Les anciens chefs de l’armée américaine dénoncent une politisation de «l’environnement civilo-militaire» suite au discours de Biden

11 septembre 2022 Mis à jour: 11 septembre 2022
FONT BFONT SText size

Non moins d’une douzaine d’anciens secrétaires à la Défense et de présidents du Comité des chefs d’état‑major interarmées (JCS) ont signé une lettre pour dénoncer l’ « environnement civilo‑militaire difficile » résultant du discours de Joe Biden soigneusement mis en scène avec deux officiers de la marine en arrière‑plan.

« Nous nous trouvons dans un environnement civilo‑militaire exceptionnellement difficile. De nombreux facteurs qui façonnent les relations entre civils et militaires ont été mis à rude épreuve ces dernières années », ont‑ils écrit dans la lettre ouverte, faisant référence aux guerres en Irak et en Afghanistan. La lettre a été publiée mardi sur le site Web War on the Rocks.

« Sur le plan social, la pandémie et les bouleversements économiques ont perturbé les schémas sociaux et exercé une pression énorme sur les individus et les familles », ont‑ils ajouté. « Sur le plan politique, les professionnels de l’armée sont confrontés à un environnement extrêmement défavorable marqué par la division provoquée par une forte polarisation affective qui a culminé avec la première élection tenue depuis plus d’un siècle où le transfert pacifique du pouvoir politique a été perturbé et mis en doute. »

Les auteurs de la lettre n’ont pas directement évoqué le discours du 1er septembre où Biden a attaqué les partisans de Donald Trump tout en se tenant symboliquement devant deux officiers de la marine. Dans ce discours, le président n’a pas hésité à accuser les partisans de Donald Trump de porter atteintes aux grandes institutions américaines. Ils ont cependant rappelé que les règles militaires interdisaient aux membres des forces armées toute activité politique.

« Il existe d’importantes restrictions quant au rôle public du personnel militaire dans une politique partisane, comme on le voit depuis longtemps dans les règles et les pratiques établies par le département de la Défense », indique la lettre. « Les membres de l’armée endossent des restrictions quant à l’expression en public de leurs opinions privées – des restrictions qui seraient inconstitutionnelles si elles étaient imposées à d’autres citoyens. Les dirigeants militaires et civils doivent faire très attention pour maintenir l’armée à l’écart de toute activité politique partisane. »

Les anciens secrétaires à la Défense Mark Esper, Ashton Baldwin Carter, William Sebastian Cohen, Robert Gates, Charles Timothy Hagel, Jim Mattis, Leon Panetta et William Perry ont signé la lettre. Ils ont été rejoints par les anciens présidents du Comité d’état‑major interarmées, le général Martin Edward Dempsey, le général Joseph Francis Dunford Jr, l’amiral Michael Glenn Mullen, le général Richard Bowman Myers et le général Peter Pace.

Avertissements

Dans un article du New York Post, le spécialiste des questions constitutionnelles Jonathan Turley estime que Biden n’aurait jamais dû prononcer ce discours controversé devant deux officiers de la marine américaine.

« Cette mise en scène a instantanément alimenté les discussions sur Internet avec l’étrange fond rouge qui donnait l’impression que le président prononçait un discours inspiré de ‘L’Enfer’ de Dante. En effet, il ressemblait presque au Grand Chancelier Adam Sutler de ‘V pour Vendetta’ », a‑t‑il écrit.

Enfin, Biden était éclairé en rouge à la manière typique des dirigeants communistes, notamment ceux du Parti communiste chinois. Un point que les critiques n’ont pas manquer de remarquer. Des lumières bleues étaient également projetées sur les côtés du bâtiment devant lequel Biden s’est exprimé, mais il se tenait debout devant la toile de fond rouge.

Mais, a ajouté M. Turley, « c’est le recours aux officiers de la marine qui a été le plus remarqué – de part et d’autre du président en train de clamer que les partisans de Donald Trump sont une menace pour la démocratie. Il a dénoncé 13 fois les ‘républicains MAGA’ et répétait les allusions à son ancien et probablement futur adversaire politique, Donald Trump. »

« Le Corps des Marines interdit expressément à son personnel d’être utilisé ou de participer à des événements politiques. Les responsables de l’armée soulignent que leurs règles proscrivent une telle participation parce que toute forme de partisanerie réelle ou perçue peut nuire à la légitimité de la profession et du département [de la Défense]. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé