Une mère de 30 ans donne naissance à deux bébés en un an, issus de deux utérus distincts

Par SWNS
19 avril 2022 Mis à jour: 19 avril 2022
FONT BFONT SText size

Une mère a donné naissance à deux bébés en un an, chacun ayant grandi dans deux utérus différents.

Caroline Wortman, âgée de 30 ans, a découvert qu’elle était enceinte de près de 10 semaines de son deuxième enfant, Brooks, près de six mois après la naissance de sa première fille, Josie, âgée d’un an.

« Avoir des enfants a toujours été quelque chose que je voulais, mais j’essayais de rester positive et de ne pas trop m’y attarder », a confié Caroline, de Woodstock, en Géorgie. « Infertile est l’histoire que je me suis racontée pendant 10 ans. »

Caroline Wortman et son mari, Nate Daniel Wortman, avec Josie et Brooks (SWNS)

La nouvelle de son infertilité a été annoncée après qu’on lui a diagnostiqué une didelphie utérine – une condition dans laquelle une femme a un double vagin.

Un utérus didelphe est une malformation de l’utérus survenant à la suite d’un défaut de fusion des canaux de Müller lors de la 7e semaine du développement du fœtus.

Ceux-ci finiront par fusionner pour former l’appareil reproducteur au cours d’un processus appelé l’embryogenèse humaine.

Les femmes atteintes de didelphie utérine ne développent pas une embryogenèse complète et peuvent naître avec deux systèmes reproducteurs complets.

Caroline avait 18 ans lorsqu’elle a eu son premier rendez-vous chez le gynécologue qui lui a dit, après l’examen, qu’elle avait deux cols de l’utérus.

Elle se souvient d’avoir ignoré la nouvelle, car elle ne savait pas quelles en seraient les conséquences.

« J’ai demandé au médecin ce que signifiait le fait d’avoir deux cols de l’utérus et je me souviens qu’il m’a dit que je pourrais être infertile et que si je tombais enceinte, ce serait probablement compliqué et à haut risque », a-t-elle dit. « Je pense qu’il a fallu des années et la rencontre avec mon mari pour que cela se concrétise vraiment, mais c’était toujours au fond de mon esprit. »

Quelques mois plus tard, elle est allée passer une échographie, où il a été confirmé qu’elle avait deux utérus complets et on lui a diagnostiqué une didelphie utérine.

À ce moment-là, on lui a de nouveau dit qu’il lui serait difficile de tomber enceinte à l’avenir.

« J’ai toujours su que je voulais être mère, mais je n’étais pas sûre d’en être capable sans adoption, sans mère porteuse ou sans autre intervention », a dit Caroline, qui travaille dans un cabinet d’avocats.

En grandissant, le diagnostic que Caroline a reçu n’a pas affecté sa vie, mais les choses ont changé lorsque, à l’âge de 23 ans, elle a rencontré son mari, Nate Daniel Wortman, âgé de 35 ans,

Un ami qu’ils avaient en commun les a présentés alors que Nate servait dans l’armée et était posté près de chez Caroline à Savannah, en Géorgie.

« J’étais nerveuse. Quand nous avons commencé à sortir ensemble, je savais qu’il voulait des enfants et je ne savais pas si c’était quelque chose que je pourrais lui donner », a mentionné la diplômée en communication visuelle. « Mais il était très rassurant et ne semblait pas vraiment inquiet du fait que nous devions peut-être chercher d’autres options pour avoir des enfants. »

Il lui a toujours dit que ça marcherait d’une manière ou d’une autre si c’était prévu.

Lorsque le couple s’est marié en 2019, ils ont immédiatement commencé à tenter de fonder une famille.

« Je ne savais pas combien de temps cela pourrait prendre », a dit Caroline. « J’étais inquiète, mais on entend toujours dire que s’inquiéter rend la grossesse plus difficile, alors nous avons essayé d’être de jeunes mariés heureux et détendus à propos de tout cela. »

Le 25 avril 2020, Caroline est sortie pour un travail mais a dû s’arrêter, car elle a commencé à se sentir bizarre et à être essoufflée.

Elle s’est alors rendu compte que ses règles avaient quelques jours de retard et elle a fait un test de grossesse qu’elle avait acheté quelques mois auparavant.

« Pendant que j’attendais les résultats du test, j’ai mis le bâtonnet dans un tiroir pour ne pas le regarder », a expliqué Caroline. « J’avais l’impression que j’allais m’évanouir de nervosité, je n’avais même pas dit à Nate que je ferais un test de grossesse. »

L’heureux couple est allé chez le médecin et a découvert que Caroline était enceinte de sept semaines. Ils ont continué à avoir des rendez-vous mensuels et des échographies pour vérifier qu’elle progressait bien.

L’utérus qui ne portait pas son bébé a simplement été mis à l’écart lors de sa croissance, et la petite Josie Magnolia Wortman, est née le 2 janvier 2021, pesant 2,7 kg.

Caroline Wortman après l’accouchement de Josie par césarienne (SWNS)

La famille de trois personnes a passé six mois heureux avant que Caroline ne commence à avoir des nausées lors d’un déjeuner avec ses parents en juin de la même année.

« Je pensais que c’était la conduite de mon père en voiture mais, à ce moment-là, tous les symptômes bizarres ont fait tilt dans ma tête et j’ai passé le test de grossesse le lendemain matin avant le travail », raconte Caroline. « Quand je suis descendue après avoir fait le test de grossesse, Nate m’a demandé si nous étions au clair. Je lui ai montré le résultat du test, j’ai souri et j’ai dit ‘non’ ! »

« Nous étions fous de joie, mais aussi terrifiés. »

Le couple n’avait pas essayé d’avoir un deuxième bébé, mais lors de son rendez-vous suivant, Caroline a découvert qu’elle en était déjà à presque 10 semaines et que le bébé grandissait dans son autre utérus.

« Le bébé était suffisamment petit chaque fois pour que l’on puisse voir l’autre utérus et confirmer de quel côté se trouvait le bébé – Josie était à droite, Brooks à gauche », raconte Caroline.

Alors que sa grossesse s’est déroulée normalement, elle a commencé le travail à 33 semaines et 5 jours et était complètement dilatée lorsqu’elle est arrivée à l’hôpital.

Brooks Daniel Hayes Wortman est né le lendemain de Noël 2021. Il ne pesait que 2,4 kg et est resté à l’USIN pendant neuf jours.

Caroline Wortman avec Brook peau à peau (SWNS)

Caroline pense que sa prématurité était probablement causée par la dilatation précoce de son col de l’utérus, ce qui est une complication courante des didelphies utérines.

Elle a partagé son histoire unique de grossesse sur TikTok, qui compte maintenant plus de 930 000 visites et près de 39 000 likes, afin de sensibiliser les gens aux difficultés de la fertilité.

« Être infertile et penser que vous serez infertile sont deux choses radicalement différentes, mais j’encourage simplement les femmes à ne pas abandonner si elles veulent devenir mères, et à ne pas prendre les paroles d’un médecin pour argent comptant », a-t-elle expliqué. « Je ne me souviens pas d’avoir entendu d’histoires équivalentes à mon diagnostic pendant ma grossesse, alors j’espère que cela pourra être utile à au moins à une femme. »

Brooks à la date prévue pour son accouchement, le 3 février (SWNS)

Elle espère également que son histoire aidera d’autres femmes qui reçoivent un diagnostic semblable à regarder et à dire : « Écoutez, cette femme s’est fait dire non et elle a eu deux bébés en bonne santé en un an. »

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé