Les chercheurs de l’université de Boston mettent au point une souche du Covid dont le taux de mortalité chez la souris est de 80%

18 octobre 2022 Mis à jour: 19 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Les chercheurs de l’université de Boston ont mis au point une souche du Covid-19 ayant tué 80% des souris infectées, selon un préprint publié la semaine dernière. Ces travaux ont soulevé de nombreuses inquiétudes et les internautes n’ont pas manqué de les condamner.

L’équipe de chercheurs a extrait la protéine spike du variant Omicron, qui, selon eux, présente « un nombre inhabituellement élevé de mutations ». Les chercheurs ont ensuite attaché la protéine spike du variant Omicron, la structure permettant à un virus de se lier et d’envahir les cellules humaines, au variant original Covid-19 de Wuhan. Ils l’ont surnommé « Omicron S ».

« Chez les souris K18-hACE2, alors qu’Omicron provoque une infection légère et non mortelle », ont-ils écrit, « le virus porteur d’Omicron S inflige une maladie grave avec un taux de mortalité de 80%. Cela indique que, si Omicron échappe aux vaccins du fait de mutations dans S, les principaux déterminants de la pathogénicité virale se trouvent en dehors de S [Omicron]. »

« Nous avons généré un SARS-CoV-2 recombinant chimérique codant pour le gène S d’Omicron dans le squelette d’un isolat ancestral de SARS-CoV-2 et avons comparé ce virus avec le variant Omicron circulant naturellement. Le virus portant le gène S Omicron échappe de manière robuste à l’immunité humorale induite par le vaccin, principalement en raison de mutations dans le motif de liaison du récepteur (RBM), et pourtant, contrairement à l’Omicron naturel, il se réplique efficacement dans les lignées cellulaires et les cellules pulmonaires distales de type primaire. »

Les chercheurs ont toutefois noté que les systèmes immunitaires des souris et des humains sont très différents. Par conséquent, si l’hybride Omicron S devait infecter l’homme, il est peu probable qu’il soit aussi mortel, ont-ils expliqué, ajoutant que la race de souris utilisée est plus dissemblable de l’homme que d’autres races soumises à des tests en laboratoire.

Cependant, lorsqu’ils ont infecté des cellules humaines avec le variant Omicron S, ils ont constaté qu’elle était cinq fois plus infectieuse que la souche Omicron du Covid-19.

La virologue chinoise Shi Zhengli à l’intérieur du laboratoire P4 à Wuhan, le 23 février 2017. (Johannes Eisele/AFP via Getty Images)

La publication de l’étude a suscité de nombreuses inquiétudes en ligne, et bien des internautes l’ont condamnée.

Le Dr Paul Hunter, spécialiste en maladies infectieuses à l’Université d’East Anglia en Angleterre, a déclaré au Daily Mail le 17 octobre qu’il était inquiet face à ce que les laboratoires sont capables de produire.

« La question est de savoir à quoi vont servir [les laboratoires]. S’ils sont destinés à des fins de diagnostic, alors nous en avons besoin. Mais je ne pense pas que chaque pays nécessite un laboratoire P4 », a déclaré le Dr Hunter. Le laboratoire de recherche de l’université de Boston a un niveau de biosécurité 4 (BSL-4).

« S’ils commencent à avoir le double objectif de recherche avec des implications militaires offensives, il y a alors un problème », a-t-il ajouté.

Beaucoup trouvent crédible l’hypothèse que les scientifiques de l’Institut de virologie de Wuhan aient contribué à l’apparition initiale du Covid-19 en Chine. Bien que les responsables du Parti communiste chinois aient officiellement attribué l’émergence du virus à un marché humide de la ville chinoise, certains responsables des services de renseignement américains ont déclaré en 2021 que selon eux le Covid-19 avait été créé dans le laboratoire et s’était échappé de l’installation.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé