L’UE menace Elon Musk d’interdire Twitter pour désinformation

3 décembre 2022 Mis à jour: 3 décembre 2022
FONT BFONT SText size

Un haut fonctionnaire de l’Union européenne (UE) a lancé un avertissement à Elon Musk, pour l’avertir que Twitter pourrait être bloqué s’il ne se conformait pas à la réglementation de l’Union.

« Il reste encore un énorme travail à accomplir, car Twitter devra mettre en œuvre des règles d’utilisation transparentes, renforcer considérablement la modération du contenu et protéger la liberté d’expression, s’attaquer résolument à la désinformation et limiter la publicité ciblée », a déclaré le commissaire européen Thierry Breton à Elon Musk, lors d’une visioconférence tenue mercredi.

Thierry Breton a expliqué que Twitter devrait considérablement accroître ses efforts pour se conformer aux nouvelles règles de l’UE, connues sous le nom de Digital Services Act, qui doivent entrer en vigueur l’année prochaine.

Dans un post, Thierry Breton a écrit qu’Elon Musk devait « respecter les engagements pris dans le cadre du code de conduite sur la désinformation », à savoir « étiqueter les canulars et la désinformation en coopération avec les fact-checkers », « promouvoir les sources faisant autorité » et « démonétiser la diffusion de la désinformation ». Thierry Breton n’a pas précisé exactement ce qui pourrait constituer une « désinformation » selon l’UE.

Le fonctionnaire européen, quant à lui, a écrit que Twitter devait « renforcer la modération des contenus et protéger la liberté d’expression » pour « supprimer les publications illégales ». Un audit de Twitter devra également être réalisé, a indiqué Thierry Breton, précisant que « des équipes de l’UE viendront vérifier l’état de préparation ».

Ces règles ont été critiquées par les défenseurs de la liberté d’expression et les conservateurs, qui y voient une forme de censure à l’égard des points de vue qui ne correspondent pas au courant dominant. Ils ont fait valoir qu’en raison de l’absence de définition claire de termes tels que « désinformation » et « mauvaise information », des contenus et des comptes pourront être bloqués de manière subjective par des modérateurs aux opinions de gauche.

Après l’avertissement de Thierry Breton, certains utilisateurs de Twitter ont demandé pourquoi la réglementation de l’UE devrait être compétente pour Twitter, une société américaine. La législation européenne devrait s’appliquer aux plateformes de médias sociaux comptant plus de 45 millions d’utilisateurs, dont Twitter, d’ici à la mi-2023.

Twitter 2.0

Ce rendez-vous entre Elon Musk et Thierry Breton survient alors que l’entreprise de médias sociaux a publié un message expliquant ses choix de modération.

« Twitter 2.0 : notre engagement continu pour le débat public », a écrit mercredi le média social, ajoutant que si « aucune de nos politiques n’a changé », le média fera des expériences à l’avenir. « Nous pensons que cette approche ouverte et transparente de l’innovation est saine, car elle nous permet d’aller plus vite et de recueillir les commentaires des utilisateurs en temps réel », précise le post.

Au cours de la visioconférence de mercredi, Elon Musk a accepté que la Commission exécutive de l’UE effectue un « test de contrainte » au siège de Twitter en début d’année prochaine afin d’aider la plateforme à se conformer aux nouvelles règles avant la date prévue.

« Je pense que cela correspond exactement à ma pensée », a déclaré Elon Musk – qui a fortement promu les passeports vaccinaux Covid-19 en 2021 – dans la vidéo, selon le Wall Street Journal. « Je suis d’accord avec tout ce que vous avez dit, vraiment. Je pense que nous sommes tout à fait dans le même esprit. Je pense que tout ce que mes entreprises pourraient faire qui soit bénéfique à l’Europe, correspond à ce que nous voulons faire. »

Outre les régulateurs européens, Elon Musk pourrait également être visé par Apple et Google, dont les systèmes d’exploitation touchent la plupart des smartphones dans le monde. Ces deux sociétés ont déjà bloqué des applications telles que Parler sur leurs appareils l’année dernière.

Selon Elon Musk, Apple « a menacé de retirer Twitter de son App Store, mais ne veut pas nous dire pourquoi ». Apple n’a pas fait de commentaire, mais Elon Musk est revenu sur son affirmation mercredi, indiquant qu’il a rencontré le PDG d’Apple, Tim Cook, qui « a été clair sur le fait qu’Apple n’avait jamais envisagé » de retirer Twitter.

Epoch Times a contacté Apple pour obtenir une demande de commentaire.

Il y a plusieurs jours, Twitter a cessé d’appliquer une politique controversée visant les « fausses informations » Covid-19 qui a été déployée pour bannir des milliers de comptes, y compris ceux appartenant à d’éminents médecins opposés à la vaccination généralisée et aux obligations vaccinales. Elon Musk a fait savoir que les comptes seraient rétablis s’ils n’avaient enfreint aucune loi ou s’ils ne s’étaient pas livrés à du spamming.

L’entreprise a également rétabli les comptes d’éminents conservateurs, dont l’ancien président Donald Trump, la représentante Marjorie Taylor Greene (Parti républicain-Géorgie), le psychologue clinicien Jordan Peterson, le Dr James Lindsay et d’autres. Elon Musk a en outre précisé qu’il y aurait une « amnistie » pour des milliers d’autres comptes qui avaient été interdits.

Elon Musk a acheté Twitter pour 44 milliards de dollars en octobre. Depuis, il aurait licencié un nombre important d’employés. Il a également congédié l’ancienne direction de l’entreprise.

L’Associated Press a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé