Mali: un nouveau projet de loi devrait encore renforcer les pouvoirs du chef de la junte

5 février 2022 Mis à jour: 5 février 2022
FONT BFONT SText size

Les autorités maliennes dominées par les militaires ont publié samedi un projet de loi qui devrait encore renforcer les pouvoirs du chef de la junte, le colonel Assimi Goïta.

Seul maître à bord

Le texte adopté vendredi soir en conseil des ministres vise « la suppression du poste de vice-président (de la transition) pour éviter les duplications des missions et permettre au ministre chargé de la Défense et au ministre chargé de la Sécurité de recouvrer et d’exercer la plénitude de leurs attributions traditionnelles ». Le colonel Goïta se retrouverait seul maître à bord.

Le projet de loi a été publié au lendemain de la convocation par le gouvernement du Conseil national de transition (CNT), l’organe législatif nommé par les militaires, pour une session à partir de vendredi 4 février, pour réviser « la charte de la transition et la loi électorale ». La date du début de la session du CNT n’a pas été précisée.

Projet de refondation de l’Etat

Le nouveau texte porte également sur « l’augmentation du nombre de membres » du CNT (121 membres actuellement) « pour renforcer davantage l’inclusivité autour du projet de refondation de l’Etat » et une « adaptation de la durée de la transition aux recommandations des Assises nationales », selon le communiqué publié samedi qui ne donne pas plus de précisions sur cette durée.

Les « Assises nationales », présentées comme des consultations préalables à des élections et à un retour des civils au pouvoir au Mali, ont proposé en décembre à Bamako de prolonger l’actuelle transition de la junte militaire de « six mois à cinq ans ».

Le projet de loi est publié dans un contexte de bras de fer entre les colonels, auteurs de deux putschs en août 2020 puis en mai 2021 et les Etats ouest-africains.

Sanctionner l’intention de la junte de se maintenir au pouvoir

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uémoa) ont pris le 9 janvier une batterie de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l’encontre du Mali pour sanctionner l’intention de la junte de se maintenir au pouvoir encore plusieurs années, après les deux putschs.

Elles ont notamment suspendu, avec effet immédiat, toutes les transactions commerciales et financières des Etats membres avec le Mali, hors produits de grande consommation et de première nécessité.

Les colonels, auteurs des deux putschs, n’ont pas tenu leur promesse initiale d’organiser le 27 février prochain des élections présidentielle et législatives qui auraient ramené des civils à la tête du pays.

Depuis 2012 des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda

Le Mali est le théâtre depuis 2012 d’opérations de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et à l’organisation Etat islamique, et de violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d’autodéfense et des bandits. Les forces régulières sont elles-mêmes accusées d’exactions.

Les violences parties du nord en 2012 se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires ainsi que des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaines.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé