Montpellier : une capitaine de gendarmerie s’immole par le feu ; elle décède de ses brûlures le lendemain

18 mars 2022 Mis à jour: 18 mars 2022
FONT BFONT SText size

Une capitaine de gendarmerie s’est immolée par le feu ce mercredi 16 mars 2022 à Montpellier. Grièvement brûlée, elle a été transportée à l’hôpital Lapeyronie, où elle est décédée le lendemain midi. Elle était très appréciée de ses collègues, qui lui rendent hommage sur les réseaux sociaux.

Nadia Mostefa était cheffe de service au sein de la gendarmerie. Âgée d’une quarantaine d’années, elle a mis fin à ses jours en s’immolant par le feu à Montpellier mercredi 16 mars vers 17 h 30, selon Metropolitain.

 

Le drame s’est déroulé dans le quartier de Celleneuve‑Alco, à Montpellier, près d’un drive d’un hypermarché de la rue Favre de Saint‑Castor. Sur ce parking, elle s’est d’abord aspergée d’essence dans sa voiture avant d’utiliser un briquet pour s’enflammer. Elle est ensuite sortie du véhicule, transformée en torche vivante. Des témoins ont essayé de lui venir en aide, entre autres avec un extincteur.

Brûlée au 3e degré sur 40 % de son corps, la quadragénaire a été transportée avec un pronostic vital engagé au service des grands brûlés du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Lapeyronie.

Selon les informations du Parisien, la capitaine de gendarmerie est décédée le lendemain midi des suites de ses blessures.

« Une période difficile »

Nadia Mostefa « traversait une période difficile », a confié un de ses proches à Actu 17. Elle était en arrêt maladie depuis plusieurs mois à cause d’une dépression. Maman d’un petit garçon, la jeune femme venait d’apprendre la perte de la garde de son fils mercredi matin, le jour même où elle est passé à l’acte, selon les informations recueillies par Metropolitain.

Bienveillance et implication auprès des orphelins

Passionnée par son métier et chef de service des ressources humaines au sein de l’état‑major du groupement de gendarmerie de l’Hérault depuis 2020, Nadia Mostefa était connue pour sa bienveillance et son dévouement. « Elle était très impliquée sur la question des orphelins de la gendarmerie », a confié un de ses confrères au Parisien.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé