Les feux de brousse en Australie ne sont pas provoqués par les changements climatiques, selon un expert

9 janvier 2020 Mis à jour: 9 janvier 2020
FONT BFONT SText size

Les feux de brousse actuels en Australie ont été causés par l’augmentation des combustibles naturels, et non par le changement climatique, selon l’expert des feux de brousse et scientifique de premier plan David Packham.

David Packham, titulaire de l’Ordre d’Australie et ancien expert des feux de brousse de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), a averti l’inspecteur général de la gestion des urgences du Victoria il y a cinq ans qu’une « catastrophe massive de feux de brousse se produira[it] » si l’objectif annuel de réduction de 5 % de la quantité de combustible naturel brûlé n’était pas doublé ou triplé.

Les niveaux de combustible naturel ont depuis lors atteint leurs valeurs les plus dangereuses depuis des milliers d’années, a ajouté M. Packham.

La prédiction de David Packham s’est avérée vraie alors que l’Australie est aux prises avec d’énormes feux de brousse dans tout le pays. Dans six États, plus de 6,3 millions d’hectares ont été brûlés. En comparaison, environ 800 000 hectares ont été perdus lors des incendies de 2018 en Californie, a rapporté la BBC.

Au moins 25 personnes sont mortes dans les incendies, a rapporté News Corp.

Dans une interview avec Jane Marwick de 2GB en décembre 2018, David Packham a déclaré qu’il était surpris d’entendre d’anciens chefs des pompiers attribuer la responsabilité des feux de brousse dévastateurs de l’Australie au changement climatique.

« Quiconque connaît un peu les principes et le comportement des feux de brousse sait que ce n’est pas le cas« , a-t-il dit. « Je ne peux pas imaginer qu’ils disent des choses qu’ils ne croyaient pas juste pour alimenter un mythe semi-religieux sur le changement climatique. »

 

Selon David Packham, le combustible naturel est le principal composant d’un feu de brousse ; la quantité de combustible détermine la férocité de l’incendie et la vitesse à laquelle il se déplace. Les autres composantes sont le temps chaud, sec et venteux et les allumages.

« Par exemple, il fait très chaud et très sec, et parfois très venteux dans le centre de l’Australie. Mais il n’y a pas de combustible naturel », dit-il. « De temps en temps, il y a du combustible naturel après une très bonne année, quand il tombe beaucoup de pluie. L’année suivante devient alors un problème dans le centre de l’Australie, et d’énormes incendies y ont lieu, parce que finalement il y a trop de combustible naturel. »

Le brûlage est « le moyen le plus économique de contrôler le combustible naturel sur les grandes régions de l’Australie », qui était « magnifiquement contrôlée par les premiers habitants de l’Australie », a ajouté David Packham.

Toutefois, le professeur Philip Zylstra, du Centre pour les solutions durables des écosystèmes de l’université Wollongong, a déclaré au Sydney Morning Herald que les quantités de combustible naturel et la gestion du gouvernement de l’État n’étaient pas responsables des incendies car « on a fait plus de choses au cours des dix dernières années que pendant de nombreuses décennies ».

Philip Zylstra a ajouté qu’une augmentation du brûlage de l’ensemble du combustible naturel couvrirait plutôt les villes et les villages de fumée et créerait des « risques énormes » de dommages matériels accidentels et de mortalité.

David Packham a expliqué à 2GB que les méthodes traditionnelles de brûlage n’impliquaient pas de « brûler la terre » mais de faire « jaillir » de petits feux, comme à la surface, sans endommager le sommet des arbres.

« Il y a donc 30 % de la zone où les plus gros animaux peuvent retourner et attendre que le feu disparaisse », dit-il.

Le 8 janvier, le commissaire des services d’incendie ruraux de la NSW (New South Wales : Nouvelle Galles du Sud), Shane Fitzsimmons, a déclaré que les conditions météorologiques constituaient un obstacle à la réduction des risques de brûlage.

Il a ajouté qu’à mesure que la saison des feux de forêt s’allonge, il existe une « fenêtre d’opportunité » qui se rétrécit pour les périodes de brûlage favorables. M. Fitzsimmons estime que le brûlage de combustibles est « un facteur absolument important lorsqu’il s’agit de la gestion des incendies et de la gestion du feu dans le paysage, mais ce n’est pas la solution miracle », a rapporté SBS News.

Le mois dernier, Gladys Berejiklian, Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, a accusé les pyromanes, les coups de foudre, le temps anormalement chaud, les lignes électriques coupées, les accidents de voiture et la sécheresse prolongée d’être les causes des incendies en Australie, a rapporté l’Australian Associated Press.

Le 7 janvier, le Victorian Aboriginal Heritage Council (Conseil du patrimoine aborigène victorien) a publié une déclaration demandant aux habitants du Victoria de travailler avec les Australiens indigènes à la gestion des feux de brousse. « Nous devons travailler ensemble avec tous les habitants du Victoria pour nous assurer que la gestion du pays est judicieuse et possible », a déclaré le président Rodney Carter.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré le 5 janvier qu’il rencontrerait tous les chefs d’État pour discuter du débroussaillage et des brûlis de protection contre les risques, qui sont « entièrement gérés et supervisés par les gouvernements des États ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé