[États-Unis] L’équipe de juristes de Donald Trump continuera à contester l’intégrité des élections au-delà du 6 janvier, selon Jenna Ellis

23 décembre 2020 Mis à jour: 1 janvier 2021
FONT BFONT SText size

La conseillère juridique de Donald Trump, Jenna Ellis, a déclaré mardi que son équipe prévoit de poursuivre son enquête sur le traitement des élections générales de 2020 au-delà du 6 janvier, date à laquelle le Congrès comptera les votes du collège électoral.

« Le peuple américain mérite de connaître la vérité et de voir tout cela être révélé, et nous allons donc continuer à poursuivre ces efforts », a déclaré Jenna Ellis au Dan Caplis Show lors d’une interview.

« À long terme, cela ne se terminera absolument pas le 6 janvier, car cela ne devrait jamais, jamais plus se reproduire, tout au long de l’histoire de l’Amérique. »

Elle a déclaré que bien que le 6 janvier soit la date d’« importance capitale » stipulée par la Cour suprême des États-Unis, il est nécessaire de poursuivre leurs contestations électorales afin de protéger l’intégrité des élections pour les années à venir.

« Les démocrates, du début à la fin, ont utilisé la pandémie afin de supprimer les garanties électorales. Ils ont manipulé certaines des lois », a déclaré maître Ellis. « Nous devons y revenir, si cela vous concerne, quel que soit le parti, j’espère que mes amis démocrates seront d’accord avec moi, que l’intégrité des élections est importante. »

« Si vous tenez à ce qu’il n’y ait aucune fraude lors d’une élection, et que vous vous souciez de notre système et de notre Constitution, vous veillerez à ce que nous mettions en place les garanties nécessaires. »

Jenna Ellis a déclaré que les législateurs des 50 États devraient se réunir avant le prochain cycle électoral afin d’examiner si des irrégularités ont été commises lors des élections de 2020 et si les protections nécessaires des électeurs sont en place.

« Avant les examens de mi-parcours, avant le prochain cycle électoral, nous avons deux ans pour mettre les choses au clair et dire : vous savez, ils ont peut-être fait cela maintenant, mais nous ne laisserons jamais cela se reproduire », a-t-elle déclaré.

Les contestations électorales déposées par l’équipe juridique de Trump au cours des dernières semaines allèguent qu’une proportion importante des votes a été déposée et dépouillée dans des circonstances apparemment frauduleuses ou en violation des codes électoraux des États et de la Constitution américaine. Nombre de ces poursuites visent à invalider d’éventuels bulletins « illégaux » qui auraient été déposés à la suite de changements de règles de dernière minute par des fonctionnaires électoraux.

Les allégations de fraude électorale ont été démenties à plusieurs reprises par les principaux responsables électoraux, tandis que les critiques et les membres des médias ont qualifié ces allégations de « sans fondement ». Jusqu’à présent, une grande partie des affaires déposées ont été rejetées par des juges pour des raisons de procédure, y compris par la Cour suprême des États-Unis.

Les législateurs républicains se joignent également au « combat » en élaborant une stratégie pour contester les votes du collège électoral lors de la session conjointe du Congrès du 6 janvier.

Plusieurs membres de la Chambre ont juré de lancer des contestations pour empêcher le Congrès de compter la liste des votes électoraux pour le candidat démocrate Joe Biden dans plusieurs États contestés.

Le député Mo Brooks (Parti républicain, Alabama) a lancé cette initiative en annonçant son intention de s’opposer aux votes électoraux en janvier prochain. Depuis lors, un nombre croissant de législateurs républicains ont exprimé leur intention de s’opposer aux votes électoraux lors de cette session.

Jusqu’à présent, aucun sénateur ne s’est engagé publiquement à contester les résultats d’un État. Une poignée de sénateurs républicains n’ont pas exclu la possibilité de s’opposer, mais ont déclaré qu’ils suivraient d’abord l’évolution de la situation en ce qui concerne les allégations de fraude électorale. En attendant, le sénateur élu Tommy Tuberville (Parti républicain, Alabama) a suggéré qu’il pourrait se joindre à l’objection prévue par les membres de la Chambre des représentants.

Nouvel Horizon – Infiltration mondiale de l’État profond sur l’Occident

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé