L’OMS met en garde contre une augmentation « inhabituelle » des cas de myocardite grave chez les bébés

20 mai 2023 Mis à jour: 20 mai 2023
FONT BFONT SText size

Les autorités britanniques enquêtent sur une augmentation « inhabituelle » de la myocardite sévère qui a touché 15 bébés au Pays de Galles et en Angleterre et en a tué au moins un, a annoncé l’Organisation mondiale de la santé.

Mardi, l’OMS a lancé une alerte concernant une augmentation de la « myocardite sévère » chez les nouveau-nés et les nourrissons entre juin 2022 et mars 2023 au Pays de Galles et en Angleterre.

Elle a précisé que cette augmentation était liée à des infections à entérovirus, qui affecte rarement le cœur.

Un porte-parole de l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a confirmé à Epoch Times que dix bébés avaient été diagnostiqués au Pays de Galles et cinq en Angleterre.

L’OMS a déclaré que « bien que les infections à entérovirus soient courantes chez les nouveau-nés et les jeunes nourrissons, l’augmentation signalée des cas de myocardite avec issue grave chez les nouveau-nés et les nourrissons associés à une infection à entérovirus est inhabituelle ».

Elle a ajouté que dans le même hôpital (couvrant la région du sud du Pays de Galles), au cours des six dernières années, « un seul autre cas similaire a été identifié ».

L’OMS a estimé que le risque pour la santé publique était faible, mais a ajouté que dans certaines situations, il « peut être conseillé de fermer les crèches et les écoles pour réduire l’intensité de la transmission ».

Toutefois, l’OMS a levé l’alerte mercredi. Epoch Times estime que cela pourrait être dû au fait que certains chiffres n’étaient pas corrects.

L’OMS n’a pas répondu à la demande de commentaire d’Epoch Times.

Enquête

Les autorités d’Angleterre et du Pays de Galles enquêtent actuellement sur l’augmentation du nombre de cas.

Le Dr Shamez Ladhani, pédiatre-conseil à l’UKHSA, a déclaré par mail à Epoch Times que « compte tenu d’un nombre de cas supérieur à la moyenne au Pays de Galles au cours des mois d’automne et d’hiver chez de très jeunes bébés, l’UKHSA étudie la situation en Angleterre pour voir si des cas similaires ont été observés ici et s’il existe des facteurs à l’origine de l’augmentation du nombre de cas ».

L’UKHSA n’a pas répondu aux questions concernant l’exclusion de tout lien avec les effets du vaccin Covid-19.

Début mai, Public Health Wales a annoncé qu’elle enquêtait sur un groupe d’infections graves à entérovirus avec myocardite survenues chez de très jeunes bébés de la région du sud du Pays de Galles.

Les cas sont apparus à partir de juin 2022, avec un pic en novembre 2022 chez des bébés âgés de moins de 28 jours.

Dix bébés ont développé une myocardite au sein de ce groupe. Un bébé est toujours hospitalisé, huit sont pris en charge en ambulatoire et un bébé est décédé.

Une question de taille

Le Dr Clare Craig, pathologiste consultante et membre de HART, a déclaré à Epoch Times que « la question de savoir si ces bébés ou leurs mères ont été vaccinés ou non se pose avec acuité ».

HART est une organisation qui a été créée pour partager les inquiétudes concernant les politiques et les recommandations relatives à la pandémie de Covid-19.

« Le Coxsackievirus fait partie d’une famille de virus appelés entérovirus et est l’une des causes les plus courantes de myocardite virale », a-t-elle déclaré.

« Et nous avons constaté que, comme pour d’autres virus, le diagnostic de Coxsackievirus a diminué massivement en 2020, lorsque le SRAS-COV 2 est arrivé. »

Elle a ajouté que le nombre total de personnes atteintes de myocardite après 2020 est resté le même, ce qui suggère que « le SRAS-COV 2 a comblé la niche » laissée par le Coxsackievirus.

« Mais le vaccin est arrivé et, à partir de 2021, le taux d’incidence de la myocardite est monté en flèche », a-t-elle ajouté.

« Les autorités de santé publique affirment qu’elles veulent maintenir la confiance, mais elles n’explorent pas ces pistes pour écarter les inquiétudes », a-t-elle expliqué.

Un délai relativement court

Le Dr Christopher Williams, épidémiologiste consultant pour Public Health Wales, a déclaré par mail à Epoch Times que les réactions à l’infection « restent extrêmement rares ».

Il a ajouté que « l’entérovirus est une infection courante de l’enfance, qui provoque une série d’infections, notamment des maladies respiratoires, la fièvre aphteuse et la méningite virale ».

« Chez les très jeunes bébés, l’entérovirus peut, dans de rares cas, provoquer une maladie grave au cours des premières semaines de vie. La plupart des bébés et des enfants se rétablissent complètement après une infection à entérovirus », a-t-il ajouté.

Le Dr Williams a rappelé que cette infection « n’affecte le cœur qu’en de très rares occasions ».

« Ce groupe est inhabituel en raison du nombre de cas signalés dans un laps de temps relativement court. Des investigations sont donc en cours en collaboration avec l’équipe pédiatrique de l’hôpital pour enfants du Pays de Galles afin d’en comprendre les raisons et d’enquêter sur tous les autres cas qui pourraient être signalés dans les semaines et les mois à venir », a-t-il indiqué.

« Les parents doivent être rassurés : bien qu’il y ait eu une augmentation du nombre de cas, il s’agit toujours d’un événement extrêmement rare », a précisé le Dr Williams.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé