Mettre à profit la méditation en médecine pédiatrique

22 septembre 2022 Mis à jour: 22 septembre 2022
FONT BFONT SText size

Un neuroscientifique explique comment la méditation peut aider à traiter les enfants souffrant de traumatismes, de diagnostics difficiles ou d’autres facteurs de stress.

Les enfants qui méditent régulièrement sont moins actifs dans les parties du cerveau impliquées dans la rumination, le vagabondage de l’esprit et la dépression, comme l’a constaté notre équipe dans la première étude d’imagerie cérébrale portant sur des personnes âgées de moins de 18 ans. On pense que la suractivité de cet ensemble de régions du cerveau, connu sous le nom de réseau du mode par défaut, est impliquée dans la génération de pensées négatives autodirigées – telles que « je suis un raté » – qui sont proéminentes dans les troubles mentaux tels que la dépression.

Dans notre étude, nous avons comparé une forme simple de distraction – compter à rebours à partir de 10 – à deux formes relativement simples de méditation : l’attention concentrée sur la respiration et la pleine conscience. Des enfants placés dans un scanner IRM devaient utiliser ces techniques tout en regardant des clips vidéo provoquant de la détresse, comme un enfant recevant une injection.

Nous avons constaté que les techniques de méditation étaient plus efficaces que la distraction pour faire cesser l’activité dans ce réseau cérébral. Ces résultats renforcent les recherches de notre laboratoire et d’autres laboratoires qui montrent que les techniques de méditation et les programmes de méditation basés sur les arts martiaux sont efficaces pour réduire la douleur et le stress chez les enfants atteints de cancer ou d’autres maladies chroniques – et chez leurs frères et sœurs – ainsi que chez les écoliers pendant la pandémie de Covid-19.

Cette étude, dirigée par l’étudiant en médecine Aneesh Hehr, est importante, car les techniques de méditation telles que l’attention concentrée sur la respiration ou la pleine conscience sont populaires en milieu scolaire et sont toujours plus utilisées pour aider les enfants à faire face à des expériences stressantes. Celles-ci peuvent inclure l’exposition à un traumatisme, des traitements médicaux ou même un stress lié au Covid-19.

Pourquoi c’est important

Les chercheurs en savent beaucoup sur ce qui se passe dans le cerveau et le corps des adultes lorsqu’ils méditent, mais les données comparables pour les enfants font défaut. Il est important de comprendre ce qui se passe dans le cerveau des enfants lorsqu’ils méditent, car le cerveau en développement est connecté différemment du cerveau adulte.

Ces résultats sont également importants, car les soignants et les prestataires de soins de santé utilisent souvent des méthodes de distraction telles que des iPads ou des jouets pour aider les enfants à faire face à la douleur et à la détresse, notamment lors d’interventions médicales. Cependant, ces techniques peuvent reposer en grande partie sur le cortex pré frontal, qui est sous-développé chez les jeunes.

Cela signifie que les techniques de régulation du stress et des émotions qui s’appuient sur le cortex pré frontal peuvent être efficaces pour les adultes, mais risquent d’être moins accessibles aux enfants. Les techniques de méditation peuvent ne pas dépendre du cortex pré frontal et peuvent donc être plus accessibles et efficaces pour aider les enfants à gérer et à faire face au stress.

Prochaines étapes

Nous avons encore beaucoup à apprendre sur la façon dont la méditation affecte le développement du cerveau des enfants. Il s’agit notamment de savoir quels types de techniques de méditation sont les plus efficaces, leur fréquence et leurs durées idéales, et comment elles affectent les enfants différemment.

Notre étude s’est concentrée sur un échantillon relativement restreint de 12 enfants atteints d’un cancer actif, ainsi que sur des anciens patients qui ont pu ressentir une détresse importante liée au diagnostic, au traitement et à l’incertitude quant à l’avenir. De futures études portant sur des échantillons plus importants – incluant des enfants présentant une plus grande diversité de diagnostics et d’expositions à des facteurs d’adversité ou à des traumatismes précoces – aideront les chercheurs à mieux comprendre comment la méditation affecte le cerveau et le corps des enfants.

Nos résultats soulignent la nécessité de comprendre précisément comment les techniques de méditation fonctionnent. Des études récentes et passionnantes ont commencé à examiner comment la participation à des programmes basés sur la pleine conscience et la méditation peut façonner le fonctionnement du cerveau des enfants.

Il est également essentiel de comprendre le fonctionnement de ces techniques pour optimiser leur application dans le domaine de la santé, par exemple pour faire face aux procédures liées aux aiguilles ou pour aider les enfants à gérer les effets négatifs du stress et des traumatismes.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé