvent pas du tout acheter de nourriture et mangent des nouilles aux œufs depuis 20 jours. »

« Je suis d’Ezhou. Je n’ai pas eu de légumes depuis 6 jours. »

« Le personnel médical d’Ezhou paie sa propre nourriture, et ce ne sont que des légumes ! Pourtant, certains membres de la famille (de la police) sont capables de prendre 4 boîtes de produits en même temps. N’est-ce pas scandaleux ? »

Les habitants de Guizhou ont également exprimé leur colère sur les médias sociaux :

« Nous sommes si pauvres. De nombreux comtés pauvres ont été pressés de faire des dons. Ont-ils une conscience ? »

« C’est tellement exaspérant ! Le Hezhang est désigné comme un comté pauvre au niveau de l’État. Nous avons donné tellement, et pourtant les fournitures n’ont pas été distribuées aux citoyens ! »

Selon les accords conclus par les autorités, Guizhou est responsable du soutien à Ezhou. Depuis le 1er février, les fonctionnaires de la province de Guizhou ont transporté des milliers de tonnes de légumes, de viande, de volaille et d’autres fournitures dans la ville d’Ezhou, ont rapporté les médias d’État chinois.

Des dons de marchandises pourrissant dans un entrepôt. (Avec l’aimable autorisation de Lacey, utilisatrice du blog de Sina)

Le 15 février, 14 camions de la ville d’Anshun, dans la province de Guizhou, sont arrivés à Ezhou, selon les médias d’État chinois. Les camions étaient chargés de 160 tonnes de marchandises agricoles, dont du bétail, des porcs, des poulets, des œufs, des champignons, des choux, des radis verts, des poireaux et de la ciboulette.

Un internaute a retracé l’information sur les dons de marchandises transportés de Guizhou à Ezhou, en se basant sur des rapports des médias et des avis publics. À l’heure actuelle, il y a environ 1 500 tonnes de légumes que les fonctionnaires n’ont pas pu retracer.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé