Une mère sauve une fillette éthiopienne qui risquait d’être enlevée par un sataniste: «Dieu était dans cette bataille»

"C'est une histoire écrite au ciel", a dit cette mère de quatre enfants
20 août 2022 Mis à jour: 20 août 2022
FONT BFONT SText size

Après avoir adopté un orphelin qui avait échappé à l’esclavage en Éthiopie, une mère du Tennessee a commencé à rêver d’une petite fille.

Le fait de tomber sur la photo d’une orpheline de 7 ans dans le besoin a prouvé que son rêve était une prémonition. Mais après être retournée en Éthiopie pour adopter l’enfant, une lutte a commencé.

La fillette, du nom de Favor, a été retenue, et on craignait qu’elle ne soit prise en charge par un sataniste connu. Une mère de quatre enfants, Missy Maxwell Worton, de Franklin, a refusé de quitter l’Éthiopie sans sa fille. Soutenue par sa foi, elle a finalement réussi.

« C’est une histoire écrite au ciel », a confié Missy à Epoch Times. « Nous avons vu un besoin. Nous y sommes allés et nous avons sauvé Favor d’une situation qui allait lui voler son destin, voire sa vie si elle était tombée entre les mains de cet homme.

« Nous avions la foi, car nous savions que Dieu était dans cette lutte. Il avait envoyé ses guerriers célestes pour combattre en notre nom. »

Leur fille adoptive est maintenant une jeune fille de 17 ans, heureuse, confiante et épanouie. « Je ne peux dire que de bonnes choses sur cette fillette », a souligné Missy. « Elle a été créée par la Vie. Elle veut être avocate et elle veut lutter pour ceux qui n’ont pas de voix. »

Missy, qui a été élevée dans l’église et a passé sa vie à entretenir une relation avec Dieu, a rassemblé l’histoire de l’adoption de Favor dans le livre Don’t Mess With This Mama: Risking It All to Rescue Our Daughter. Elle est aujourd’hui une auteure primée, une conférencière et une coach guidée par la foi, qui lutte pour les droits des orphelins et des enfants placés en famille d’accueil, des victimes de la traite des êtres humains et des enfants à naître.

Missy Maxwell Worton avec son mari, Mark, et leurs quatre enfants (Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)
Le livre de Missy, Don’t Mess With This Mama: Risking It All to Rescue Our Daughter (Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)

L’adoption

L’appel à l’adoption est venu à Missy après avoir donné naissance à deux enfants biologiques : un fils et une fille. Missy a raconté qu’elle n’était pas certaine de vouloir être mère jusqu’à ce qu’elle frôle la mort lors de la naissance de son premier enfant, Matthew.

« J’ai eu ce qu’on appelle de l’hypertension induite par le travail », a-t-elle dit. « J’ai littéralement eu une attaque, j’ai fait un arrêt cardiaque et j’ai commencé à m’éloigner de mon corps. Je me suis dit : ‘Je ne suis pas prête, je veux être maman !’ À partir de ce moment, j’ai changé mentalement… J’ai besoin de faire une différence dans ma vie. »

Vivant à Franklin, aux États-Unis, Missy s’est rapprochée de sa voisine, une femme qui a réalisé l’une des premières adoptions américaines réussies en provenance d’Éthiopie et qui a finalement adopté cinq enfants. « Mon cœur a immédiatement voulu cela », a dit Missy. Elle et son mari ont commencé par adopter d’un orphelinat un petit garçon, s’appelant Shewit.

Le rêve de Missy d’une petite fille, dans une robe rose et jaune, les mains devant elle, en train de prier, a rapidement suivi. Ils ont pensé qu’elle avait rêvé de la petite sœur de Shewit, mais celle-ci était déjà décédée. « Nous ne pouvons qu’imaginer ce qui s’est passé. Je suis sûre qu’elle est devenue esclave », a dit Missy. « Shewit était en esclavage. Il avait été vendu pour être un garçon de berger et il a échappé à cela. »

Favor (Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)
Missy et Mark ont adopté Shewit en Éthiopie. Lorsque Missy a vu la photo de Shewit pour la première fois, elle a senti que sa vie était liée à la sienne et qu’elle « devait faire partie de sa vie, pour l’aider à accomplir son destin ». (Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)

C’est la fille du voisin de Missy qui lui a montré pour la première fois une photo de Favor. Lorsqu’elle et son mari, Mark, ont vu la photo, Missy a eu l’impression de déjà connaître la fillette. Elle croit que c’était le plan de Dieu de la laisser voir sa future fille adoptive en rêve, afin de renforcer leur foi et de les préparer au voyage difficile qui les attendait.

« Nous avons vu une petite fille dans une robe rose, exactement ce dont j’avais rêvé pendant deux ans. Je l’ai immédiatement reconnue », se souvient Missy. « Mon cœur s’est arrêté et j’ai dit : ‘Je la connais.’ Mon mari m’a dit : ‘Comment ça ?’ J’ai répondu : ‘Cela fait deux ans que je la vois en rêve. C’est notre fille.' »

Missy et son mari se sont envolés pour l’Éthiopie afin d’entamer leur action en justice le 14 août 2012. Pourtant, comme ils avaient déjà vu une photo de Favor, leur agence d’adoption a refusé de les orienter. « Un de leurs enfants était décédé dans un foyer, et c’était un enfant pré-identifié, a expliqué Missy, donc ils ne voulaient rien avoir à faire pour aider des gens à obtenir un enfant pré-identifié. »

Mais le couple a persisté. Missy a dit qu’ils ont gardé leur foi en Dieu et qu’Il a « déplacé une montagne » pour leur obtenir une recommandation réputée. Favor était en bonne santé, joyeuse, fougueuse, et avait été bien prise en charge par son orphelinat. Elle a passé une semaine avec ses nouveaux parents et sa nouvelle sœur de 12 ans à l’hôtel et ils se sont tous rapprochés. Le dossier du couple a été approuvé par le tribunal éthiopien et Favor a reçu officiellement son nom de famille.

Mais juste avant qu’ils ne quittent le pays, la directrice de l’orphelinat fait asseoir Missy et lui annonce une nouvelle dévastatrice.

Missy, Mark, et leur fille biologique avec Favor en Éthiopie (Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)

Le sataniste

L’adoption a été révoquée, leur a-t-on dit. Un bureau du gouvernement local voulait placer quatre enfants de l’orphelinat – Favor étant parmi eux – en famille d’accueil, ce qui, selon Missy, était un système de « faux placement familial » créé dans la région.

« La directrice de l’orphelinat m’a dit : ‘La personne qui voulait Favor est un sataniste bien connu dans la région et il a placé de nombreux enfants en famille d’accueil. Mais ils ont tous mystérieusement disparu, ou ils sont morts mystérieusement. C’est cette personne qui veut votre fille' », a dit Missy. « Je me suis dit, pourquoi un homme de 50 ans voudrait-il ma fille ? Elle ne sait pas faire le ménage. Elle ne sait pas cuisiner. »

« C’est la dernière fois que nous avons entendu parler de cet individu… et quand j’ai posé des questions à son sujet plus tard, j’ai dit : ‘Pensez-vous que tous nos problèmes sont liés aux satanistes ? Il était très puissant.’ Elle m’a répondu : ‘Ne vous ‘inquiétez pas pour ça.’ Ils n’ont donc pas voulu aborder le sujet. Maintenant que je connais le trafic d’enfants, je dirais qu’il était très impliqué. Bien que je n’aie aucune preuve. »

Missy et son mari ont appris qu’il faudrait trois à quatre mois pour obtenir l’autorisation de l’ambassade de ramener Favor à la maison. De retour aux États-Unis, ils ont obtenu l’aide d’une agence d’adoption éthiopienne et de la tante biologique de Favor, qui avait le droit de retirer Favor du foyer d’accueil en vertu de la loi éthiopienne.

(Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)
(Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)

Le sauvetage audacieux

Les plans se développaient, le couple a pris l’avion pour aller sauver leur petite fille.

« Nous étions littéralement dans le dernier avion à quitter l’aéroport international de Dallas avant que l’ouragan Sandy ne s’abatte sur la côte Est », se souvient Missy. « La tante de Favor était très malade, elle était à l’hôpital quand nous avons atterri. Elle s’est levée le lendemain matin, a fait trois heures de bus, est allée chercher Favor et nous l’a ramenée. »

Favor n’était plus la même. Elle avait la tête rasée et son esprit était brisé. « À ce jour, nous ne savons pas vraiment pourquoi ils lui ont rasé la tête… il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas », a dit Missy. « Mais elle était ravagée. Elle aimait ses cheveux. »

Après le sauvetage, un autre coup dur est survenu : l’agence d’adoption a demandé à la directrice de l’orphelinat de récupérer Favor et d’interdire à la famille de quitter l’Éthiopie avec elle. Missy et son mari sont passés en mode furtif.

« Nous nous faufilions partout, nous savions que les yeux étaient rivés sur nous. Ils nous observaient partout où nous allions », raconte-t-elle.

(Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)

Le couple s’est enregistré dans un hôtel Hilton alors que les répercussions de l’attaque de Benghazi résonnaient autour d’eux. Missy a repéré par hasard l’homme qui avait donné l’ordre à d’autres personnes de leur enlever Favor. Il était déjà au courant de leur hôtel, dit-elle. L’homme les a suivis jusqu’à l’hôtel et a placé une note sous la porte : « Votre adoption a été suspendue, vous devez laisser l’enfant ici. » Ils se sont précipités à l’aéroport avec Favor.

Missy a dit : « Un agent de sécurité nous a conduits jusqu’à l’immigration. On s’est enregistrés, et alors qu’on passait et qu’on remettait nos passeports, tout à coup l’agent d’immigration regarde Favor, regarde une note rose, lève les yeux et prend immédiatement son visa et son passeport. »

Déterminée à ne pas perdre sa fille une seconde fois, Missy a tenu bon. Un sympathique étranger à l’aéroport, ayant entendu leur situation, leur a offert un coup de main. Sa fille les emmènerait dans une pension sûre tenue par une famille chrétienne pour une nuit de repos.

Au cours du mois suivant, ils se sont cachés, s’installant dans une académie chrétienne de 8 acres avec des gardes armés. Une interaction avec le pasteur chrétien Chris Overstreet lors d’un rassemblement a redonné espoir à Missy, lorsqu’il a dit : « Je veux juste vous encourager… Dieu vous a donné Favor dans ce voyage. »

Missy était stupéfaite que le pasteur Overstreet ait utilisé le nom de sa fille adoptive.

« C’était la foi. La foi est la substance des choses que vous espérez, mais que vous n’avez pas encore vues… et nous avions des gens qui priaient dans de nombreux pays du monde entier, priant pour que Favor rentre à la maison », a-t-elle expliqué.

Après un mois de clandestinité, la famille a gagné sa lutte grâce aux efforts d’un avocat au nom très évocateur : Mesfin. Mesfin signifie « celui qui se bat pour les sans-abri et les orphelins ».

Le couple est rentré au Tennessee avec un ajout à leur famille et une histoire phénoménale à raconter.

(Avec l’aimable autorisation de Missy Maxwell Worton)

Soyez une force du bien

Favor est arrivée aux États-Unis à l’âge de 7 ans. Elle a traversé la délicate transition vers la vie américaine, et une abondance déroutante qu’elle n’avait jamais connue, pour devenir une adolescente intelligente et en bonne santé qui se prépare pour sa première année de lycée.

« Il lui a fallu un certain temps pour se faire à l’idée que nous ne la quitterions pas », explique Missy. « Il nous a fallu sept ans pour qu’elle croie que nous l’aimions et qu’elle était notre fille pour le reste de nos vies… »

« Je pense que notre histoire met en lumière le fait que les orphelins peuvent être retirés des orphelinats et placés dans des situations qui peuvent être néfastes, mais le but réel de notre histoire est de mettre en lumière la fidélité de Dieu envers ceux qui ont la foi. Lorsque nous n’aimons pas ce qui se passe dans le monde qui nous entoure, nous n’avons pas besoin de nous plaindre, nous devons faire tout ce que nous pouvons faire pour changer ce qui se passe. »

« Nous avons peu de temps sur Terre, alors utilisons chaque jour pour être une force du bien. »

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé