Les documents déclassifiés de Trump sont liés au Russiagate, explique un ancien collaborateur de la Maison Blanche

23 août 2022 Mis à jour: 23 août 2022
FONT BFONT SText size

Un ancien haut responsable de l’administration Trump pense que le FBI a pu prendre des documents relatifs à l’enquête menée sur la collusion entre la Russie et Donald Trump lors de la perquisition menée dans sa résidence en Floride au début du mois.

L’ancien chef d’état‑major du Pentagone, Kash Patel, a expliqué dans une récente interview que les documents stockés à Mar‑a‑Lago et marqués comme classifiés ont été déclassifiés lorsque Trump a quitté ses fonctions en janvier 2021. Selon lui, les agents fédéraux ne pourront pas prouver le contraire.

« Au bout du compte, le président a estimé que cette information devait être communiquée au public américain », a déclaré M. Patel au Wall Street Journal dans une interview publiée le 21 août. M. Patel a déclaré ne pas savoir ce que contiennent les boîtes que les agents du FBI ont emportées.

« Ça avait à voir avec le Russiagate, et le scandale des emails d’Hillary. Cela concernait tout un tas d’autres choses. Et [Trump] a déclaré : ‘Tout cela est déclassifié.’ », a ajouté M. Patel, contestant l’affirmation principale du département de la Justice (DOJ) selon lesquelles il fallait prendre des mesures urgentes du fait que des documents sensibles étaient menacés.

Jusqu’à présent, ni le DOJ ni le FBI n’ont expliqué publiquement pourquoi les agents fédéraux ont fouillé le domicile d’un ancien président. Il n’ont pas non plus expliqué ce qu’ils cherchaient. Les responsables du DOJ et du FBI n’ont pas répondu à une demande de commentaire d’Epoch Times.

Un mandat et un reçu de propriété qui ont été descellés il y a plus d’une semaine par le juge d’instance Bruce Reinhart montrent que les agents ont pris 11 boîtes de documents prétendument classifiés, bien que la nature exacte de ces documents ne soit pas claire. Le mandat précise que Donald Trump fait l’objet d’une enquête pour d’éventuelles violations de l’Espionage Act et pour obstruction à la justice.

Les républicains, Donald Trump et certains médias ont demandé que l’affidavit du département de la Justice – le document juridique qui peut expliquer la demande de perquisition – soit rendu public. Lors d’une audience tenue la semaine dernière, le juge Reinhart a ordonné au département de la Justice de soumettre l’affidavit avec des propositions d’expurgations, qu’il examinera avant d’envisager de rendre le document public.

Plus de détails

Le 18 août, Donald Trump a publié sur Truth Social, sa plateforme de médias sociaux, un message expliquant qu’il avait déclassifié une série de documents relatifs à l’enquête Crossfire Hurricane du FBI. Dans le même temps, Donald Trump et M. Patel ont expliqué que l’ancien président avait un mandat permanent de déclassification.

« Le président est l’autorité de classification ultime, donc s’il le dit ou l’écrit, c’est déclassifié », a expliqué M. Patel, qui anime l’émission Kash’s Corner sur EpochTV, au Wall Street Journal.

Un jour avant que Donald Trump ne quitte ses fonctions, le 19 janvier 2021, l’ancien président a publié un mémo déclassifiant les documents de Crossfire Hurricane, qui n’ont pas été rendus publics. L’ancien président a mis en évidence une version archivée du mémo sur Truth Social la semaine dernière.

« J’ai établi que les documents contenus dans un classeur [de Crossfire Hurricane] devaient être déclassifiés autant que possible. En réponse, et dans le cadre du processus itératif de l’examen de déclassification, dans une lettre d’accompagnement datée du 17 janvier 2021, le FBI a noté qu’il continuait à s’opposer à toute déclassification supplémentaire des documents contenus dans le classeur », a écrit Donald Trump en janvier 2021.

L’ancien président a également affirmé : « Je déclassifie par la présente les documents restant dans le classeur. Il s’agit de ma décision finale conformément à l’examen de déclassification et j’ai demandé au procureur général de mettre en œuvre les expurgations proposées dans le rapport du FBI du 17 janvier et de renvoyer à la Maison Blanche une copie correctement expurgée. »

Alors que l’enquête Crossfire Hurricane a été lancée en juillet 2016 pour examiner les allégations d’ingérence russe lors de l’élection, le procureur spécial Robert Mueller a conclu, des années plus tard, que ces investigations n’avaient finalement abouti sur aucune preuve permettant de montrer que Donald Trump ou sa campagne s’étaient coordonnés avec Moscou pour influencer l’élection.

L’enquête Crossfire Hurricane reposait, en partie, sur une série de notes et de mémos concoctés par l’ancien officier de renseignement britannique Christopher Steele – connus communément sous le nom de « dossier Steele » – alors qu’il effectuait des recherches sur l’opposition au nom de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton et des démocrates. Un certain nombre d’allégations contenues dans son dossier ont depuis été discréditées par le FBI et d’autres groupes.

Le sénateur Ted Cruz (Parti républicain‑Texas) a affirmé que la descente du FBI dans le complexe de Mar‑a‑Lago de Donald Trump était une « expédition de pêche » organisée par la commission de la Chambre des représentants du 6 janvier.

Dans des remarques formulées sur son podcast le 17 août, le sénateur Cruz a expliqué que le FBI était à la recherche de documents relatifs à l’intrusion survenue au Capitole le 6 janvier 2021. Il n’a pas fourni de preuves spécifiques pour justifier cette déclaration.

« Maintenant, en regardant le mandat et ce qu’ils recherchaient, c’est vraiment navrant de constater qu’il s’agissait d’une expédition de pêche », a déclaré le sénateur Cruz sur son podcast « Verdict with Ted Cruz ».

« Je pense que ça n’avait rien à voir avec les documents classifiés, il était question du 6 janvier. Le FBI et [le département de la Justice] ont envoyé une équipe chargée de prendre tous les documents possibles et imaginables pour mettre la main sur quelque chose d’incriminant », a‑t‑il ajouté.

« Ce n’est pas nouveau pour les forces de l’ordre d’essayer de trouver un hameçon. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé