Les activistes du climat s’alarment que Musk autorise davantage d’opinions discordantes sur Twitter 

24 janvier 2023 Mis à jour: 24 janvier 2023
FONT BFONT SText size

Une organisation qui se présente comme une coalition « d’organisations de lutte contre la désinformation et en faveur du climat » affirme que Twitter, sous la direction d’Elon Musk, donne plus de visibilité aux opinions discordantes sur la question du changement climatique.

L’association, Climate Action Against Disinformation (CAAD), a publié une étude en date du 19 janvier (pdf), dans laquelle elle accuse Elon Musk de permettre à la désinformation climatique de se répandre sur sa plateforme de médias sociaux.

L’étude accuse Twitter de promouvoir le hashtag « #ClimateScam » (arnaque climatique) qui apparaît comme premier résultat de la recherche du terme « climat ».

Le hashtag a connu un pic soudain dans les résultats de recherche de Twitter depuis juillet 2022, et son apparition n’a cessé d’augmenter depuis, selon la CAAD.

Le rapport affirme qu’en 2022, « le contenu négationniste a fait un retour fracassant sur Twitter en particulier ».

Recherche sur Twitter

Selon la CAAD, au moins 91.000 utilisateurs de Twitter ont fait un signalement du hashtag #ClimateScam plus de 362.000 fois en décembre.

« La source de sa viralité n’est pas claire du tout et souligne à nouveau la question de la transparence et de la façon dont les plateformes diffusent du contenu aux utilisateurs », écrivent les auteurs de l’étude.

Ils ajoutent que ce terme semble avoir connu un pic de popularité alors même que « des données montrent une activité et un engagement plus importants sur d’autres hashtags tels que #ClimateCrisis et #ClimateEmergency ».

L’équipe de recherche soutient que cette remontée du terme dans les résultats de recherche ne peut s’expliquer par la personnalisation des utilisateurs, son volume de contenu ou sa popularité.

« Une recherche standard du terme ‘climat’ sur Facebook ne s’est pas remplie automatiquement de termes ouvertement sceptiques ou négationnistes ; une recherche explicite de #ClimateScam n’a montré que 1.500 utilisateurs mentionnant le terme, contre 72.000 pour #ClimateEmergency et 160.000 pour #ClimateCrisis. »

La CAAD s’est plaint que la source du hashtag #ClimateScam n’était pas claire et qu’il y avait un besoin de transparence sur la façon dont le résultat de la recherche était apparu.

« De même, TikTok n’a renvoyé aucun résultat de recherche pour #ClimateScam, mais affiche [à l’utilisateur] la phrase ‘[ce hashtag] peut être associé à un comportement ou à un contenu qui contrevient à nos principes’. »

Groupes d’intérêt

Les auteurs de l’étude estiment que la nouvelle direction de Twitter ne qualifie pas suffisamment de contenu comme étant de la désinformation et affirme ne pas avoir trouvé de tendance comparable ou de pic de popularité du hashtag « #ClimateScam » sur d’autres plateformes.

La CAAD est partiellement financée par l’Institute for Strategic Dialogue (ISD), un groupe de réflexion largement financé par la Fondation Bill et Melinda Gates.

L’ISD a déclaré qu’ils travaillaient en collaboration avec les plateformes de médias sociaux afin de déterminer le niveau de radicalisation existant sur internet et qu’ils souhaitaient réduire le recrutement d’extrémistes par des groupes opérant en Europe et en Amérique du Nord.

Depuis qu’il a racheté Twitter en octobre, Elon Musk a réduit le personnel de l’équipe chargée des médias sociaux de 50% et a diminué son équipe de modération de contenu afin de donner plus de place à la liberté d’expression.

Musk a critiqué les relations passées de Twitter avec les autorités fédérales américaines et ses services de renseignement. Il a publié plusieurs séries de « Twitter Files » depuis la fin de l’année dernière.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé