Les intimidateurs l’appelaient «dalmatienne» en raison de son affection cutanée – c’était avant qu’elle ne devienne mannequin

23 mai 2020 Mis à jour: 23 mai 2020
FONT BFONT SText size

Pour Cheryl Shaw, mère de deux enfants, la pigmentation de sa peau était d’abord synonyme de situation de harcèlement, avant que cela ne devienne l’une des raisons pour lesquelles elle a décroché un contrat de mannequinat au Royaume-Uni.

Établie à Birmingham, Cheryl Shaw, 34 ans, souffre d’une affection cutanée appelée nævus mélanocytaire congénital géant. Son corps produit des taches cutanées foncées non cancéreuses formées par des cellules productrices de pigments appelées mélanocytes. Cette affection n’est pas dangereuse, bien que les marques qui apparaissent souvent sur les bras, les jambes et la poitrine soient présentes à vie et que cela soit souvent source de quolibets.

(Caters News)

« On m’appelait ‘les 101 dalmatiens’ ou on disait que je ressemblais à un biscuit ou à un léopard, en raison de mes taches foncées », a déclaré Cheryl à Caters News. « En grandissant, bien que je me sois sentie anormale, j’ai toujours voulu être un modèle, même si je savais que cela était peu probable. »

« Plus jeune, j’avais l’habitude de les appeler des grains de beauté, mais aujourd’hui j’essaie d’éduquer les gens en leur expliquant que je souffre d’un naevus mélanocytaire congénital », a-t-elle ajouté.

Les quolibets ont beaucoup affecté Cheryl, mais pas de la manière dont ses intimidateurs s’en seraient attendu. Au lieu de se morfondre ou de camoufler ses taches singulières, Cheryl a préféré créer un compte Instagram afin de mettre en valeur ce qui la rendait unique.

(Caters News)

Cela a également porté ses fruits. L’Association de mannequins Models of Diversity a remarqué les photos de Cheryl et lui a offert la possibilité de participer à une séance photo pour montrer au monde entier à quel point elle peut être belle – et en même temps, sensibiliser les gens à cette condition congénitale.

« Models of Diversity fait campagne pour l’industrie de la mode et des médias afin de remettre en question les perceptions conventionnelles de la beauté et de montrer une plus grande représentation de tous les profils de beauté dans la société », a déclaré la fondatrice de l’organisation, Angel Sinclair. « C’est pourquoi nous sommes si fiers de soutenir Cheryl, qui souffre d’un névrome mélanocytaire congénital, en célébrant la diversité sur son chemin vers le mannequinat. »

(Caters News)

Les marques de vêtements ASOS et New Look ont habillé Cheryl pour sa première séance photo, et elle a ensuite participé à des séances photo pour des magazines comme Vogue Italia tout en partageant au magazine comment elle est parvenue à s’accepter et à trouver sa beauté intérieure.

Cheryl n’a pas toujours rayonné de confiance en elle comme aujourd’hui, même si elle espère que l’image positive qu’elle a d’elle-même aidera d’autres jeunes femmes souffrant de cette condition de peau à se sentir plus à l’aise dans leur corps.

« L’été a toujours été une épreuve, car, pour éviter les injures, je portais d’épaisses couches de vêtements », dit-elle. « Maintenant, je sais que tout le monde n’a pas besoin d’être pareil pour être belle – accepter qui je suis a changé mon attitude. »

(Caters News)

Il est important pour Cheryl de montrer sa confiance en elle au monde entier, mais aussi à ses deux fils. Elle est devenue une éducatrice pour les femmes en général, et a ajouté dans son interview avec Caters News qu’elle utilise également sa plateforme pour rappeler à ses enfants combien il est important de s’apprécier pour ce que l’on est, quoi qu’il arrive.

« J’aime aussi montrer à mes fils, Javante, 11 ans, et Vito, 3 ans, qu’il est normal d’avoir des imperfections », a-t-elle déclaré.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé