Les bactéries et les champignons pathogènes trouvés sur les masques

3 août 2022 Mis à jour: 3 août 2022
FONT BFONT SText size

Plusieurs microbes pathogènes ont été identifiés et mesurés sur les masques portés durant la pandémie dans des travaux de recherches japonais publiés dans Scientific Reports.

L’étude est l’une des premières à aborder les problèmes d’hygiène causés par la croissance bactérienne et fongique sur les masques portés quotidiennement.

« Puisque les masques peuvent être une source directe d’infection pour les voies respiratoires, le tube digestif et la peau, il est essentiel de maintenir leur hygiène pour prévenir les infections bactériennes et fongiques qui peuvent exacerber le Covid-19 », ont écrit les auteurs.

L’étude portait sur 109 participants âgés de 21 à 22 ans qui ont été interrogés sur le type de masque utilisé, sa durée et leurs habitudes de vie. Des bactéries et des champignons ont été prélevés sur les trois types de masques – gaze, polyuréthane et non tissé – portés entre septembre et octobre 2020.

Selon les chercheurs, la face interne des masques contenait plus de bactéries, tandis que la face externe abritait plus de champignons.

Par ailleurs, l’utilisation prolongée du masque entraînait une augmentation des champignons, mais pas des bactéries, car « les champignons et leurs spores sont résistants au séchage, ils peuvent survivre dans les conditions où les masques se dessèchent ».

On a constaté que les masques non tissés présentaient moins de colonies fongiques sur la face externe que les deux autres types de masques. Les masques non tissés comportent trois couches, deux couches de tissu et une couche intermédiaire non tissée.

Les chercheurs ont été surpris de constater qu’il n’y avait pas de différence significative entre le nombre de bactéries ou de champignons sur les masques lavables ou réutilisables qui avaient été lavés.

« La méthode de nettoyage appropriée pour les masques faciaux en coton a été recommandée pour réduire leur charge microbienne », ont écrit les auteurs. « Cependant, lors des expériences en cours, nous n’avons pas trouvé de différences significatives dans le nombre de colonies bactériennes ou fongiques sur les masques selon le lavage. »

Habitudes de vie

Les chercheurs ont également examiné l’impact de certaines habitudes sur le taux de microbes présents sur les masques, par exemple, le gargarisme, la consommation de natto ou les différents modes de transport (publics, véhicule personnel, marche ou vélo).

« Les différents types de transport n’ont révélé aucune différence quant au nombre de colonies bactériennes ou fongiques présentes des deux côtés des masques. »

Il n’y avait aucune différence du nombre de microbes sur les masques des participants qui se gargarisaient une fois par jour. Le gargarisme est une coutume japonaise pour prévenir les infections respiratoires. Cette pratique est souvent recommandée par les autorités sanitaires japonaises comme mesure préventive contre la grippe, au même titre que le lavage des mains.

Pourtant, une étude menée par l’université de médecine de l’État de Pennsylvanie et publiée dans le Journal of Medical Virology en septembre 2020 déclarait que plusieurs types de bains de bouche et de rinçages nasaux étaient efficaces pour neutraliser les coronavirus humains. L’étude indiquait que ces pratiques pouvaient réduire la charge du SRAS-CoV-2, c’est-à-dire la quantité de virus présente dans la bouche.

L’université de Californie à San Francisco mène actuellement une petite étude pilote pour déterminer si le fait de se gargariser avec certains bains de bouche ou solutions de gargarisme permet de réduire la charge virale chez les patients diagnostiqués avec le Covid-19. L’étude devrait proposer ses conclusions en septembre prochain.

Se gargariser avec des bains de bouche antiseptiques fait partie du protocole établi par le Front Line Covid-19 Critical Care Alliance [FLCCC Alliance : Alliance pour les soins intensifs de première ligne Covid-19] pour « la prévention récurrente (continue) ainsi que pour ne pas tomber malade » lorsqu’une personne a été exposée au virus.

FLCCC Alliance est une organisation à but non lucratif regroupant des spécialistes des soins intensifs qui ont consacré leur temps à l’élaboration de protocoles de traitement visant à « prévenir la transmission du Covid-19 et à améliorer les résultats pour les patients atteints de la maladie ».

Quant à la consommation de natto, des graines de soja fermentées avec une bactérie appelée bacillus subtillis (B. subtillis) ou bacille du foin, les chercheurs affirment que les participants qui ont consommé ces graines de soja collantes, « avaient une incidence significativement plus élevée de grandes colonies blanches de B. subtillis des deux côtés des masques que les autres. »

Le bacille subtillis est présent dans le sol, l’eau, les résidus végétaux en décomposition et l’air. C’est une bactérie utilisée pour « la production industrielle de protéases, d’amylases, d’antibiotiques et de produits chimiques spéciaux » et n’est « pas considérée comme pathogène ou toxigène pour les humains, les animaux ou les plantes », selon l’US Environmental Protection Agency (EPA) (pdf).

Graphique du rapport scientifique indiquant la taille des microbes et des particules (à g.) comparée à la taille des pores (5 µm) de la partie centrale du filtre des masques non tissés. (à dt.) (Capture d’écran via Epoch Times)

Microbes pathogènes

Si la plupart des bactéries et des champignons prélevés sur les masques n’étaient pas dangereux pour l’homme, certains étaient des agents pathogènes opportunistes, tandis que d’autres étaient à l’origine de maladies telles que les bactéries responsables d’intoxications alimentaires et d’infections à staphylocoques, et le champignon responsable de la teigne, du pied d’athlète et de l’eczéma.

Les auteurs de l’étude estiment que les personnes dont le système immunitaire est affaibli devraient « éviter l’utilisation répétée de masques pour prévenir les infections microbiennes. »

Les CDC précisent que les personnes immunodéprimées ou celles présentant un risque élevé de maladie grave doivent porter un masque ou un respirateur en cas d’un niveau élevé de Covid-19 dans la population.

L’agence sanitaire n’a pas répondu à une demande de commentaire d’Epoch Times sur les conclusions de l’étude japonaise.

Selon les partisans du port universel du masque en période de pandémie, les masques contribuent à prévenir ou à réduire la transmission de l’infection par le SRAS-CoV-2.

Preuves scientifiques

Le Dr Paul Alexander, épidémiologiste et chercheur, ne partage pas cet avis. Selon lui, plus de 150 études et articles concluent que les masques en tissu et les masques chirurgicaux ne permettent pas de ralentir la propagation du Covid-19. Selon ces études, ils sont nuisibles.

« À ce jour, les preuves sont solides et claires : les masques ne permettent pas de lutter contre le virus. Ils peuvent être dangereux, en particulier pour les enfants », a écrit M. Alexander dans un article d’opinion publié en février dans Epoch Times.

Un examen critique mené en 2021 (pdf) a analysé l’impact du port de masques en tissu pendant la pandémie. Selon les auteurs, il n’y avait aucune preuve pour valider le fait que le recours à ce type de masque ait été utile pour limiter la propagation du virus.

« Les preuves cliniques disponibles sur l’efficacité des masques faciaux sont de faible qualité et les meilleures preuves cliniques disponibles n’ont pour la plupart pas montré d’efficacité. Quatorze des seize essais contrôlés randomisés identifiés qui comparaient la présence de masques faciaux à l’absence de masques n’ont pas trouvé de bénéfice statistiquement significatif au sein des populations concernées. »

« Si la faiblesse des preuves ne doit pas empêcher la prise de mesures de précaution face à des événements sans précédent comme la pandémie de Covid-19, les principes éthiques exigent que la solidité des preuves et les meilleures estimations des bénéfices soient sincèrement communiquées au public. »

Bien avant la pandémie, en 2008, des chercheurs avaient déjà mené une étude randomisée et contrôlée auprès de professionnels de la santé au Japon afin de déterminer si les masques chirurgicaux réduisaient l’incidence du rhume.

Ils ont conclu que les participants du groupe portant un masque « étaient beaucoup plus susceptibles de souffrir de maux de tête pendant la période d’étude » et ont ajouté que « l’utilisation d’un masque facial chez les professionnels de la santé n’a pas été démontrée comme présentant un avantage pour réduire les symptomes du rhume ni pour protéger du rhume. »

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé