Les citoyens chinois contestent le nouveau test Covid-19 par voie anale

30 janvier 2021 Mis à jour: 30 janvier 2021
FONT BFONT SText size

Pékin et d’autres régions chinoises ont récemment commencé à effectuer des tests de prélèvement anal sur des personnes, affirmant qu’ils peuvent détecter plus précisément le Covid-19 que les prélèvements nasaux et pharyngés plus couramment utilisés.

Les Chinois ont exprimé leurs inquiétudes quant à cette nouvelle méthode de test, parfois effectuée devant d’autres personnes dans des centres de quarantaine, en affirmant qu’il s’agit d’une atteinte à la vie privée et qu’elle est également extrêmement inconfortable.

Cette semaine, plusieurs collectivités locales chinoises ont parlé de la réalisation de prélèvements anaux pour le dépistage des acides nucléiques, en plus des prélèvements nasaux et pharyngés, sur des « groupes clés » soupçonnés d’avoir contracté le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

Le nouveau test a été introduit pour la première fois à Pékin, la capitale du pays.

Le 20 janvier, la Ville de Pékin a annoncé lors d’une conférence de presse quotidienne qu’elle avait effectué des tests par écouvillonnage anal sur 1 298 personnes, qui sont des étudiants, des enseignants et d’autres membres du personnel d’une école où un garçon de 9 ans a été diagnostiqué avec le Covid-19 le 18 janvier.

Peu après, les médias chinois ont rapporté que les résidents des provinces de Hebei, Shandong et Liaoning ont également dû subir des tests de prélèvement anal. Ils se sont plaints que le processus était inconfortable, tandis que certains ont dit que la procédure leur donnait envie de déféquer.

La nouvelle méthode de test a provoqué une certaine agitation parmi les citoyens.

Le 28 janvier 2021, un homme subit un prélèvement nasal pour le test Covid-19 sur un site d’essai situé à l’extérieur de la gare de Yichangdong, dans le Yichang, province du Hubei en Chine centrale. (STR/AFP via Getty Images)

« Je préfère ne pas voyager plutôt que de laisser une infirmière prélever des échantillons anaux » est devenu une phrase de recherche par mot-clé très populaire sur les plateformes chinoises de médias sociaux.

Des dizaines de médias publics chinois ont affiché un schéma pour montrer aux gens comment une infirmière prélève le tampon anal sur les gens, et ont expliqué que le processus dure environ 10 secondes.

Les médias d’État ont également cité des spécialistes et des médecins, qui ont affirmé que l’écouvillon anal serait plus précis qu’un écouvillon nasal ou de gorge.

« Les porteurs asymptomatiques et les patients atteints de Covid-19 avec des symptômes légers peuvent se rétablir très rapidement. Dans les trois à cinq jours suivant l’infection, leur pharynx sera exempt de virus », a déclaré un médecin spécialisé dans les maladies infectieuses de l’hôpital You’an de Pékin, cité par la chaîne de télévision publique CCTV dans un reportage du 23 janvier. « Les échantillons de selles contiendront le virus pendant plus longtemps. »

Le médecin a ajouté : « Les tests effectués à partir de l’anus peuvent améliorer le taux de détection et réduire le taux de faux négatifs. »

Mais les kits de dépistage imprécis fabriqués en Chine sont un problème depuis longtemps, depuis le début de la pandémie en Chine l’année dernière.

Un homme est soumis à un prélèvement pharyngé pour le test Covid-19 devant un hôpital de Pékin le 28 janvier 2021. (GREG BAKER/AFP via Getty Images)

En février 2020, CCTV a cité le doyen de l’Académie des sciences médicales de Chine, Wang Chen, qui a déclaré que seuls 30 à 50 % des patients atteints de Covid-19 peuvent être détectés par des prélèvements nasaux ou de la gorge.

Des faux négatifs sont fréquemment apparus.

Le 5 décembre 2020, la Ville de Tianjin a signalé la présence d’une patiente de 6 ans atteinte de Covid-19, après avoir analysé le sang de la fillette et trouvé des anticorps. Ses poumons présentaient également des lésions.

Les autorités ont déclaré que le père et les grands-parents de la fillette avaient été diagnostiqués le 19 novembre 2020, tandis que la fillette a commencé à présenter des symptômes de Covid-19 le 27 novembre 2020. Les résultats des 7 tests effectués sur ses prélèvements nasaux/gorge sont tous revenus négatifs.

Le 17 janvier, la société d’État Xinhua a indiqué que la majorité des patients chinois atteints de Covid-19 avaient été testés négatifs avant d’être diagnostiqués.

Le rapport n’a pas donné le taux de précision exact des kits de diagnostic fabriqués en Chine, mais a cité des experts qui ont déclaré que les gens doivent être testés à plusieurs reprises pour s’assurer que les patients Covid-19 sont détectés.

Au moment de la rédaction de ce rapport, les épidémies dans le nord-est de la Chine restaient sévères.

Les gens attendent pour monter à bord des trains à la gare Hangzhou East Railway Station à Hangzhou, dans la province du Zhejiang, en Chine orientale, le 28 janvier 2021. (STR/AFP via Getty Images)

Le comté de Gu’an, dans la province de Hebei, a annoncé le 27 janvier qu’aucun résident ou véhicule ne devait se rendre à Pékin.

Les autorités locales continuent de décourager les citoyens de voyager pour les prochaines vacances du Nouvel An lunaire, lorsque les gens retournent généralement dans leur ville natale pour célébrer la fête traditionnelle en famille.

Les autorités chinoises de l’aviation civile et des chemins de fer ont annoncé que le nombre de passagers qu’elles ont transportés jeudi était inférieur d’environ 70 % au total de l’année dernière.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé