Michel-Édouard Leclerc explique qu’il faut « arrêter » d’attribuer l’inflation « à la guerre en Ukraine »

8 avril 2022 Mis à jour: 8 avril 2022
FONT BFONT SText size

Selon Michel-Édouard Leclerc, l’inflation constatée serait due à de mauvaises récoltes en 2021 et également à une hausse des coûts des fournisseurs. Interrogé sur RTL ce mercredi 6 avril, le président du comité stratégique des centres E. Leclerc a indiqué qu’il ne fallait pas tout attribuer à la guerre d’Ukraine.

À la question de savoir quelle incidence la guerre en Ukraine allait avoir sur une éventuelle pénurie et sur le pouvoir d’achat des Français, Michel-Édouard Leclerc a répondu ce mercredi au micro de RTL. Selon le président du comité stratégique des centres E.Leclerc, « il n’y a pas de pénurie ».

« L’Ukraine rajoutera sans doute une couche à cette inflation »

« D’une manière générale, il faut arrêter d’attribuer à la guerre en Ukraine l’inflation et les problèmes qu’on rencontre », a d’abord indiqué à l’antenne de RTL Michel-Édouard Leclerc. Ce dernier ne parle pas de « pénurie » mais de ruptures de certaines marques et de certaines provenances. Il a ajouté que « les négociations commerciales avec les fournisseurs ont eu lieu jusqu’à fin février. Aujourd’hui, les commerçants sont appelés à répercuter au consommateur, plus ou moins, les hausses des coûts des fournisseurs ». Mais « c’est ce qui a été produit en 2021 », a-t-il poursuivi, ajoutant toutefois que « l’Ukraine rajoutera sans doute une couche à cette inflation ».

Même s’il constate que « localement », les pâtes ou le riz peuvent être en pénurie, il considère néanmoins qu’il n’y a pas de « rationalité » et met plutôt la faute sur les « on dit ». Il a annoncé que jusqu’au mois de juin, il peut y avoir des ruptures, mais en aucun cas un risque de pénurie.

Il a également indiqué que certaines personnes, voulant « faire des sous », se sont mises à spéculer et utilisent le drame qui se déroule en Ukraine. Outre ce phénomène – qu’il considère comme n’étant pas « inéluctable » et contre lequel « il faut se battre » – Michel-Édouard Leclerc reconnait qu’il y aura un impact, même s’il « n’est pas mesurable aujourd’hui », et cela, en raison des « sanctions qui ont été prises contre la Russie », la Russie ayant annoncé « qu’elle n’exportera pas un certain nombre de grains ».

Une inflation due aux mauvaises récoltes

Il a encore signifié que l’inflation touche d’abord le café et le chocolat, cela étant dû aux mauvaises récoltes en 2021. Il a souligné une augmentation du café Arabica de 82 % sur le marché international ces 12 derniers mois, et de 61 % pour le café Robusta. « L’inflation des produits agricoles français est, elle, rationnellement justifiable », a-t-il encore indiqué, soulignant un « rattrapage », après une déflation durant 4 ans.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé