Le régime chinois va expulser les journalistes américains travaillant pour le New York Times, le Washington Post, et le Wall Street Journal

18 mars 2020 Mis à jour: 18 mars 2020
FONT BFONT SText size

Le régime chinois est sur le point d’expulser les journalistes américains installés en Chine qui travaillent pour le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post en guise de représailles contre les récentes actions de l’administration Trump touchant les médias d’État chinois aux États-Unis.

Le département d’État américain a également annoncé qu’il exigerait des filiales chinoises de La Voix de l’Amérique, du New York Times, du Wall Street Journal, du Washington Post et du Time Magazine qu’elles communiquent des informations sur leur personnel, leurs finances, leurs opérations et leurs biens immobiliers en Chine. Cette mesure, a-t-il déclaré, est une réponse aux États-Unis qui ont désigné les cinq agences d’État comme des missions étrangères.

Début mars, le Ministère a désigné cinq médias publics chinois comme « missions étrangères » et a réduit le nombre d’employés chinois autorisés à travailler dans les bureaux des médias aux États-Unis. Un fonctionnaire de l’administration avait auparavant qualifié ces médias, dont l’agence de presse Xinhua et le réseau de télévision China Global, d’« organes de propagande explicite du Parti communiste chinois ».

À l’époque, de hauts fonctionnaires de l’administration américaine ont déclaré que ces actions étaient un acte de réciprocité contre le recours continu de Pékin à « l’intimidation pour réduire au silence les membres d’une presse libre et indépendante ».

Représailles

En représailles contre les États-Unis pour avoir réduit les effectifs de ces points de vente, le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé, dans une déclaration du 17 mars, qu’il exigerait de tous les journalistes de nationalité américaine employés au New York Times, au Wall Street Journal et au Washington Post dont la carte de presse doit expirer avant la fin de l’année qu’ils rendent leur carte de presse dans les 10 jours.

« Ils ne seront pas autorisés à continuer à travailler comme journalistes en République populaire de Chine, y compris dans les régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao », indique la déclaration.

Le Ministère a ajouté qu’il imposerait « des mesures réciproques contre les journalistes américains » sur « les restrictions discriminatoires que les États-Unis ont imposées aux journalistes chinois en matière de visa, d’examen administratif et de reportage », sans fournir plus de détails.

Réactions

Marty Baron, rédacteur en chef du Washington Post, a annoncé dans une déclaration que l’organe de presse « condamne sans équivoque toute action de la Chine visant à expulser des journalistes américains ». Dans le contexte actuel de la nouvelle pandémie de coronavirus, la décision du régime est « particulièrement regrettable, car elle intervient au milieu d’une crise mondiale sans précédent, alors qu’il est essentiel de disposer d’informations claires et fiables sur la réponse internationale face au COVID-19 [maladie causée par un coronavirus] ».

« Limiter sévèrement le flux de ces informations, ce que la Chine cherche maintenant à faire, ne fait qu’aggraver la situation », a déclaré M. Baron.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, lors de la conférence de presse du 17 mars, a déclaré qu’il regrettait la décision du régime de « restreindre encore davantage la capacité du monde à mener des opérations de presse libre, ce qui, franchement, serait vraiment bon pour le peuple chinois […] en ces temps de défi mondial incroyable, où plus d’informations, plus de transparence permettront de sauver des vies ».

Il a rejeté l’affirmation du régime selon laquelle les mesures des États-Unis l’incitaient à agir.

« Ce n’est pas de la comédie », a déclaré M. Pompeo. « Vous connaissez tous la liberté de la presse dont vous jouissez […] Vous pouvez tous me poser les questions que vous voulez, et je vous donnerai la réponse. Nous savons que ce genre de liberté n’existe pas en Chine. »

« En effet, les Chinois vous diront qu’ils veulent plus d’informations, que les gens en savent plus sur leur pays, et pourtant ils continuent à prendre des mesures semblables à celle que vous voyez aujourd’hui, où ils nient au monde la possibilité de savoir ce qui se passe vraiment à l’intérieur de leur pays », a-t-il ajouté.

Mike Pompeo a défendu la décision d’identifier les médias d’État comme des missions étrangères, affirmant qu’ils « ne sont pas des médias qui agissent ici librement. Ils font partie de la propagande chinoise ».

Suzanne Nossel, PDG du groupe de défense des droits PEN America, a également déploré la décision de Pékin.

« Il serait impossible de ne pas interpréter la dernière initiative de Pékin comme un effort pour contrôler l’histoire incontrôlable, à savoir la propagation de COVID-19 », a-t-elle déclaré dans un courriel. « Les deux pays devraient lever toutes les restrictions applicables et permettre aux médias professionnels de jouer leur rôle en diffusant l’information et en la présentant comme ils la voient. »

Mike Pompeo a déclaré précédemment que ces mesures faisaient partie des efforts de l’administration Trump pour établir des « règles de jeu équitables » dans ses relations avec le régime chinois, ce qui aurait dû être fait depuis longtemps.

« Depuis des années, le régime de la République populaire de Chine impose une surveillance, un harcèlement et une intimidation de plus en plus sévères à l’encontre des journalistes américains et des autres journalistes étrangers opérant en Chine », a-t-il déclaré.

Alors que des centaines de ressortissants chinois travaillent dans l’industrie des médias aux États-Unis, il n’y a qu’une centaine de journalistes américains qui travaillent en Chine pour des médias basés aux États-Unis ou à l’étranger, selon un fonctionnaire de l’administration.

Les responsables américains ont également critiqué Pékin pour avoir présidé à une « intensification de la répression » du journalisme indépendant dans le pays. Lors d’un appel aux journalistes le 2 mars, ils ont cité des exemples tels que la disparition de journalistes indépendants couvrant l’épidémie de coronavirus à Wuhan, et l’arrestation à Hong Kong de Jimmy Lai, fondateur du journal indépendant Apple Daily, basé à Hong Kong, à la suite des accusations liées à sa participation aux manifestations pro-démocratiques de la ville l’année dernière.

Le sénateur Ben Sasse (Républicain-Nebraska), dans une déclaration, a dit que le leader chinois Xi Jinping est « terrifié par une presse libre et indépendante parce qu’il ne veut pas être contesté quand son gouvernement fait régulièrement de la propagande insensée comme la récente théorie de conspiration selon laquelle les États-Unis ont créé le coronavirus ».

« Ces valets communistes susceptibles et irritables détestent la vérité et sont déterminés à dissimuler leurs failles », a ajouté M. Sasse.

Le mois dernier, le régime a révoqué les visas de trois reporters du Wall Street Journal de Pékin, en invoquant le refus du journal de s’excuser pour un titre « racialement discriminatoire » d’un article d’opinion, qui avait qualifié la Chine de « véritable malade de l’Asie ». Ces journalistes n’ont pas participé à la rédaction de l’article d’opinion.

Un autre journaliste du journal a dû partir l’année dernière lorsque Pékin a refusé de renouveler son visa.

Le 2 mars, le Club des correspondants étrangers de Chine (FCCC) a déclaré dans un rapport que le régime chinois a « militarisé » les visas dans le cadre d’une campagne d’intensification visant à supprimer les reportages indépendants sur des questions jugées sensibles par Pékin.

« Alors que la Chine atteint de nouveaux sommets d’influence économique, elle a montré une volonté croissante d’utiliser son pouvoir d’État considérable pour supprimer les reportages qui ne cadrent pas avec l’image globale qu’elle cherche à présenter », indique le rapport.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé