Mme Bachelet consternée par le retrait d’Istanbul d’un traité protégeant les femmes

23 mars 2021 Mis à jour: 23 mars 2021
FONT BFONT SText size

L’annonce par la Turquie de son retrait d’un traité sur la lutte contre les violences infligées aux femmes est consternante, estime la Haute- Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, révélatrice de la détérioration des droits humains dans le pays.

« La Haute- Commissaire a exprimé sa consternation face au retrait, qui représente un recul significatif dans les efforts de la Turquie à faire avancer les droits des femmes, en particulier parce que les inégalités basées sur le genre et les violences faites aux femmes restent un grave problème dans la société turque », souligne un communiqué des services de Michelle Bachelet.

Ce retrait de la convention dite d’Istanbul, « un important traité régional des droits humains sur le combat contre toutes formes de violences faites aux femmes, traduit des inquiétudes plus larges sur la situation des droits humains dans le pays, en particulier l’espace civique qui se réduit et le manque de participation démocratique réelle dans les prises de décision », ajoute le communiqué.

La pandémie a fait grimper les violences faites aux femmes

Le Haut-Commissariat note que la décision de se retirer de ce traité a été prise sans débat parlementaire ou sans consultation plus large avec les membres de la société civile, y compris les groupes de femmes et les défenseurs des droits des femmes.

Cette décision « est d’autant plus choquante » selon l’organisation, que la Turquie a été la première à ratifier le traité en mars 2012.

Le retrait, annoncé ce week-end, « lance un signal négatif au reste du monde » au moment où la pandémie a fait grimper encore les violences faites aux femmes.

Le Haut-Commissariat demande à la Turquie de revenir sur sa décision et « de faire des efforts concrets » pour protéger les femmes turques.

Dans un communiqué séparé de nombreux experts indépendants de l’ONU ont également fait part de « leurs profonds regrets » face à cette décision de la Turquie.

Les féminicides ont augmenté en Turquie

Ce retrait « envoie le message que les violences faites aux femmes n’est pas un sujet important, et risque d’encourager les auteurs de ces violences et de fragiliser les mesures pour les combattre », a ainsi souligné Dubravka Simonovic, Rapporteuse spéciale de l’ONU sur les violences faites aux femmes.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans ce pays pour demander au président Recep Tayyip Erdogan de revenir sur le retrait.

Cette décision, prise alors que les féminicides n’ont cessé d’augmenter depuis une décennie en Turquie, a suscité la colère des organisations de défense des droits des femmes et des critiques de l’Union européenne.

Le traité d’Istanbul est le premier traité international à fixer des normes juridiquement contraignantes dans une trentaine de pays pour prévenir la violence sexiste.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé