Les responsables du Mississippi confirment une cyberattaque de leurs sites Web électoraux le jour du scrutin

12 novembre 2022 Mis à jour: 12 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Les autorités du Mississippi ont confirmé avoir été victimes d’une cyberattaque qui a touché les sites Web électoraux de l’État ce mardi.

« Hier, nos bureaux ont confirmé une augmentation anormale du volume de trafic imputable à une attaque DDoS, qui a rendu périodiquement inaccessible la partie de nos sites Web destinée au public », a déclaré le secrétaire d’État Michael Watson dans un communiqué de presse mercredi. « Pour l’instant, nous n’avons pas de confirmation quant à l’origine de l’attaque DDoS, et davantage de preuves seraient nécessaires pour l’attribuer à qui que ce soit ou un groupe. »

Watson a ajouté que son bureau pouvait « affirmer en toute confiance que le système électoral n’a pas été compromis ».

Selon Cloudflare, « DDoS » est l’acronyme de « distributed denial‑of‑services » (déni de service distribué). C’est est une cyberattaque qui consiste, pour des pirates, à perturber le trafic d’un serveur, d’un service ou d’un réseau en submergeant le site ou l’infrastructure qui prend en charge le site par un flot de requêtes.

Lorsque des électeurs se sont connectés au site Web du secrétaire d’État pour trouver les bureaux de vote et accéder à d’autres informations, ils tombaient sur la page d’erreur « Ce site est inaccessible ».

Dans une interview accordée à WAPT16, Watson a expliqué que les pirates généraient des adresses multiples pour attaquer le système et le ralentir, empêchant ainsi les citoyens du Mississippi d’accéder au site.

Lorsqu’on lui a demandé s’il savait qui était derrière cette attaque, il a répondu : « Nous avons vu certaines informations dans un premier temps indiquant qu’un groupe pro‑russe revendiquait le mérite de cette attaque. Je ne suis pas vraiment sûr que ce soit eux. »

Watson a réaffirmé que le vote lui‑même n’a pas été touché par l’attaque.

« Notre système était protégé et sûr, et nous y avons veillé tout au long de l’attaque. »

Selon Watson, les pirates vont recommencer. La situation « ne fera qu’empirer ».

Pas de trace de fraude électorale

La directrice de la Cybersecurity & Infrastructure Security Agency (CISA), Jen Easterly, a déclaré dans un communiqué de presse le 9 novembre que la CISA n’avait recueilli aucune preuve qu’un système de vote ait supprimé, perdu ou modifié des bulletins.

« En ce moment même, les agents électoraux procèdent au dépouillement des votes, examinent les procédures et testent et vérifient les équipements dans le cadre du processus rigoureux survenant après le jour des élections et qui permet de finaliser et de certifier les résultats », a déclaré Mme Easterly. « Il est important de se rappeler que ce processus minutieux et réfléchit peut prendre des jours ou des semaines, selon les lois de l’État. Ces procédures exigeantes sont la raison pour laquelle le peuple américain peut avoir confiance en la sécurité et l’intégrité des élections. Nous exhortons chacun à se tourner vers les responsables électoraux de son État et de sa région pour obtenir les informations les plus précises et les plus récentes sur le décompte des voix et à rester patient pendant que les responsables électoraux continuent de faire leur travail et de mener à bien le processus de validation. »

Pendant ce temps, dans le comté de Maricopa en Arizona, un audit de comptage manuel d’environ 400.000 bulletins a commencé pour « comparer les résultats du comptage initial au comptage manuel afin de s’assurer que l’équipement permettant le dépouillement fonctionne correctement et comptabilise les votes avec exactitude ».

Mardi, les responsables de Maricopa ont signalé que les équipements de tri des votes avaient rencontré des problèmes. Ils ont attribué ces problèmes aux imprimantes et aux tabulateurs.

Le superviseur du comté, Bill Gates, a déclaré qu’environ 7% des bulletins déposés le jour du scrutin ont été placés dans les urnes après que les tabulateurs de vote ont rencontré des problèmes.

« Il n’y a pas d’élection parfaite. Hier, cette élection n’était pas parfaite », a déclaré Gates. « Nous en tirerons les leçons pour faire mieux. »

Les candidats au Sénat, Mark Kelly (Parti démocrate‑Arizona) et Katie Hobbs, secrétaire d’État démocrate, conservent leur avance sur leurs homologues républicains. Les candidats républicains Kari Lake et Blake Masters sont en lice dans la course respectivement au poste de gouverneur et au Sénat.

Killnet

En octobre, les médias ont rapporté qu’une cellule de piratage informatique pro‑russe présumée, qui se fait appeler Killnet, a publié sur Telegram une liste de plusieurs sites Web gouvernementaux qu’elle entendait détruire avant les midterms.

Le Mississippi figurait sur la liste, de même que les sites de l’Alabama, de l’Alaska, du Connecticut, du Colorado, du Delaware, de la Floride, d’Hawaï, de l’Idaho, de l’Indiana, du Kansas et du Kentucky. Le site Web de l’Internal Revenue Service aurait également été attaqué.

Résultats des élections de mi‑mandat pour les quatre candidats au Congrès du Mississippi

Quatre districts congressionnels (circonscriptions) du Mississippi n’auraient pas été affectées par la cyberattaque. Dans le deuxième district, le représentant Bennie Thompson (Parti démocrate‑Mississippi) a été réélu pour son 15e mandat en battant le républicain Brian Flowers.

Dans le troisième district, le député sortant Michael Guest (Parti républicain‑Mississipi) a remporté son troisième mandat, en battant le démocrate Shuwaski Young.

Dans le quatrième district, le shérif du comté de Jackson, Mike Ezelle, a battu le démocrate Johnny DuPree.

Le premier district a vu le républicain sortant Trent Kelly remporter son quatrième mandat, en battant la démocrate Dianne Black.

Jack Phillips a contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé