Neuralink, la start-up d’Elon Musk spécialisée dans les implants cérébraux, organise une campagne de recrutement en ligne

2 décembre 2022 Mis à jour: 2 décembre 2022
FONT BFONT SText size

La société de neurotechnologie d’Elon Musk, Neuralink, a organisé mercredi une rencontre visant à recruter de nouveaux talents.

L’événement a eu lieu à 21 heures (heure de l’Est), après avoir été reporté, et a été diffusé en live-stream sur YouTube. On y a vu un singe manipuler un clavier virtuel pendant que la société présentait sa technologie.

Dans la description de la vidéo, Neuralink demandait aux gens de « se joindre à notre mission de construire des dispositifs d’E/S conçus pour le cerveau », ajoutant un lien vers la page carrière de la société.

« Le développement d’interfaces cerveau-ordinateur est un défi interdisciplinaire », peut-on lire sur la page carrière. « Nous cherchons à embaucher un large éventail de personnes possédant des compétences diverses en ingénierie, en sciences et en exploitation. »

Les offres d’emploi ne nécessitent aucune expérience préalable en neurosciences, selon Neuralink, car l’entreprise « vous enseignera tout ce que vous devez savoir ».

« Bien souvent, les gens pensent qu’ils ne pourraient pas vraiment travailler chez Neuralink parce qu’ils ne connaissent rien à la biologie ou au fonctionnement du cerveau », a déclaré Elon Musk lors de l’événement. « La chose que nous voulons vraiment souligner ici, c’est que vous n’en avez pas besoin, car lorsque vous décomposez les compétences nécessaires pour faire fonctionner Neuralink, il s’agit en fait de beaucoup des mêmes compétences qui sont nécessaires pour faire fonctionner une smartwatch ou un téléphone moderne. »

Basé à San Francisco, Neuralink, qui a été cofondé par Elon Musk en 2016, cherche à mettre au point « le premier implant neuronal qui vous permettra de contrôler un ordinateur ou un appareil mobile partout où vous allez », selon son site Web.

Aider les personnes souffrant de graves lésions de la moelle épinière

Elon Musk a déclaré au Wall Street Journal CEO Council Summit [Sommet du Wall Street Journal du Conseil des PDG] en décembre 2021 que les dispositifs pourraient être implantés en toute sécurité chez l’homme d’ici un an, et que la société espère pouvoir aider les personnes souffrant de maladies débilitantes telles que les lésions graves de la moelle épinière et la sclérose latérale amyotrophique, en attendant l’approbation de la FDA.

La société a commencé à tester le dispositif sur des animaux en 2019.

En avril 2021, Neurolink a publié une vidéo montrant Pager, un macaque de 9 ans, jouant à des jeux informatiques grâce à un implant neuronal inséré dans son cerveau.

Un an auparavant, en 2020, la société avait également réussi à implanter des micropuces d’intelligence artificielle dans le cerveau d’un cochon nommé Gertie.

Lors de l’événement de mercredi, un nouveau singe nomme « Sake » a utilisé un clavier virtuel pour taper par télépathie les mots « welcome to show and tell ».

« Ici vous pouvez voir Sake, c’est un de nos autres singes, en train de taper sur un clavier. C’est de la dactylographie télépathique. Bien que pour être clair, il n’utilise pas réellement un clavier. Il déplace le curseur avec son esprit vers la touche sélectionnée. Techniquement, il ne peut pas épeler. Je ne veux donc pas exagérer cette chose, car c’est la prochaine version », a déclaré Musk.

Elon Musk a précisé que Sake et les autres singes de la société aimaient accomplir leurs tâches et étaient heureux, et que Neuralink « se soucie du bien-être des animaux », alors que les groupes de défense des animaux s’inquiètent.

Ailleurs mercredi, Elon Musk a déclaré que l’entreprise avait pour objectif de commencer à implanter ses dispositifs neuronaux chez l’homme dans les six prochains mois, en attendant l’approbation des autorités réglementaires.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé