Le régime chinois a fourni des efforts « sans précédent » pour écraser les droits de l’homme en 2020, selon la Commission américaine

18 janvier 2021 Mis à jour: 23 janvier 2021
FONT BFONT SText size

Au cours de la dernière année, le régime chinois a intensifié sa répression contre divers groupes à l’intérieur du pays, tout en multipliant les violations des droits de l’homme dans le monde entier, selon la mise en garde la commission bipartite du Congrès américain, dans son rapport annuel.

La Commission exécutive du Congrès sur la Chine (CECC) a déclaré dans son rapport publié le 14 janvier que « le Parti communiste chinois a pris des mesures sans précédent pour étendre ses politiques répressives par la censure, l’intimidation et la détention de personnes en Chine pour avoir exercé des droits de l’homme fondamentaux ».

Le rapport indique que de nouvelles preuves sont apparues l’année dernière, selon lesquelles « des crimes contre l’humanité – et peut-être un génocide – sont en train de se produire » dans la région du Xinjiang, où Pékin a soumis les Ouïghours et d’autres minorités musulmanes à une vaste campagne de répression comprenant la détention, le travail forcé, la stérilisation forcée et la surveillance de masse.

À Hong Kong, Pékin a « démantelé » le cadre « de un pays, deux systèmes » qu’il avait promis lorsque la ville est retournée sous la domination chinoise, en imposant sa loi controversée sur la sécurité nationale en juillet 2020, selon le rapport. La loi, dit-il, était « clairement destinée à cibler, intimider et faire taire la robuste société civile de Hong Kong ».

Le rapport appelle à ce que les États-Unis déterminent formellement si des atrocités ont été commises au Xinjiang, et que cette évaluation est requise dans les 90 jours qui suivent l’adoption de la loi américaine le 27 décembre 2020.

Le coprésident de la CECC, le député Jim McGovern (Parti démocrate, Massachussetts), a qualifié les actions de la Chine visant à écraser les droits de l’homme au cours de l’année écoulée de « choquantes et sans précédent » et a exhorté le Congrès et la nouvelle administration Biden de tenir Pékin pour responsable.

« Les États-Unis doivent continuer à soutenir le peuple chinois dans sa lutte et demeurer à la tête d’une réponse mondiale unie et coordonnée face aux violations des droits de l’homme commises par le gouvernement chinois », a-t-il déclaré.

Le représentant Chris Smith (Parti républicain, New Jersey) a décrit l’ « attaque cruelle» du Parti communiste chinois (PCC) contre les droits de l’homme comme n’étant « malheureusement pas surprenante ».

« Il a permis le génocide, le prélèvement forcé d’organes, l’esclavage et la torture », a déclaré M. Smith dans un communiqué. « La répression continuelle que subissent les musulmans ouïghours, les chrétiens, les Tibétains, les pratiquants de Falun Gong, les avocats des droits de l’homme et les citoyens de Hong Kong doit être au centre des préoccupations de la nouvelle administration Biden. »

Le CECC a également souligné les efforts croissants du régime pour faire taire les personnes en Amérique qui critiquent le PCC et pour faire pression sur les entreprises américaines afin qu’elles se plient aux exigences de Pékin.

De 2019 à 2020, Pékin a exercé des représailles contre toute une série d’entreprises américaines, dont la NBA, Apple, Paramount Pictures, Blizzard Entertainment, Amnesty International, Coach, Calvin Klein et McDonald’s, pour avoir exprimé des opinions jugées inacceptables par le régime sur des questions allant de Hong Kong au Tibet.

« Ces représailles visent à encourager l’autocensure et la déférence envers les objectifs politiques du gouvernement chinois parmi des secteurs importants de la société américaine », a déclaré le CECC.

Aux États-Unis, le régime a surveillé et intimidé les étudiants chinois et les étudiants internationaux de Hong Kong, selon le rapport, créant ainsi un « effet paralysant sur la volonté des étudiants de ces localités d’exercer leur liberté d’expression tout en étudiant aux États-Unis ». Il a également harcelé des membres de la communauté ouïghoure aux États-Unis dans le but de faire taire les efforts de sensibilisation, a-t-il ajouté.

Pour contrer cela, la Commission a recommandé la mise en place d’un site web permettant aux victimes de signaler confidentiellement la surveillance ou le harcèlement par les agents du Parti communiste chinois.

Élections américaines – Censure de Twitter planifiée ?


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé