Franche-Comté: la pive, une monnaie pour des projets solidaires locaux

24 novembre 2022 Mis à jour: 24 novembre 2022
FONT BFONT SText size

La pive est une monnaie du quotidien qui circule depuis 2017, dans l’ensemble de la Franche-Comté.

Depuis quelques années, de nombreux Francs-comtois changent leurs euros en pives, la monnaie complémentaire qui leur permet d’acheter divers produits en boutique tout en encourageant des projets solidaires. Ce moyen d’échange, mis en place par des citoyens, est accessible à tous – consommateurs, commerçants, entrepreneurs, collectivités, associations… L’objectif, selon l’association La Pive hébergée à Besançon, est de « favoriser l’économie de proximité, au service de l’humain, dans le respect du vivant ».

Annie Buchwalter, une habitante de Dole dans le Jura, dépense 150 à 200 euros par mois en pives pour se fournir chez un fleuriste, un bouquiniste, une droguerie, un café-restaurant, un fromager, un apiculteur, un boulanger, mais aussi à la Biocoop locale, a rapporté Alternatives Économiques.

Pour elle, il s’agit avant tout de contribuer à des projets « solidaires, locaux et alternatifs ». Par ailleurs, les euros échangés atterrissent sur un fonds de garantie à la coopérative bancaire La Nef. Pour l’heure, cet argent a permis de financer un gîte d’étape à Saint-Lothain, nommé « La Maison du haut » et repris par la suite par un collectif de citoyens pour en faire un lieu culturel. Un restaurant végétarien a également été lancé à L’Unalôme à Besançon.

La pive ne date pas d’hier. En effet, déjà dans les années 2000, un groupe de citoyens avait essayé de structurer une monnaie locale en Franche-Comté. « Le projet n’avait pas abouti » à ce moment-là, a confié au magazine Lorine Gagliolo, chargée de la relation aux collectivités pour la pive.

Toutefois, en 2014, avec la loi Hamon, une « assise légale » a été donnée aux monnaies locales. Depuis, ces monnaies sont reconnues comme moyen de paiement et peuvent être encaissées par les entreprises. Chemin faisant, la pive a officiellement été lancée trois ans plus tard sur les quatre départements francs-comtois.

Aujourd’hui, l’association en charge de la pive fonctionne grâce à une dizaine de groupes locaux, composés de bénévoles et de sept salariés. Des centaines de boutiques, professionnels et marchés solidaires ont depuis rejoint le mouvement. En outre, 34 comptoirs d’échange ont été ouverts en Franche-Comté. Quant à la valeur de la monnaie, une pive est égale à un euro.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé