Le Sénat dit non au droit de vote à 16 ans

10 décembre 2021 Mis à jour: 10 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Le Sénat à majorité de droite a rejeté jeudi 9 décembre une proposition de loi du PS visant à abaisser de 18 à 16 ans le droit de vote, qui à quatre mois de l’élection présidentielle, « se veut être une réponse parmi d’autres » à l’abstention.

Le texte était examiné dans le cadre d’une « niche » réservée au groupe PS.

Pour son auteure Martine Filleul, il se veut être « à la fois une réponse parmi d’autres à la question de l’abstention, mais aussi un geste, un symbole, une manière de montrer aux jeunes qu’ils font partie de notre République ».

L’abstention des moins de 35 ans a atteint 82% aux dernières élections régionales et départementales.

Abaissement de la majorité pour compenser les abstentions

« Notre démocratie est fatiguée, donnons-lui un nouveau souffle en faisant confiance à notre jeunesse », a plaidé la sénatrice du Nord, pour qui « c’est le cours de l’Histoire ».

« La société accorde déjà de nombreux droits à 16 ans », a-t-elle fait valoir, citant entre autres, l’émancipation, le droit de travailler, reconnaître un enfant, faire un testament…

L’abaissement de la majorité électorale à 16 ans est portée par la candidate socialiste à l’élection présidentielle Anne Hidalgo.

Les écologistes y sont également « favorables », comme l’a rappelé Mélanie Vogel. Le texte de Mme Filleul proposait aussi l’introduction au collège d’un enseignement obligatoire aux sciences politiques, sanctionné par une évaluation. Ainsi que l’obligation de la création d’un conseil de jeunes pour les communes de plus de 5000 habitants et les départements.

Pour la rapporteur du texte, Nadine Bellurot (LR), si la nécessité de lutter contre l’abstention des jeunes ne fait pas de doute, « la solution proposée ne semble pas opportune, pour des raisons à la fois juridiques et sociologiques ».

Elle a notamment avancé l’argument selon lequel majorité électorale et majorité civile « ne peuvent être dissociées ».

« Dire oui ou non au vote à 16 ans, ce n’est pas dire oui ou non à la jeunesse », a pour sa part souligné Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargé de la Jeunesse et de l’Engagement. « Ce n’est pas non plus résoudre d’un coup de baguette magique » le problème de l’abstention, a-t-elle ajouté.

« Le bon âge pour commencer à voter, c’est l’âge où nous sommes prêts »

« Le bon âge pour commencer à voter c’est l’âge où nous sommes prêts à le faire », a-t-elle poursuivi, se disant « convaincue » que le Service national universel (SNU) « sera un accélérateur d’entrée dans la vie citoyenne active ».

Le gouvernement voudrait plus que tripler en 2022 le nombre de participants à ce dispositif encore basé sur le volontariat, en passant de 15.000 jeunes cette année à 50.000. Il est ouvert aux jeunes de 15 à 17 ans.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé