Les associés de Hunter Biden ont aidé des magnats chinois à rencontrer des responsables de la Maison-Blanche, d’après des courriels

20 octobre 2020 Mis à jour: 21 octobre 2020
FONT BFONT SText size

Les associés de Hunter Biden ont aidé à obtenir des rencontres entre des magnats chinois et des hauts fonctionnaires de la Maison-Blanche de l’époque d’Obama en 2011, selon des courriels obtenus par l’auteur Peter Schweizer et vus par Epoch Times.

Des associés de Hunter Biden de l’époque, Devon Archer et Bevan Cooney, ont aidé un groupe d’élites en politique et commerce chinois, le China Entrepreneur Club, à visiter la Maison-Blanche et à rencontrer des représentants de l’administration en novembre 2011, lors de leur voyage aux États-Unis, selon les courriels.

La délégation chinoise a rencontré le vice-président Joe Biden lors de ce voyage, selon un document disponible sur le site web du China Entrepreneur Club.

Un courriel suggère également que Devon Archer a communiqué avec Hunter Biden pour organiser la rencontre pour le groupe à la Maison-Blanche.

Les relations d’affaires de Hunter Biden en Chine et en Ukraine ont fait l’objet d’un examen minutieux, son père étant candidat à la présidence. Le jeune Biden a également fait l’objet d’un récent examen minutieux en raison de ses apparents accords commerciaux avec des cadres chinois au sein d’un conglomérat pétrolier ayant des liens avec l’armée chinoise, comme l’indiquent les courriels obtenus par le New York Post et un rapport du Sénat.

Bevan Cooney est actuellement en prison pour son rôle dans un projet d’escroquerie de 2016 au profit d’une tribu amérindienne. Il a autorisé Peter Schweizer, l’auteur du livre Secret Empires, sorti en 2018, à accéder à son compte de messagerie et à publier les courriels, a déclaré le média. Peter Schweizer a d’abord publié les conclusions de ces courriels dans un article de Breitbart. Ces courriels sont distincts de la tranche obtenue par le New York Post.

Devon Archer a également été condamné dans la même affaire en 2016 et est actuellement en attente de sa peine. Lui et Hunter Biden étaient associés dans Rosemont Seneca Bohai, une société de gestion d’actifs. Ils ont également tous deux rejoint le conseil d’administration de Burisma Holdings, un consortium gazier ukrainien, en 2014.

Le 5 novembre 2011, Devon Archer a reçu un courriel d’un contact d’affaires, Gary Fears. Le courriel contenait une demande d’aide de Mohamed A. Khashoggi, apparemment un intermédiaire de la China Entrepreneur Club, qui cherchait à obtenir une visite à la Maison-Blanche et des rencontres avec des responsables de l’administration. Il a déclaré que le cercle d’affaires avait envoyé des invitations à plusieurs membres de l’administration Obama et à des législateurs, mais qu’il n’avait eu aucune nouvelle d’eux.

« Une visite de la Maison-Blanche et une rencontre avec un membre du bureau du chef de cabinet et John Kerry seraient très bien », a écrit M. Khashoggi.

« Si nous pouvons organiser des réunions avec Rominy [sic] ou des représentants non élus, cela pourrait être plus facile », a-t-il ajouté, avant de noter : « Pas sûr qu’il faille être enregistré pour cela », apparemment une référence à l’enregistrement en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers.

M. Khashoggi a décrit le mandat du groupe comme étant de « faire savoir aux États-Unis que le ‘secteur privé’ chinois est prêt et disposé à investir en Amérique ».

« Je pense que c’est un jeu de diplomatie douce qui pourrait être très efficace », a poursuivi M. Khashoggi, ajoutant que cela donnerait aux partenaires commerciaux de Hunter Biden « un bon accès aux Chinois pour tout accord futur. »

Le China Entrepreneur Club, que l’on a appelé le « club des milliardaires », est composée des plus grands chefs d’entreprise chinois, ainsi que d’économistes et de diplomates. À l’époque, il comptait 50 membres, dont Liu Chuanzhi, son président et fondateur du géant de l’informatique Lenovo, Jack Ma, fondateur du géant du commerce électronique Alibaba Group, et Wu Jianmin, un éminent diplomate chinois.

Les revenus des 44 membres du China Entrepreneur Club s’élevaient à plus de 1 500 milliards de yuans (224 milliards de dollars) et représentaient environ 4 % du PIB (produit intérieur brut) de la Chine, selon le courriel.

« C’est la Chine Inc. », a écrit M. Khashoggi à propos du club.

Le 11 novembre 2011, Gary Fears a reçu un courriel transféré de la part de Devon Archer, qui demandait comment s’était passée la rencontre avec Mohamed Khashoggi. Gary Fears a également demandé à Devon Archer de dire à Hunter Biden de l’appeler.

Devon Archer a répondu à cette demande : « Hunter est en voyage aux [Émirats arabes unis] pour la semaine, avec la royauté, donc probablement la semaine prochaine avant qu’il ne revienne dans la poche. »

Dans une réponse ultérieure, D. Archer a écrit : « Je n’ai pas pu confirmer cela avec Hunter en ligne, mais nous lui avons obtenu son rendez-vous à la Maison-Blanche lundi avec les Chinois. »

Le 14 novembre 2011, le jour de la réunion de la délégation chinoise, B. Cooney a envoyé un e-mail à Gary Fears qui disait : « [Devon] Archer s’est occupé de tous les Chinois à Washington. »

Le registre des visiteurs de la Maison-Blanche montre qu’une délégation d’environ 30 personnes du China Entrepreneur Club a visité la Maison-Blanche ce jour-là, et a été accueillie par Jeff Zients, alors directeur adjoint du Bureau de la gestion et du budget.

Bien que les registres n’indiquent pas une réunion avec le vice-président Biden, un document du China Entrepreneur Club contenant les biographies des membres indique que la délégation l’a rencontré, ainsi que le secrétaire adjoint Robert Hormats, l’ancienne secrétaire d’État Madeleine Albright et le général Colin Powell lors du voyage de 2011.

Les rencontres avec MM. et Mme Hormats, Albright et Powell sont indiquées dans l’itinéraire du voyage. L’itinéraire prévoit également une rencontre avec John E. Bryson, alors secrétaire d’État au commerce.

P. Schweizer a déclaré samedi à Fox News que les e-mails, ainsi que d’autres qui n’ont pas été publiés, montraient « un large réseau d’utilisation du nom de Biden, qui se servait de son accès à la Maison-Blanche », avec « Hunter servant de pont vers l’administration en tant que des services offerts à leurs clients, ce qui leur permettait également de gagner des clients ».

« Les noms qui apparaissent dans ce dossier sont ceux de Chinois, de Russes, d’Ukrainiens, de Kazakhs », a ajouté M. Schweizer. « C’est une véritable ONU de la corruption. Et ce que cela démontre, c’est que Joe Biden, en tant que vice-président des États-Unis, était un point central. »

Ni l’équipe de campagne de Joe Biden, ni Gary Fears n’ont répondu à une demande de commentaires. M. Khashoggi et D. Archer n’ont pas pu être joints pour offrir leurs commentaires.

FOCUS SUR LA CHINE – Président Xi Jinping : toux à répétition pendant un discours



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé