L’ivermectine prévient-elle les décès dus au Covid-19 ?

20 décembre 2021 Mis à jour: 20 décembre 2021
FONT BFONT SText size

En ce qui concerne le traitement du Covid-19, de nombreuses nations occidentales ont été entravées par la politisation de la médecine. Tout au long de l’année 2020, les médias et de nombreux spécialistes de la santé publique ont mis en garde contre l’utilisation de l’hydroxychloroquine, pourtant de nombreux médecins en exercice vantaient sa capacité à sauver des patients. Beaucoup d’entre eux ont été réduits au silence par la censure en ligne. Certains ont même perdu leur emploi pour avoir commis le « péché » de partager publiquement leurs succès avec ce médicament.

L’ivermectine, un autre médicament antiparasitaire vieux de plusieurs décennies et porteur de grands espoirs, est également passé sous silence par les médias grand public. Trial Site News (1) raconte l’histoire d’un couple indien de 77 ans, tous deux atteints du Covid-19. L’un d’eux s’est rétabli avec succès après un traitement à l’hydroxychloroquine. L’autre avec de l’ivermectine.

Bien que l’ivermectine semble constituer un traitement efficace, il existe aussi la vitamine D. La vitamine D est utile pour une grande variété de fonctions dans le corps en plus d’optimiser notre réaction immunitaire. Bien que l’ivermectine soit un médicament relativement sûr, il s’agit tout de même d’un produit chimique synthétique non naturel qui peut avoir des effets secondaires. La vitamine D est quelque chose dont le corps a absolument besoin pour une santé optimale, c’est pourquoi il faut d’abord se focaliser sur la vitamine D.

Un traitement peu coûteux à l’origine du succès de l’Inde ?

Pour en revenir à l’ivermectine, Trial Site News rapporte (2) : « Dix mois après le début de son combat contre le virus SRAS-CoV-2, l’Inde est en passe de devenir un guerrier inattendu dans la lutte contre cette pandémie mondiale. Bien que cette nation densément peuplée compte quatre fois plus d’habitants que les États-Unis, l’Inde enregistre moins de la moitié de décès dus au Covid. »

Alors que l’Inde affichait un taux de tests positifs quotidiens de près de 100 000 en septembre 2020, à la fin du mois de décembre 2020, le taux d’infection a chuté de 75 %. Si cette baisse rapide est largement attribuée aux confinements stricts, au port généralisé de masques et au traçage des cas contacts, la disponibilité et l’utilisation de traitements efficaces jouent sans aucun doute un rôle essentiel.

À la fin du mois de mars 2020, l’Inde a ajouté l’hydroxychloroquine à ses directives nationales de traitement, en demandant instamment que le médicament soit utilisé « aussitôt que possible dans l’évolution de la maladie ». Mais, le médicament n’était pas recommandé pour les personnes hospitalisées pour une forme grave de la maladie.

Puis, en août 2020, le plus grand État de l’Inde, l’Uttar Pradesh, qui compte quelque 230 millions d’habitants, a ajouté l’ivermectine à ses recommandations et a distribué gratuitement le médicament pour les soins à domicile. L’État du Bihar, qui compte 128 millions d’habitants, a également commencé à recommander l’ivermectine et, à la fin de l’année 2020, le Bihar et l’Uttar Pradesh affichaient les deux plus bas taux de mortalité liés au Covid-19 de toute l’Inde.

L’Uttar Pradesh, cependant, est allé un peu plus loin que le Bihar. Ils ont également utilisé l’ivermectine à titre prophylactique, d’abord parmi les travailleurs de la santé, puis parmi les personnes ayant été en contact avec une personne dont le test était positif.

Ce médicament a beaucoup plus de sens en Inde, car la grande majorité de la population souffre de parasites en raison de l’approvisionnement en eau municipale largement contaminée.

Un médecin montre un flacon d’ivermectine dans le cadre d’une étude du Centre d’études des maladies infectieuses pédiatriques, à Cali, en Colombie, le 21 juillet 2020. (Luis Robayo/AFP via Getty Images)

Des médecins de première ligne appellent à l’adoption de l’ivermectine

Aux États-Unis, la Frontline Covid-19 Critical Care Alliance (FLCCC) appelle désormais à l’adoption généralisée de l’ivermectine, à la fois comme prophylaxie et pour le traitement de toutes les phases du Covid-19 (3 4)

« Les données montrent la capacité du médicament ivermectine à prévenir le Covid-19, à empêcher les personnes présentant des symptômes précoces de progresser vers la phase hyperinflammatoire de la maladie, et même à aider les patients gravement malades à se rétablir. » ~ FLCCC Alliance

Le 8 décembre 2020, le président de FLCCC, le Dr Pierre Kory, ancien professeur de médecine au St. Luke’s Aurora Medical Center de Milwaukee (Wisconsin), a témoigné devant la Commission sénatoriale de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales, et a passé en revue les preuves à l’appui de l’utilisation du médicament. (Il a démissionné de St. Luke’s peu de temps après ce témoignage, affirmant que le centre médical avait tout fait restreindre sa liberté d’expression. (5)) Comme indiqué sur le site Web de la FLCCC (6) :

« Les données montrent la capacité du médicament Ivermectine à prévenir le Covid-19, à empêcher les personnes présentant des symptômes précoces de progresser vers la phase hyper-inflammatoire de la maladie, et même à aider les patients gravement malades à se rétablir.

Le Dr Kory a témoigné que l’ivermectine est effectivement un ‘médicament miracle’ contre le Covid-19 et a demandé aux autorités médicales du gouvernement – les NIH, les CDC et la FDA – d’examiner d’urgence les dernières données et de publier des directives pour que les médecins, les infirmières praticiennes et les assistants médicaux puissent prescrire l’ivermectine pour le Covid-19. »

Le 6 janvier 2020, le Dr Pierre Kory et le Dr Paul Marik, chef du service de médecine pulmonaire et de soins intensifs de l’Eastern Virginia Medical School à Norfolk, en Virginie – tous deux membres fondateurs de la FLCCC – ont également présenté des preuves au Groupe d’experts sur les directives de traitement du Covid-19 des National Institutes of Health (NIH). L’équipe d’experts qui travaille à la mise à jour régulières de ces directives (7) devait validé ce traitement en février 2021. Selon la FLCCC (8) :

« De nombreuses études cliniques – y compris des essais contrôlés randomisés évalués par des pairs – ont montré des avantages importants de l’ivermectine dans la prophylaxie, le traitement précoce et également dans la maladie à un stade avancé. Ensemble,(…) les dizaines d’essais cliniques qui ont été menés dans le monde entier sont suffisamment importants pour permettre une évaluation fiable de l’efficacité clinique.

Les données de 18 essais contrôlés randomisés qui ont inclus plus de 2 100 patients (…) ont démontré que l’ivermectine produit une clairance virale plus rapide, un délai plus court de sortie de l’hôpital, un délai plus court de rétablissement clinique et une réduction de 75 % du taux de mortalité. »

Un résumé d’une page des résultats des essais cliniques sur l’ivermectine peut être téléchargé sur le site Web du FLCCC (9). Un examen plus complet des données des essais a été publié dans la revue Frontiers of Pharmacology (10). Une liste de tous les essais sur l’ivermectine réalisés à ce jour, avec des liens vers les études publiées, est disponible sur le site c19Ivermectin.com (11).

Comment l’ivermectine protège-t-elle contre le Covid-19 ?

Comme l’hydroxychloroquine, l’ivermectine est un médicament antiparasitaire dont le profil d’innocuité est bien documenté et dont « les propriétés antivirales et anti-inflammatoires sont prouvées et très puissantes ». (12) Elle est commercialisée depuis 1981 et figure sur la liste des médicaments essentiels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). C’est également peu coûteux, un traitement revient à un peu moins de 2 € dans des pays comme l’Inde et le Bangladesh. (13)

Bien que la FDA américaine n’ait pas encore approuvé l’ivermectine pour la prévention ou le traitement du SRAS-CoV-2 (14), des études ont montré que l’ivermectine (15) :

  • Inhibe la réplication de nombreux virus, dont le SRAS-CoV-2 et les virus de la grippe saisonnière. Dans « Covid-19 : Antiparastic Offers Treatment Hope » (Covid-19 : L’antiparasitaire offre un espoir de traitement, ndt.), on peut passer en revue les données montrant qu’une dose unique d’ivermectine a tué 99,8 % du SRAS-CoV-2 en 48 heures.
  • Inhibe l’inflammation par plusieurs voies
  • Réduit la charge virale
  • Protège contre les lésions organiques
  • Empêche la transmission du SRAS-CoV-2 lorsqu’elle est prise avant ou après l’exposition ; accélère le rétablissement et réduit le risque d’hospitalisation et de décès chez les patients atteints du Covid-19.

Le site Web de la FLCCC comporte également une section FAQ utile (16) où le Dr Kory et le Dr Marik répondent aux questions courantes sur le médicament et son utilisation recommandée. Bien que les membres du FLCCC aient été critiqués pour leur insistance à ne pas attendre les essais contrôlés randomisés avant d’utiliser l’ivermectine à plus grande échelle, le groupe fait valoir que le médicament a un long historique de sécurité et qu’il est clairement efficace, alors pourquoi attendre ?

« Si quelqu’un (…) dit qu’il veut faire un ECR (essai contrôlé randomisé) avec un placebo, cela me pose problème », a déclaré le Dr Kory à Medpage Today.17. « Je ne pourrais pas avoir un patient admis sous mes soins et lui donner un placebo sachant ce que je sais de l’ivermectine. »

Une semaine après que le Dr Kory et le Dr Marik ont présenté leurs données, les National Institutes of Health (NIH) ont mis à jour leur position (18) sur l’utilisation du médicament en déclarant qu’ils ne feraient aucune recommandation ni pour, ni contre. La FLCCC a rapidement suivi en publiant sa propre déclaration (19) :

« En ne recommandant plus l’utilisation de l’ivermectine, les médecins devraient se sentir plus ouverts à prescrire l’ivermectine comme autre option thérapeutique pour le traitement du Covid-19. Cela pourrait lui ouvrir la voie vers une autorisation d’utilisation d’urgence par la FDA. »

Examen de l’ivermectine par l’OMS

Bien qu’une réduction de 75 % de la mortalité soit assez impressionnante – réduction moyenne basée sur 18 essais selon le FLCCC (20) – une revue parrainée par l’OMS (21) suggère que l’ivermectine peut réduire la mortalité du Covid-19, jusqu’à 83 %. Comme le rapporte le Swiss Policy Research (22) :

« Ce résultat est basé sur des essais en milieu hospitalier, il ne prend donc pas encore en compte le traitement ambulatoire et prophylactique précoce. Les auteurs de l’étude ont l’intention d’inclure trois autres essais, qui devraient être publiés en janvier, avant de fournir une conclusion finale. »

Dans la vidéo ci-dessus, le Dr Andrew Hill du département de pharmacologie de l’Université de Liverpool, au Royaume-Uni, qui dirige cette étude, discute des résultats préliminaires. À la fin, il décrit lui aussi l’ivermectine comme un traitement potentiellement prometteur contre le Covid-19.

L’ivermectine est la meilleure solution prophylactique

Si les données préliminaires semblent indiquer que l’ivermectine peut être utile à tous les stades de l’infection par le SRAS-CoV-2, sa véritable force semble être prophylactique. Le 26 décembre 2020, le Dhaka Tribune (23) a rapporté les résultats d’une étude d’observation (24) menée au Bangladesh, qui portait sur l’ivermectine comme prophylaxie pré-exposition au Covid-19 chez les travailleurs de la santé.

Cinquante-huit volontaires ont pris 12 mg d’ivermectine une fois par mois pendant 4 mois. Seuls 4 d’entre eux (6,96 %) ont présenté des symptômes légers de Covid-19 pendant la période d’essai de mai à août 2020. En comparaison, 44 des 60 travailleurs de la santé (73,3 %) qui avaient refusé le médicament avaient été diagnostiqués atteints du Covid-19.

Les deux groupes ont travaillé avec des patients positifs au Covid-19 à l’hôpital du Bangladesh Medical College. Le chercheur principal Mohammed Tarek Alam a déclaré au Dhaka Tribune que l’ivermectine est « apparemment très efficace en tant que médicament préventif ». Son équipe va demander l’autorisation de mener un essai contrôlé randomisé pour valider ses résultats.

Autres options de traitement efficaces

Il convient de noter que si le FLCCC encourage l’utilisation de l’ivermectine en tant que traitement prophylactique et précoce à domicile, il dispose également d’un protocole de traitement précoce plus complet, ainsi que d’un protocole hospitalier.

Le protocole de traitement a été initialement baptisé MATH+ (un acronyme basé sur les composants clés du traitement), mais, après plusieurs modifications et mises à jour, le protocole de prophylaxie et de traitement précoce en ambulatoire est désormais connu sous le nom de I-MASK+ (25), tandis que le traitement en milieu hospitalier a été rebaptisé I-MATH+ (26), en raison de l’ajout du médicament ivermectine.

La vitamine C – qui a d’importants effets antioxydants, anti-inflammatoires et immunomodulateurs (27) – est un élément central de ce traitement. Comme l’indique une récente étude de référence (28) sur la vitamine C contre le Covid-19, il est fréquent que les patients hospitalisés présentent une carence manifeste en vitamine C. C’est particulièrement vrai pour les patients âgés et ceux hospitalisés pour des infections respiratoires.

Les deux protocoles (I-MASK+ (29) et I-MATH+ (30)) peuvent être téléchargés sur le site Web du FLCCC en plusieurs langues. La justification clinique et scientifique du protocole hospitalier I-MATH+ a également été examinée par des pairs et a été publiée dans le Journal of Intensive Care Medicine (31) à la mi-décembre 2020.

Rido/Shutterstock

Le peroxyde nébulisé

Le peroxyde d’hydrogène nébulisé est un remède maison avec lequel je recommande à tous de se familiariser, car dans de nombreux cas, il peut améliorer les symptômes en quelques heures seulement.

La nébulisation de peroxyde d’hydrogène dans les sinus, la gorge et les poumons est un moyen simple et direct d’augmenter l’expression naturelle du peroxyde d’hydrogène dans l’organisme pour combattre les infections. Elle peut être utilisée à titre prophylactique après une exposition connue au Covid-19 et comme traitement pour les maladies légères, modérées et même graves.

Le Dr David Brownstein, qui a traité avec succès plus de 100 patients atteints de Covid-19 avec du peroxyde nébulisé, a publié un article (32) sur ce traitement dans le numéro de juillet 2020 de Science, « La politique de santé publique et le droit ». Il passe également en revue ses avantages dans « How Nebulized Peroxide Helps Against Respiratory Infections » (Comment le peroxyde nébulisé aide à lutter contre les infections respiratoires, ndt.).

Le peroxyde d’hydrogène nébulisé est extrêmement sûr, et tout ce dont vous avez besoin est un nébuliseur de bureau et du peroxyde d’hydrogène de qualité alimentaire, que vous devrez diluer avec du sérum physiologique à 0,1 %. Je vous recommande d’acheter ces articles à l’avance afin d’avoir tout ce dont vous avez besoin et de pouvoir commencer le traitement à domicile dès les premiers signes d’une infection respiratoire. Dans la vidéo ci-dessus, je passe en revue les bases de ce traitement.

Un bon nébuliseur est le Pari Trek S Compressor Aerosol System. L’option de la grande batterie est inutile, car il suffit de brancher l’appareil pour le faire fonctionner quand vous en avez besoin. Il existe probablement d’autres nébuliseurs que vous pouvez utiliser à la place, à condition qu’ils se branchent sur une prise électrique et n’utilisent pas de piles, car ce sont des nébuliseurs de faible puissance et inefficaces qui ne fonctionnent pas aussi bien.

 

References

(1) Trial Site News January 9, 2021
(2) Trial Site News January 9, 2021
(3) FLCCC December 8, 2020
(4) Medpage Today January 6, 2021
(5) Medpage Today January 6, 2021
(6) FLCCC December 8, 2020
(7) FLCCC January 7, 2020 Press Release (PDF)
(8) FLCCC January 7, 2020 Press Release (PDF)
(9) FLCCC Summary of Clinical Trials Evidence for Ivermectin in COVID-19 (PDF)
(10) Frontiers of Pharmacology 2020 DOI: 10.3389/fphar.2021.643369
(11) c19Ivermectin.com
(12) FLCCC Summary of Clinical Trials Evidence for Ivermectin in COVID-19 (PDF)
(13) YouTube Ivermectin Meta-Analysis by Dr. Andrew Hill
(14) U.S. FDA December 16, 2020
(15) FLCCC Summary of Clinical Trials Evidence for Ivermectin in COVID-19 (PDF)
(16) FLCCC FAQ on Ivermectin
(17) Medpage Today January 6, 2021
(18) NIH January 15, 2021
(19) FLCCC January 15 Press Release
(20) FLCCC January 7, 2020 Press Release (PDF)
(21) Swiss Policy Research December 31, 2020
(22) Swiss Policy Research December 31, 2020
(23) Dhaka Tribune December 26, 2020
(24) European Journal of Medical & Health Sciences 2020; 2(6)
(25) FLCCC Alliance I-MASK+ Protocol
(26) FLCCC MATH+ Hospital Protocol
(27) Nutrients December 7, 2020; 12(12): 3760
(28) Nutrients December 7, 2020; 12(12): 3760, 2. Vitamin C Deficiency in Pneumonia, Sepsis and COVID-19
(29) FLCCC Alliance I-MASK+ Protocol
(30) FLCCC MATH+ Hospital Protocol
(31) Journal of Intensive Care Medicine December 15, 2020 DOI: 10.1177/0885066620973585
(32) Science, Public Health Policy and The Law July 2020; 1: 4-22 (PDF)


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé