Le régime chinois intensifie la persécution du Falun Gong à l’approche des Jeux olympiques

Par Frank Yue et Donna Ho
9 janvier 2022 Mis à jour: 9 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Le régime chinois intensifie à nouveau la persécution des pratiquants de Falun Gong à l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Pékin. Les harcèlements et les détentions arbitraires du Parti communiste chinois (PCC) ont augmenté au nom du maintien de la « stabilité ».

Quatre semaines avant les Jeux (prévus du 4 au 20 février), le PCC cible toujours davantage les pratiquants de Falun Gong, notamment à Pékin et dans la province voisine du Hebei.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne pratique spirituelle chinoise qui repose sur trois principes fondamentaux, à savoir la vérité, la compassion et la tolérance, ainsi que sur cinq exercices lents dont deux de méditation. Après avoir été rendu public en 1992, le nombre de ses pratiquants en Chine est passé de 70 à 100 millions en 1999. Le régime chinois, estimant que la popularité de cette pratique constituait une menace, a lancé une campagne de persécution à l’échelle nationale pour l’éradiquer.

La surveillance s’intensifie à l’approche des Jeux

Jack Liu, étudiant international à l’Université Carleton au Canada, a déclaré à Epoch Times le 29 décembre que sa mère Cao Wen, pratiquante de Falun Gong, reste sous étroite surveillance policière suite sa libération au 27 décembre. Elle a été détenue pendant cinq jours pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong via Bluetooth dans le métro à Pékin. Les pratiquants de Falun Gong en Chine distribuent souvent des documents aux étrangers, détaillant l’étendue de la persécution du régime à leur encontre.

L’avis de sanction contre la pratiquante de Falun Gong Cao Wen, émis par le Bureau de la sécurité publique de Pékin le 27 décembre 2021. (Avec l’aimable autorisation de Jack Liu)

Selon Jack Liu, son père Liu Zhoubo, également pratiquant de Falun Gong, est toujours incarcéré au troisième centre de détention de Pékin.

La police a fouillé leur maison, saisi leurs téléphones portables, des livres de Falun Gong et du matériel en novembre.

« Le PCC souhaite faire des Jeux olympiques d’hiver un spectacle renforçant l’image de la Chine en tant que puissance montante », a déclaré Jack Liu. « Cependant, ils n’offrent aucune liberté fondamentale d’expression et de croyance religieuse ». Pour l’étudiant international, les autorités du PCC commettent incontestablement des violations des droits de l’homme.

D’autres cas similaires ont été signalés sur Minghui.org, un site Web qui documente la persécution du Falun Gong par le PCC.

Le 24 décembre 2021, deux agents de police de la ville de Kangzhuang, dans le district de Yanqing, à Pékin, se sont rendus au domicile de Hao Xiufeng, un pratiquant de Falun Gong.

Le 21 décembre, deux agents de sécurité surnommés Guo et E, accompagnés d’une équipe, ont essayé d’entrer au domicile de Qin Wei, un pratiquant de Falun Gong. Ils ont néanmoins été stoppés par la famille. Les agents ont affirmés qu’ils s’étaient déplacés pour assurer la sécurité des prochains Jeux olympiques d’hiver de Pékin.

Le 15 décembre 2021, à 23 heures, des agents du poste de police de la ville de Dayushu, dans le district de Yanqing, à Pékin, ont arrêté le pratiquant de Falun Gong Yu Hongbing et sa femme. Ils ont été envoyés au poste de police du district de Xicheng, à Pékin, et incarcérés.

Vers le 10 décembre, la police a placé en détention la pratiquante de Falun Gong Zhou Guihong dans le comté de Wei, dans la province de Hebei. Bien qu’il ne soit pas un pratiquant de Falun Gong, son mari Niu Jiancheng a également été arrêté pour avoir transporté du matériel imprimé en rapport avec le Falun Gong.

Par ailleurs, le Falun Gong est l’un des cinq groupes pour lequel des fonds ont été débloqués pour des opérations de sécurité intérieure spéciales, selon un document publié sur le site Web du département de la sécurité publique de la ville de Zhangjiakou, dans la province du Hebei.

Le document montre également qu’il y a eu une augmentation en 2020 du budget de la sécurité locale de 5,1 % par rapport à l’année précédente. Le total pour sécuriser les Jeux olympiques d’hiver de 2022 atteint les 481 millions de yuans (66,4 millions €).

Le plan de financement comprend 18 millions de yuans (2,5 millions €) pour la mise en place d’une plateforme vidéo qui regroupe 3 680 nouveaux points de caméras de surveillance ; et 16 millions de yuans (2,21 millions €) pour la construction de centres de traitement de données.

Spiritualité vs athéisme

Le PCC craint le Falun Gong en raison de sa popularité à travers la société chinoise et du fait que les pratiquants apprennent l’autodiscipline et ont une grande capacité de mobilisation, selon l’avocat canadien des droits de l’homme David Matas pour Epoch Times le 30 décembre 2021.

L’avocat ajoute que le PCC persécute le Falun Gong, car il a besoin d’avoir « une sorte d’ennemi extérieur pour justifier son propre maintien au pouvoir ».

« Le Falun Gong est spirituel », c’est la différence fondamentale avec le PCC. « Le communisme est athée. »

Dans un article publié début décembre 2021 par l’Institut Macdonald-Laurier, co-écrit avec le coauteur Caylan Ford, un documentariste canadien, l’avocat explique : « La foi religieuse est une menace pour les [régimes] totalitaires partout dans le monde, parce qu’ils ne peuvent pas accepter l’idée qu’une autorité – une autorité divine d’autant plus – se place au-dessus de la leur. »

« Il ne peut y avoir aucune loyauté si ce n’est la loyauté envers le Parti, aucun sens si ce n’est celui prescrit par le Parti, aucune vérité qui ne puisse être détruite par des lois ou par la force », écrivent les auteurs. « Ce fait explique non seulement pourquoi le Parti communiste a cherché à éradiquer le Falun Gong, mais aussi pourquoi il supprime les bouddhistes tibétains, les musulmans ouïghours, les catholiques vraiment croyants et les membres des églises protestantes clandestines. »

La vague de persécutions en vue des JO de 2008

L’article de 2021 explique comment les Jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin se sont également déroulés sur fond d’atteintes aux droits de l’homme.

« Les observateurs des droits de l’homme ont cité des rapports de pratiquants et de familles selon lesquels, à l’approche des jeux de Pékin 2008 plus de 8 000 pratiquants de Falun Gong ont été détenus dans le cadre d’une répression préolympique, et au moins 100 seraient morts à la suite de mauvais traitements en détention. »

Les auteurs notent que les persécutions ont parfois eu lieu « à quelques pas des sites olympiques et des principaux points de repère ». Ils ont fait une mention particulière de Yu Zhou, 42 ans, un musicien populaire mort en détention 11 jours après avoir été arrêté pour possession de matériel sur le Falun Gong.

Par ailleurs, la veuve de Yu Zou, Xu Na, artiste et pratiquante de Falun Gong, a été arrêtée le 19 juillet 2020. Lorsque son cas a été jugé dans un tribunal de district le 15 octobre 2021, les juges l’ont empêchée d’expliquer pourquoi elle pratiquait le Falun Gong. Ils ont également empêché sa famille d’assister au procès à cause du Covid-19.

Au tribunal, les juges du PCC ont interrompu à plusieurs reprises les avocats de la défense, dont Liang Xiaojun, entravant leur plaidoirie.

Deux mois plus tard, le 16 décembre 2021, les autorités ont retiré à Me Liang Xiaojun son permis d’exercer le droit au prétexte qu’il aurait tenu des propos mettant en danger la sécurité de l’État.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé