Un législateur de Caroline du Sud souhaite interdire aux mineurs la chirurgie de changement de sexe et l’hormonothérapie

30 novembre 2019 Mis à jour: 30 novembre 2019
FONT BFONT SText size

Un nouveau projet de loi proposé en Caroline du Sud vise à interdire à toute personne de moins de 18 ans de se faire opérer pour changer de sexe et à rendre illégal pour les médecins de prescrire des hormones aux enfants.

Stewart Jones a déclaré qu’il avait déposé le projet de loi à cause de l’affaire James Younger, âgé de 7 ans, au Texas.

La mère du garçon affirme qu’il devrait devenir une fille et accuse son ex-mari de maltraitance d’enfant parce qu’il ne traite pas le garçon comme une fille. Des images vidéo montrent le garçon alors qu’il avait 3 ans en train de parler de la façon dont sa mère lui avait dit qu’il était une fille. La mère a dit qu’elle voulait que James subisse une opération de changement de sexe dans l’avenir.

Au mois d’octobre, le père de James, Jeff Younger, a obtenu la garde conjointe de James et de son frère jumeau, Jude, l’affaire ayant attiré l’attention de tout le pays.

« Mon fils ne sait pas vraiment que ce conflit est en cours », a déclaré M. Younger à Epoch Times avant la décision, qui comprenait un ordre de bâillon. « James essaie de faire en sorte que ses parents l’aiment, et il fait tout ce qu’il faut pour que ses parents l’aiment. Il s’habille en fille parce qu’il veut que sa mère l’aime. Jude est confronté à un défi éthique en tant que jeune homme. Quand il va chez sa mère, il ment. Il a du mal à savoir comment il est censé mentir. »

M. Jones, le législateur de Caroline du Sud, a déclaré au quotidien Post and Courier que la pression en faveur des droits des transgenres « était presque armée ». Le projet de loi proposé vise à « protéger les enfants », a-t-il ajouté.

La loi n’affectera pas les adultes, a fait remarquer M. Jones.

Une personne tient un drapeau de fierté transgenre. (Angela Weiss/AFP/Getty Images)

« Pour un enfant, c’est une toute autre histoire », assure Stewart Jones. « Quelqu’un de moins de 18 ans ne peut pas acheter de cigarettes et d’alcool, donc il ne devrait pas pouvoir changer de sexe. »

Si le projet de loi, qui n’a pas de coparrains, est adopté et qu’un médecin fournit une procédure interdite, le médecin sera examiné par le Board of Medical Examiners de l’État et pourrait perdre son permis d’exercer la médecine.

Ce projet de loi est l’un des nombreux projets de loi qui ont été présentés récemment dans l’ensemble du pays. Des lois interdisant les opérations chirurgicales de changement de sexe et autres traitements connexes pour les mineurs ont été adoptées en Alaska, en Illinois et au Texas.

Une législatrice géorgienne a déclaré qu’elle travaillait également à l’élaboration d’un projet de loi qui érigerait en infraction pénale le fait d’opérer des enfants mineurs, notamment par vasectomie, castration, mastectomie et autres formes de mutilation génitale, en vue de leur réassignation sexuelle.

Ginny Ehrhart, une républicaine, a déclaré à Epoch Times que sa législation protégera les enfants contre les procédures irréversibles lorsqu’ils sont jeunes, mais n’affectera pas les médecins travaillant avec des adultes qui souhaitent changer de sexe. La loi géorgienne autorise actuellement les mineurs à se faire opérer et à recevoir des médicaments sur ordonnance si un parent y consent.

« Nous parlons d’enfants qui ne peuvent pas se faire tatouer ou fumer un cigare ou une cigarette dans l’État de Géorgie, mais qui peuvent être castrés et stérilisés », a-t-elle déclaré. « Il sera également interdit de prélever des parties du corps d’enfants mineurs qui sans cela seraient saines ou non malades. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé