Une mère mexicaine dit avoir subi des pressions d’ONG, pour qu’elle rejoigne la caravane des migrants à destination des États-Unis

Les migrants sont utilisés comme des pions par les groupes socialistes et communistes pour atteindre leur objectif d’ouverture des frontières, selon un expert.

TIJUANA, Mexique – María Luisa Cáceres s’est rendue dans la zone frontalière d’El Chaparral à Tijuana le 25 novembre pour vérifier le statut de son numéro d’asile. C’est là, dans une tente d’enregistrement improvisée une semaine plus tôt, qu’elle a reçu le numéro 1 537.

Le groupe qui organise les numéros d’asile est Pueblo Sin Fronteras (« Personnes sans frontières »), un groupe militant pour les frontières ouvertes qui a soutenu plusieurs caravanes de migrants d’Amérique centrale cherchant à obtenir asile aux États-Unis.

Le groupe inscrit les noms des demandeurs d’asile dans son livre – chaque numéro reçoit 10 noms – et lorsqu’un numéro est appelé, c’est le jour où ces personnes entrent dans le passage piétonnier aux États-Unis et demandent l’asile. Ils ont enregistré plus de 11 000 noms depuis mars. Les douanes américaines et la protection des frontières traitent environ 100 demandes d’asile par jour à El Chaparral.

Il semble s’agir d’une machine d’asile bien huilée, avec des ONG comme Al Otro Lado (« De l’autre côté »), basée à Los Angeles, qui se rendent dans le camp pour conseiller les migrants sur le processus et sur la manière de traiter certaines questions.

Le directeur du contentieux de l’organisation, Erika Pinheiro, donnait des conseils sur un haut-parleur au camp de migrants du complexe sportif Benito Juarez, le 19 novembre dernier.

Des membres de la caravane de migrants d’Amérique centrale écoutent Erika Pinheiro, directrice du contentieux d’Al Otro Lado, leur expliquer la procédure d’asile aux États-Unis dans un complexe sportif municipal de la zone Nord, près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, à Tijuana, Mexique, le 19 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Elle a dit aux migrants de s’assurer de soumettre une demande d’asile dans l’année qui suit leur arrivée aux États-Unis, sans quoi ils ne seraient éligibles qu’à l’ « interdiction d’expulsion », qui comporte beaucoup moins de prestations.

« Il est important d’être éligible à l’asile », a dit Mme Pinheiro. « [L’interdiction de renvoi] n’est pas une voie vers la résidence et la citoyenneté. Autrement dit, vous n’auriez qu’un permis de travail ; vous ne pourriez jamais quitter les États-Unis ; vous ne pourriez pas faire de demande pour les membres de votre famille ; vous ne pourriez pas voter aux États-Unis. En gros, vous seriez prémuni contre l’expulsion, mais ça n’a pas beaucoup d’avantages. »

Mais, a-t-elle dit, même les criminels et les personnes expulsées antérieurement peuvent obtenir le statut de personne non expulsable.

Maria Luisa Cáceres (à droite), 42 ans, avec son fils, tous deux originaires du Honduras, dans le camp de migrants du complexe sportif Benito Juarez à Tijuana, Mexique, le 26 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

« Nous y sommes forcés »

Lorsque María Luisa Cáceres a emmené son fils de 15 ans ayant des besoins spéciaux pour vérifier son numéro d’asile le 25 novembre, on lui a dit qu’il faudrait encore trois semaines avant que son numéro soit appelé.

Mais c’est aussi ce jour-là que les organisateurs ont appelé les milliers de migrants à marcher jusqu’à la frontière. María Luisa a dit qu’elle n’avait pas prévu de se joindre à la manifestation, « mais comme nous sommes avec la caravane, nous y sommes obligés ».

« La vérité, c’est qu’on nous a dit que si nous n’allions pas avec la caravane, nous n’étions pas avec eux, et vous savez, depuis que nous sommes partis du Honduras, nous sommes venus dans une caravane », dit-elle.

María Luisa et son fils ont été pris dans la mêlée, et elle a dit que son visage ressentait encore les effets des gaz lacrymogènes utilisés par la patrouille frontalière des États-Unis pour repousser les migrants qui déchiraient la première couche de clôture.

« Ce que j’ai fait hier était très risqué, j’aimerais que cela ne se reproduise plus », a-t-elle dit, et elle a blâmé le grand nombre d’hommes migrants qui se sont précipités devant la police anti-émeute mexicaine pour passer la frontière. « Il y a des gens qui ne pensent qu’à eux, ils ne pensent pas aux mères avec enfants, ils ne pensent à rien. »

Le 25 novembre 2018, des migrants se précipitent devant la police anti-émeute au pied d’un pont menant au camp de migrants à l’entrée piétonne El Chaparral au poste frontière de San Ysidro, à Tijuana, au Mexique. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

María Luisa était à Benito Juarez quand The Epoch Times lui a parlé. On venait de lui donner une tente pour dormir, sur les côtés de laquelle est peint « Abolich ICE » (mouvement politique qui propose l’abolition de la législation américaine en matière d’immigration et de dédouanement). Un peu plus tôt, elle a dormi à la belle étoile, endurant le froid et une tempête de pluie qui s’était abattue sur elle plusieurs nuits auparavant.

Elle a rejoint la caravane au Honduras parce qu’elle pensait pouvoir aller aux États-Unis et obtenir de l’aide, surtout pour son enfant ayant des besoins spéciaux. Elle a refusé l’offre d’asile au Mexique, « parce que si on reste ici, c’est comme si on restait au Honduras ».

Elle a laissé 4 autres enfants à la maison, âgés de 11 à 25 ans.

Arlen Cruz et sa fille Nayli Rosario dans le camp de migrants du complexe sportif Benito Juarez à Tijuana, Mexique, le 26 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Arlen Cruz et son mari ont été invités à emmener leur fille de 2 ans, Nayli Rosario, à la manifestation du 25 novembre.

« On m’a dit que ce serait une manifestation pacifique et normale, il suffisait d’y participer. Mais ensuite, tout s’est mal passé », a-t-elle dit au camp le 26 novembre. « Personne n’a dit qu’on traverserait, ils ont juste dit que c’était une manifestation jusqu’au pont et qu’ensuite on reviendrait. »

Mme Cruz a dit que sa famille ne s’est pas précipitée à la frontière avec le millier de migrants le 25 novembre, mais qu’elle est retournée au camp. Elle a dit que son mari avait déjà quatre frères aux États-Unis.

« Je veux rester un peu au Mexique, puis, si Dieu le veut, traverser », dit-elle.

Une mise en scène politique

Les organisateurs de la caravane tentent d’affaiblir l’administration Trump et les États-Unis, selon le colonel Fred Peterson, ancien responsable des affaires publiques de la Joint Task Force North, le fonctionnement anti-drogue et anti-terroriste du Département de la Défense.

« C’est un fonctionnement très bien financé », a-t-il dit à The Epoch Times. « Ce n’est pas spontané du tout. »

Les migrants eux-mêmes sont exploités à des fins politiques, a-t-il dit. « Ils ne sont que des accessoires dans une mise en scène politique stratégique. »

Il prévoyait que les organisateurs mettent intentionnellement les migrants dans des situations dangereuses pour créer un incident qui pourrait être transformé en arme contre les États-Unis.

« Je m’attendais à ce qu’ils organisent un événement où des innocents seraient tués intentionnellement », dit-il.

Des migrants se précipitent vers la frontière américaine près de l’entrée piétonne d’El Chaparral au poste frontière de San Ysidro à Tijuana, Mexique, le 25 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Les enfants en première ligne

La secrétaire du Département de la sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a défendu l’utilisation de gaz lacrymogènes par les gardes-frontières pendant la ruée vers la clôture de la frontière le 25 novembre, et a accusé les organisateurs de caravanes de pousser les femmes et les enfants sur les lignes de front.

« Il semble dans certains cas que les femmes et les enfants en nombre limité dans la caravane soient utilisés par les organisateurs comme ‘boucliers humains’ lorsqu’ils sont confrontés aux forces de l’ordre », a écrit Mme Nielsen dans un message sur Facebook le 26 novembre.

« Ils sont mis en danger par les organisateurs de la caravane, comme nous l’avons vu à la frontière Mexique-Guatemala. C’est mettre les personnes vulnérables en danger. »

Mme Nielsen a indiqué qu’il y a 8 500 membres de caravanes à Tijuana et à Mexicali, et que d’autres caravanes sont en route.

Les migrants commencent à reculer alors que les forces de l’ordre américaines utilisent des gaz lacrymogènes pour repousser leurs tentatives de passage illégal aux États-Unis, juste à l’ouest du point de passage de San Ysidro à Tijuana, au Mexique, le 25 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Il y a un mois, le vice-président Mike Pence a déclaré que les renseignements fournis par des partenaires étrangers désignaient des groupes de gauche derrière les caravanes.

« Ce que le président du Honduras m’a dit, c’est que la caravane était organisée par des organisations de gauche, des militants politiques au Honduras, et qu’elle était financée par des groupes extérieurs, et même par le Venezuela », a dit Mike Pence à Fox News le 26 octobre.

Une vidéo affichée sur la page Facebook de Netnoticias.mx le 25 novembre montre un policier mexicain suppliant les migrants de ne pas écouter les chefs de caravane qui leur disaient de mettre les enfants en première ligne.

« Ne les laisse pas te tromper ! Ne les laisse pas te mentir ! Ces dirigeants, la seule chose qu’ils font, c’est risquer que quelque chose de mal arrive à vos familles. Parce qu’ils disent ‘allez au front' », on entend l’officier dire en espagnol. « Ne faites pas confiance aux chefs. Ils vous lavent le cerveau. »

Le 25 novembre 2018, des migrants percent la clôture de la frontière américaine en franchissant l’entrée piétonne Est du passage de San Ysidro à Tijuana, au Mexique. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

L’officier continue de dire que c’est « lâche » d’emmener les enfants en première ligne.

« Si vous les écoutez et que vous emmenez vos enfants à l’avant, s’il leur arrive quelque chose de mal, vous allez devoir vivre avec ça. Ce n’est pas leur faute. N’écoutez pas cet homme et l’autre gars qui sont là-bas. »

Le maire de Tijuana, Juan Manuel Gastélum, a déclaré lors d’une conférence de presse le 27 novembre que les parents migrants ont agi de manière irresponsable le 25 novembre.

« Comment est-il possible qu’un père, une mère, puisse être si cruels et mettre son enfant en danger ? », M. Gastélum a dit. « Il y a des photos épouvantables là, où une mère tire ses enfants, essayant de les sauver des gaz lacrymogènes, mais qui les y a amenés ? Ces dirigeants, qui transportent la caravane à travers le pays, les exposent au danger dans tout le pays. »

Exploiter les migrants

Trevor Loudon, un expert reconnu des groupes communistes et un collaborateur d’Epoch Times, a déclaré que les migrants sont exploités par Pueblo Sin Fronteras et d’autres groupes socialistes et communistes qui veulent démanteler les frontières américaines.

« Le public américain ne comprend pas à quel point ces [migrants] sont exploités », a dit M. Loudon. « Ils ont tout mis là-dedans et ont fait un trek de grande envergure et maintenant, ils vont rester là, abandonnés. Et la seule chose qui va arriver, c’est qu’ils vont être utilisés comme chair à canon pour la violence ou les séances de photos. »

M. Loudon a dit que les organisateurs savent que les États-Unis ne peuvent pas permettre à des milliers de migrants d’affluer sans contrôle, ce qui déclencherait une vague sans fin « et détruirait essentiellement le pays ».

« C’est cruel d’exploiter les gens de cette façon, sachant que l’Amérique ne pouvait pas les laisser entrer », a-t-il dit. « De toute façon, ces gens ne sont que des pions. »

Il a dit que Pueblo Sin Fronteras est dirigé par Emma Lozano, qui vient d’une famille très connue du parti communiste à Chicago.

« Je sais qu’ils ont joué un rôle très actif en encourageant la caravane dès le début », a dit M. Loudon.

Une vue d’une partie du complexe sportif qui accueille actuellement 5 150 migrants dans le quartier Zona Norte de Tijuana, au Mexique, le 24 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Dans le camp de Tijuana, où plus de 5 150 migrants sont entassés dans un complexe sportif poussiéreux, des tracts de propagande communiste sont distribués.

Un tract, dont la version espagnole a été distribuée aux migrants la nuit de l’échec de la tentative de ruée vers la frontière, dit : « Ouvrez-la ou nous allons la faire fermer ! Tout le monde doit pouvoir entrer ! »

Le dépliant a été imprimé par BAMN, une organisation communiste basée en Californie qui se décrit comme une « Coalition pour défendre l’action positive, l’intégration et les droits des immigrants et lutter pour l’égalité par tous les moyens nécessaires ».

Le tract est un cri de ralliement pour que les migrants se serrent les coudes jusqu’à ce que leurs objectifs soient atteints, y compris le message : « Trump doit partir ou être retiré PAR TOUS LES MOYENS NÉCESSAIRES. »

Des membres de la caravane de migrants d’Amérique centrale campent dans un complexe sportif municipal de la zone Nord, près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, à Tijuana, au Mexique, le 19 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Un deuxième dépliant rédigé par le Parti communiste du Mexique en Basse-Californie, a été distribué le lendemain soir. La simple feuille, avec un marteau et une faucille dans le coin supérieur droit, rassemble les migrants : « Organisons la solidarité active et la défense contre toute attaque nationaliste ou gouvernementale. »

Il poursuit en disant : « Votre lutte est notre lutte… Il ne suffit pas de quitter le pays, il faut aussi s’organiser pour lutter de manière révolutionnaire pour transformer notre lieu de résidence. »

Le tract dit aussi que les migrants fuient « la société dirigée par les capitalistes » et blâme les États-Unis pour les conditions de vie en Amérique centrale.

M. Loudon a dit que les groupes derrière les tracts essaient d’unir les migrants en leur donnant un sentiment de doléance.

« Il s’agit d’une question de droits civils, et le président Trump est un tyran pour avoir essayé de refuser l’accès à ces personnes », a-t-il dit. « Et ils méritent d’aller en Amérique parce que l’Amérique a créé des conditions horribles dans leur propre pays. »

« En réalité, a dit M. Loudon, la plupart des pays d’Amérique latine ont des gouvernements marxistes, socialistes et ex-guérilla qui ont permis aux gangs et aux cartels de la drogue de prendre le pouvoir. »

« La plupart des problèmes en Amérique latine ne viennent donc pas d’Amérique, mais du marxisme, de la criminalité et de l’ingérence des Chinois, des Soviétiques et des Cubains sur une très longue période de temps, pour créer un chaos et une pauvreté de base dans la plupart des pays au sud de la frontière, puis ils accusent l’Amérique, comme ils le font toujours. »

Pueblo Sin Fronteras n’a pas répondu malgré plusieurs demandes de commentaires.

Pueblo Sin Fronteras n’a pas répondu à plusieurs demandes de commentaires.

Modification des plans

Plusieurs migrants avec lesquels The Epoch Times s’est entretenu ont exprimé leur désillusion et ont dit qu’ils pourraient aussi bien retourner au Honduras.

Abel Noe Ratcliff-Ponce a dit qu’il pensait pouvoir entrer aux États-Unis parce qu’il a un bébé malade au Honduras. Il a dit qu’il était venu avec son neveu de 17 ans, qui a déjà été emmené par des organisateurs de caravanes au port d’entrée des États-Unis en tant que mineur non accompagné.

« Pourquoi rester ici ? Il vaut mieux que je retourne dans mon pays », a dit M. Ratcliff-Ponce. « C’est la même chose ici qu’au Honduras. Pourquoi rester ici sans ma famille ? Je ferais aussi bien de retourner dans mon pays, ma famille y est. »

Le Guatémaltèque Luis Conde, 48 ans, est à Tijuana depuis environ 2 semaines. Il a dit qu’il n’avait pas l’intention de demander l’asile aux États-Unis, parce qu’ « ils ne vont pas me le donner ».

« S’ils ne donnent pas de papiers, bon sang, je vais sauter, il n’y a aucun doute là-dessus », a-t-il dit le 26 novembre. « Si on est opportuniste, il faut saisir les occasions qui se présentent, et quand elles se présentent et que l’on voit que ce n’est pas dangereux, bam, on est là. »

Luis Conde (R), 46 ans, du Guatemala, fait la queue à l’extérieur du camp de migrants du complexe sportif Benito Juarez à Tijuana, Mexique, le 26 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Mme Nielsen a déclaré que 90 % des membres de la caravane ne répondaient pas aux critères d’asile. Seulement 9 % des Centraméricains qui entrent aux États-Unis et demandent l’asile se voient accorder une telle protection par un juge fédéral de l’immigration.

« La plupart de ces migrants sont à la recherche d’un emploi ou d’une famille qui se trouve déjà aux États-Unis », a dit Mme Nielsen. « Ils ont tous refusé de multiples possibilités de demander une protection au Mexique ou auprès du HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés). La recherche d’un emploi ou le regroupement familial ne sont pas des motifs d’asile en vertu de nos lois ou de toute obligation internationale. »

Beaucoup d’hommes dans la caravane ont dit qu’ils n’entreraient pas légalement aux États-Unis et ne demanderaient pas l’asile.

« C’est une perte de temps. C’est un processus qui prend des mois et des années, c’est long », a dit le Hondurien Marco Gómez, 26 ans.

Le 24 novembre, M. Gómez a déclaré à The Epoch Times que le plan était d’attendre jusqu’à ce que 20 000 migrants arrivent à Tijuana pour entrer ensuite en masse aux États-Unis.

« Nous resterons unis et forts, puis nous irons aux États-Unis », a-t-il dit. « Paisiblement, comme les gens qui vont d’un pays à l’autre. En marchant. »

Frank Martinez, qui voyage avec son père, a dit qu’ils allaient traverser illégalement.

« Personnellement, et je sais que beaucoup de gens tenteront de faire la même chose, de traverser illégalement. Je vais entrer illégalement », a-t-il dit. « Parce que nous voulons une vie meilleure, et je suis pressé. »

Il a dit que le Mexique lui a offert l’asile, mais il ne veut pas le prendre.

« Je n’ai pas l’intention de rester ici, dans ce pays. Je vise les États-Unis. »

L’armée américaine patrouille la clôture de la frontière entre les États-Unis et le Mexique au parc de l’Amitié à San Ysidro, en Californie, le 15 novembre 2018. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Et maintenant

Lors d’une conférence de presse à l’extérieur du camp de migrants le 27 novembre, un représentant est resté vague sur les plans d’avenir, mais a dit qu’il voulait que le monde voie « que nous existons à Tijuana, que nous vivons à Tijuana, dans la misère ».

« Et si cela se reproduit, nous ne pouvons pas prendre de décisions si nos partenaires en arrière ne prennent pas cette décision. S’ils décident d’organiser une autre manifestation pacifique, cela se reproduira. Si ce n’est pas le cas, nous continuerons à nous battre pour l’asile », a déclaré le dirigeant.

M. Loudon a dit qu’avec la plupart des groupes communistes en Californie qui participent activement à la caravane, il faut s’attendre à ce que d’autres incidents se produisent. « Pour que la question continue à faire l’objet d’une couverture médiatique… attendez-vous à ce que certaines personnes traversent la frontière et sèment activement le trouble. »

Mais le règlement de la question dépend en grande partie de la réponse du Mexique, qui a été mitigée jusqu’à présent.

« On ne rentre pas au Mexique comme on le souhaite, alors les Mexicains ont laissé faire », a dit M. Loudon, faisant référence au fait que la caravane avait pu passer au Mexique et se rendre pratiquement sans entrave à Tijuana.

« Le Mexique pense qu’il a le droit d’exporter ses problèmes vers [les États-Unis] et de déclarer la guerre à l’Amérique en permettant à ces gens de traverser son territoire, sachant parfaitement quelles sont leurs intentions », a-t-il déclaré.

M. Loudon a ajouté que le nouveau président mexicain Andrés Manuel López Obrador est un socialiste pro-cubain, de sorte que « je ne vois aucune coopération réelle de sa part à moins qu’il ne soit absolument forcé de le faire ».

« Je pense qu’il fait semblant de collaborer avec le président Trump en ce moment parce que M. Trump lui a vraiment fait passer le mot et ferme activement la frontière. Je pense que [l’administration Obrador] essaiera de renverser cela par tous les moyens nécessaires », a dit M. Loudon.

M. Loudon a dit qu’il pensait que le président Trump donnerait suite à ses menaces de fermer la frontière – ce qui paralyserait l’économie mexicaine – et que les migrants finiraient par se disperser.

« Mais il s’agit quand même d’une grande campagne de propagande pour la gauche dans le monde entier – disant à tout le monde à quel point le président américain est sans cœur – parce qu’ils ne connaissent que la moitié de l’histoire », a-t-il dit.

Avec des traductions d’Ileana Alescio.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Un clandestin algérien interpelle Emmanuel Macron pendant
sa visite à Marseille : « On est sans-papiers, on t’aime trop ici ! »

 
 
 
 

Matteo Salvini prévient les Italiens : « Quiconque se réjouit de l’attaque terroriste en France sera immédiatement arrêté »

Matteo Salvini prévient les Italiens : « Quiconque se réjouit de l’attaque terroriste en France sera immédiatement arrêté »
Au cours d’une visite officielle en Israël, le ministre de l’Intérieur italien a déclaré que ceux de ses ...
LIRE LA SUITE
 

Les liens entre Huawei et les factions du PCC en Chine

Les liens entre Huawei et les factions du PCC en Chine
L'arrestation de la directrice administrative et financière de Huawei, Meng Wanzhou, par les autorités canadiennes, a propulsé la ...
LIRE LA SUITE
 

Une brève histoire de Huawei

Une brève histoire de Huawei
L'histoire des liens de Huawei avec le Parti communiste chinois Au cours des années 1980, la Chine a ...
LIRE LA SUITE
 

Un donneur a été trouvé pour une enfant de 2 ans ayant l’un des groupes sanguins les plus rares au monde

Un donneur a été trouvé pour une enfant de 2 ans ayant l’un des groupes sanguins les plus rares au monde
Un donneur du Royaume-Uni a été identifié comme étant compatible avec une fillette américaine de 2 ans, dont ...
LIRE LA SUITE