Le régime de la Chine fait obstacle aux efforts de recherche sur le vaccin du coronavirus

La Chine retient et déforme des données cruciales sur la maladie
15 février 2020 Mis à jour: 16 février 2020
FONT BFONT SText size

Alors que la menace d’une pandémie émergente s’accroît, les experts médicaux prédisent déjà que le coronavirus (ou COVID-19) atteindra probablement toutes les nations de la planète. Ils avertissent également que plus l’épidémie se prolonge, plus le risque d’une pandémie mondiale pouvant menacer des millions de vies est grand.

Une menace pour l’humanité en pleine mutation

En d’autres termes, plus le virus restera longtemps non maîtrisé, plus il sera difficile de trouver un vaccin. Le raisonnement est simple mais dévastateur.

Comme un virus de la grippe, le coronavirus de Wuhan a la capacité de changer rapidement de forme – c’est ce qu’on appelle le taux de mutation. Au fur et à mesure que des mutations se produisent, de nouvelles souches du virus peuvent se développer au fil du temps.

Ces nouvelles souches seraient à la fois familières et étrangères au système immunitaire humain. Le processus est d’une logique mortelle. À mesure que le virus infecte ses victimes, il recueille davantage d’informations sur le système immunitaire humain. Le virus mute ensuite pour s’adapter au système immunitaire des nouvelles victimes.

Ce processus d’adaptation rend le virus encore plus mortel. En fait, plus de 20 souches du virus ont été trouvées chez des personnes infectées.

C’est pourquoi et de cette façon que le nouveau coronavirus peut potentiellement devenir encore plus contagieux et avec un taux de mortalité plus élevé que la souche actuelle. De plus, avec une période d’incubation asymptomatique pouvant aller jusqu’à 24 jours, le potentiel d’une pandémie plus importante et plus mortelle est pratiquement assuré.

Le temps n’est donc pas de notre côté.

Politisation de l’épidémie

Le monde est peut-être confronté à une menace globale qui ne doit être ni ignorée ni politisée. Et pourtant, c’est exactement ce qui se passe. Le Parti communiste chinois (PCC) rend la recherche d’un remède au nouveau coronavirus plus difficile qu’elle ne l’est déjà ou qu’elle ne doit l’être.

D’une part, même si la maladie s’est transformée en une épidémie en quelques semaines, Pékin continue de cacher des informations essentielles à son propre peuple ainsi qu’au reste du monde.

Comme l’a récemment souligné Jennifer Nuzzo du Johns Hopkins Center for Health Security, « alors que les pays tentent de développer leurs propres stratégies de contrôle, ils cherchent à savoir si la situation en Chine s’aggrave ou s’améliore ».

Cependant, comme Pékin trafique le nombre de personnes infectées et de décès, personne ne peut dire avec certitude si la maladie a ralenti, comme le prétendent les autorités chinoises. Il s’agit peut-être simplement d’un mensonge de plus pour sauver la face.

Il va sans dire qu’il est d’une importance vitale que toutes les informations sur le virus lui-même ainsi que sur l’état de l’épidémie soient mises à la disposition des autorités médicales compétentes et les plus compétentes du monde entier. Mais les lacunes en matière d’information persistent. Les chercheurs ne savent toujours pas exactement quel est le niveau de contagion – connu sous le nom de taux R0 – du coronavirus de Wuhan en raison d’informations incomplètes.

Les lacunes dans les informations fournies par les autorités chinoises rendent également difficile l’obtention d’un modèle précis de l’épidémie, qui permettrait de prévoir la propagation de la maladie à l’avenir.

Pouvoir obtenir presque la meilleure aide ?

Sur une note positive, Pékin a finalement invité des scientifiques et des médecins de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine pour aider à résoudre cette situation très urgente. Et pourtant, pendant plus d’un mois, la Chine a refusé l’offre du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de l’aider à faire face à l’épidémie.

Pourquoi exclure l’une des ressources les mieux informées de la planète ? Le PCC craint-il de paraître incompétent ? Il est trop tard. Ce fait s’est fait connaître plus rapidement que la vitesse à laquelle le virus ne s’est propagé.

La fierté politique du PCC n’est pas seulement une cause principale de la propagation de la maladie, c’est un luxe que ni la Chine ni le reste du monde ne peuvent se permettre.

Plus d’inconnues…

Dans l’état actuel des choses, une grande partie des informations fournies par les dirigeants du PCC et les autorités sanitaires sont incomplètes, confuses ou contradictoires.

Par exemple, les autorités chinoises ont récemment suggéré que les pays reprennent les voyages aériens vers la Chine et ont affirmé qu’ils avaient pris de l’avance sur l’épidémie.

Mais étant donné la détérioration de la situation sur le terrain et la dissimulation de Pékin, comment peut-on savoir ou croire si tout ce que dit le PCC est vrai ?

Par exemple, on ne sait pas si le coronavirus est un virus saisonnier, plus actif en hiver que pendant les mois plus chauds, ou non. Si c’est le cas, cela donnerait plus de temps à la communauté scientifique. Mais personne ne le sait encore.

Une autre théorie postule que les hommes sont plus sensibles au virus. Est-ce parce que plus d’hommes fument en Chine ? C’est une possibilité, mais elle n’a pas encore été vérifiée.

Ou, plus important encore, le virus est-il un produit de la bio-ingénierie ou provient-il d’animaux sauvages exposés sur le marché de produits frais de Wuhan ? Dans le premier cas, il se peut qu’un vaccin existe déjà ou existe partiellement dans ce même laboratoire chinois. Dans les deux cas, il serait utile de disposer d’informations correctes.

Mais il ne semble pas y avoir de réponses définitives à ces questions ou à bien d’autres venant de Pékin. Comme l’a récemment fait remarquer Tom Friedman, ancien chef du CDC, « il nous manque toujours des informations très élémentaires ».

Si nous voulons prendre de l’avance sur cette maladie, si nous voulons minimiser les souffrances et la tragédie potentielles causées par l’épidémie croissante du coronavirus de Wuhan, la seule chose qui ne doit pas être mise en quarantaine est l’information. Tout ce qui la concerne, depuis ses origines jusqu’à ses mutations, en passant par l’étude du système immunitaire des survivants, doit être mis à disposition.

Heureusement, il y a de bonnes nouvelles. Les biolabs et les sociétés pharmaceutiques du monde entier travaillent ensemble, en partageant des informations, pour développer un vaccin.

Le PCC devrait suivre leur exemple.

James Gorrie est un écrivain et conférencier basé en Californie du Sud. Il est l’auteur de The China Crisis.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé