Matchs des Celtics annulés en Chine, un des joueurs avait dénoncé la répression au Tibet

Par Eva Fu
24 octobre 2021 Mis à jour: 24 octobre 2021
FONT BFONT SText size

La National Basketball Association (NBA) est à nouveau mise sous pression en Chine du fait qu’un joueur des Boston Celtics a filmé une courte vidéo appelant à la fin de la répression continue de Pékin au Tibet.

Portant un T-shirt noir à l’effigie du chef spirituel du Tibet, le Dalaï Lama, le joueur d’origine turque Enes Kanter a critiqué Pékin dans une vidéo de deux minutes, affirmant que le régime a créé une atmosphère étouffante dans la région et qu’au moins 150 Tibétains se sont immolés par le feu pour protester contre la répression.

M. Kanter a déclaré qu’il ne pouvait plus « rester silencieux » en apprenant les abus infligés aux habitants « simplement pour avoir exercé la liberté que vous et moi considérons comme acquise ».

« Seul le peuple tibétain a le droit de décider de l’avenir du Tibet », a déclaré M. Kanter, ajoutant qu’il « se tiendra aux côtés de ses frères et sœurs tibétains » et « soutiendra leur cause pour la liberté ».

Mercredi soir, il portait des chaussures portant la mention « Free Tibet » lors d’un match contre les New York Knicks.

Le franc-parler de M. Kanter a apparemment déclenché la colère de Pékin, même si Twitter est interdit en Chine. Dès jeudi matin, toutes les retransmissions en direct des matchs des Celtics ont été retirées de Tencent, le géant chinois du streaming vidéo. Tencent n’a pas non plus affiché les temps forts de la défaite des Celtics en prolongation mercredi sur la plateforme sportive de la société.

Les prochains matchs des Celtics ne seront disponibles qu’en images et en textes, indique un calendrier de Tencent Sports.

« Nous accueillons au Tibet des amis impartiaux et respectueux de l’objectivité du monde entier. Dans le même temps, nous n’acceptons jamais les attaques et les calomnies sur le développement du Tibet », a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d’un point presse jeudi. Il a ajouté qu’Enes Kanter « brassait du vent » et « essayait d’attirer l’attention ».

La NBA, les Boston Celtics et Tencent n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires d’Epoch Times.

Par le passé, Pékin a proposé des voyages au Tibet et au Xinjiang pour tenter de contrer les critiques occidentales concernant les violations des droits de l’homme. Mais ces voyages sont rares et étroitement contrôlés, et les journalistes étrangers ont peu d’occasions d’interagir avec la population locale sans supervision.

Sur la page officielle des Celtics sur Weibo, une plateforme de microblogging populaire en Chine, des utilisateurs chinois nationalistes ont lancé des injures furieuses, certains appelant au licenciement de M. Kanter. Une page de fans des Celtics sur Weibo, qui compte plus de 610 000 abonnés, s’est excusée mercredi de ne pas avoir prêté attention aux « médias sociaux d’un certain joueur de la NBA » et a annoncé qu’elle cesserait de mettre à jour toute information concernant l’équipe.

« Nous résisterons résolument à tout comportement qui porte atteinte à l’harmonie nationale et à la dignité de la patrie », peut-on lire dans le communiqué.

La suppression des matchs des Celtics constitue la deuxième fois que la NBA s’attire les foudres de la Chine en deux ans.

Daryl Morey, directeur général des Houston Rockets, s’exprime lors d’une conférence de presse à Houston, au Texas, le 19 juillet 2012. (Bob Levey/Getty Images)

En octobre 2019, Daryl Morey, alors manager général des Houston Rockets, a suscité des réactions négatives pour avoir posté une image tweetée contenant la phrase « Fight for freedom. Stand with Hong Kong », un slogan de protestation populaire pendant le mouvement pro-démocratie de la ville qui résiste au contrôle croissant de Pékin. M. Morey a ensuite supprimé le tweet.

La NBA s’est empressée de présenter ses excuses pour ce message « regrettable », qu’elle a qualifié d’« inapproprié » et qui a « sérieusement blessé les sentiments des fans de sport chinois », mais cette déclaration n’a pas empêché le retrait d’un certain nombre de sponsors chinois.

Tencent et le radiodiffuseur public chinois CCTV ont suspendu la couverture des matchs des Houston Rockets pendant plus d’un an. Le commissaire de la NBA, Adam Silver, a déclaré par la suite qu’ils soutenaient la liberté d’expression et qu’ils avaient résisté à la pression de Pékin pour renvoyer M. Morey, qui s’est retiré de son propre chef en novembre dernier et est devenu le président des Philadelphia 76ers.

Depuis le départ de M. Morey, les 76ers ont également été pris pour cible. Depuis la fin du mois de décembre de l’année dernière, Tencent ne donne que des nouvelles sous forme de texte et d’image pour les matchs auxquels participe l’équipe.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé