« Les hommes arrivent » : depuis janvier, 255 détenus californiens ont demandé un transfert dans des prisons pour femmes

Par DAILY CALLER NEWS FOUNDATION
9 avril 2021 Mis à jour: 9 avril 2021
FONT BFONT SText size

Depuis janvier, 261 détenus des prisons californiennes ont demandé à être transférés dans des prisons correspondant à leur identité de genre, selon la déclaration du département californien des Services correctionnels et de réinsertion au Daily Caller News Foundation (DCNF) mardi dernier.

Le gouverneur démocrate californien, Gavin Newsom, a promulgué la loi S.B. 132 en janvier, elle oblige le département californien des Services correctionnels et de réinsertion (DCSC) à demander à chaque personne placée sous sa garde de préciser ses pronoms, son identité de genre et si elle s’identifie comme transgenre, non binaire ou intersexe.

La loi empêche le DCSC de prendre des mesures disciplinaires à l’encontre d’une personne qui refuse de donner ces informations ; elle permet une mise à jour ultérieure et oblige le personnel à utiliser les pronoms de genre demandés par la personne.

Elle exige également que le DCSC loge la personne dans un « établissement correctionnel désigné pour les hommes ou les femmes en fonction de la préférence de la personne ». Des lois similaires ont été adoptées dans le Connecticut et le Massachusetts.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi en janvier, 261 détenus ont demandé un transfert de « logement fondé sur le sexe », a déclaré le DCSC à la DCNF mardi. La grande majorité de ces demandes émanent de détenus qui demandent à être transférés dans des établissements féminins, et seuls six détenus n’ont pas demandé à être dans un établissement pour femmes.

« 255 proviennent de femmes transgenres et de personnes incarcérées non binaires qui demandent à être logées dans un établissement féminin et six proviennent d’hommes transgenres et de personnes incarcérées non binaires qui demandent à être logés dans un établissement masculin », a déclaré l’attachée de presse adjointe Terry Thornton au DCNF.

Le DCSC n’a pas refusé une seule demande de logement fondée sur le sexe, a confirmé la porte-parole.

Le DCSC a approuvé 21 de ces demandes, et quatre d’entre elles ont été transférées au Central California Women’s Facility à Chowchilla.

« Deux des 21 ont changé d’avis », a déclaré Mme Thornton. La porte-parole a indiqué qu’au 2 avril, 1 129 personnes incarcérées s’identifiaient comme transgenres, non binaires et intersexes.

Les détenues de la prison de Chowchilla ont déclaré au Los Angeles Times que « les hommes arrivent » et que les détenues doivent s’attendre à des violences sexuelles.

« Si on pense que c’est mauvais maintenant, il faut se préparer au pire. Que ça va être déconnecté, que ça va sauter », a déclaré Tomiekia Johnson, 41 ans, à la publication, selon des membres du personnel. « Ils disent que nous allons avoir besoin d’une installation qui va être comme une maternité. Ils disent que nous allons avoir un programme de détenus où les détenus deviennent des nounous. »

Les prisonnières craignent que les détenus qui demandent des transferts mentent sur leur identité sexuelle afin d’être transférés dans des prisons pour femmes, a rapporté le LA Times. Cela a ralenti le processus de transfert, selon la publication.

Mme Thornton a déclaré au LA Times que des réunions et des discussions « ont permis de dissiper toutes les craintes » et que « l’identité de genre d’une personne est auto-déclarée et que le DCSC évaluera toute demande soumise par une personne incarcérée pour un logement basé sur le genre ».

Le système pénitentiaire a demandé plusieurs millions de dollars à la Californie pour la mise en œuvre de la loi, a déclaré Mme Thornton.

De la Fondation The Daily Caller News

Le contenu créé par la Daily Caller News Foundation est mis gratuitement à la disposition de tout éditeur de presse éligible pouvant fournir une large audience. Pour les possibilités de licence de notre contenu original, veuillez contacter licensing@dailycallernewsfoundation.org.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé