Refus d’obtempérer mortel sur le Pont-Neuf : l’avocat du policier conteste l’ « homicide volontaire »

29 avril 2022 Mis à jour: 29 avril 2022
FONT BFONT SText size

Laurent-Franck Liénard, avocat du policier qui a tué dimanche 24 avril, sur le Pont-Neuf à Paris, deux hommes qui ont foncé précipitamment en voiture, vers une patrouille, a indiqué à l’AFP jeudi 28 avril, qu’il trouvait « non pertinente » la mise en examen de son client pour « homicide volontaire ».

« La qualification retenue dans ce dossier (pour les tirs sur le conducteur du véhicule qui a été tué, ndlr) est peut-être politique mais elle n’est pas pertinente », a déclaré cet avocat. L’homicide volontaire est passible de 30 ans de réclusion criminelle.

 « Homicide volontaire », un chef d’accusation trop sévère ne répondant pas à l’intention du policier 

« Un policier qui fait usage de son arme administrative pour arrêter un délinquant ne veut pas le tuer, il veut arrêter une action dangereuse », a insisté Me Liénard, ajoutant : « L’intention homicide n’est pas dans l’état d’esprit du policier quand il ouvre le feu ».

D’après lui, dans ce cas, la qualification retenue devrait être « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », une qualification criminelle passible de quinze ans de réclusion, retenue pour le passager avant du véhicule par les juges d’instruction.

Interrogé pour savoir si son client avait invoqué la légitime défense pour expliquer ses tirs, l’avocat a refusé de répondre au nom du secret de l’instruction. « C’est le fond du dossier, c’est l’instruction qui le déterminera », a-t-il souligné.

Les syndicats de police qualifie d’ « inadmissible » cette qualification

Alors que le syndicat Alliance a qualifié d’ « inadmissible » cette qualification et appelé à un rassemblement devant la cour d’appel de Paris, Me Liénard a regretté que « tout le monde s’excite. Les syndicats de police veulent récupérer ce dossier, moi je dis qu’il faut garder la raison. »

« Ce qui compte, ce sera la qualification retenue lorsque le dossier sera renvoyé devant une juridiction de jugement », a-t-il aussi souligné.

Le gardien de la paix âgé de 24 ans a été mis en examen mercredi soir pour « homicide volontaire » concernant le conducteur, « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner » s’agissant du passager avant et pour « violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l’autorité publique » envers le passager arrière.

Il a été placé sous contrôle judiciaire.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé