Le prix à payer pour l’ignorance

9 septembre 2022 Mis à jour: 10 septembre 2022
FONT BFONT SText size

« L’homme, entouré de faits, qui ne se permet aucune supposition, aucun éclair intuitif, aucune grande hypothèse, aucun risque, se trouve dans une cellule fermée. L’ignorance peut sceller le plus sûrement l’esprit et l’imagination », Lillian Smith, écrivaine américaine.

Aujourd’hui, à environ deux heures de Berlin, les habitants d’une petite ville d’Allemagne cherchent du bois dans une forêt voisine. En Pologne, les gens font la queue devant les mines de charbon dans l’espoir d’acheter du combustible pour l’hiver prochain. En France, le président Emmanuel Macron, ardent défenseur de l’hypothèse frauduleuse du réchauffement climatique, a annoncé que ce pays pourrait devoir rationner l’énergie cet hiver. En fait, l’Union européenne (UE) a récemment annoncé que ses États membres avaient convenu d’une réduction volontaire de 15% de la consommation de gaz.

« Économiser du gaz maintenant permettra de mieux se préparer. L’hiver sera beaucoup moins cher et plus facile pour les citoyens et l’industrie de l’UE », a annoncé Jozef Sikela, le ministre tchèque de l’Industrie et du Commerce, dans une déclaration du Conseil européen en juillet dernier.

Toutefois, l’accord européen exempte les pays dont le réseau électrique ou les systèmes de distribution de gaz ne sont pas connectés à d’autres pays de l’UE. En outre, l’accord prévoit que les États membres peuvent être libérés de leurs obligations de réduction pour diverses raisons, notamment « s’ils sont fortement dépendants du gaz comme matière première pour des industries critiques, si leur consommation de gaz a augmenté d’au moins 8% l’année dernière par rapport à la moyenne des cinq dernières années », etc.

Si vous pensez que cet accord aura le moindre effet pour réduire la consommation de gaz et rendre « l’hiver beaucoup moins cher et plus facile pour les citoyens et l’industrie de l’UE », alors vous devriez arrêter de lire cet article.

À la mi-août 2022, le prix de l’électricité en Allemagne était d’environ 700 dollars par mégawattheure (MWh) – déjà un record. Deux semaines plus tard, les contrats à terme sur 12 mois pour l’électricité en Allemagne (une référence européenne) ont dépassé 1000 dollars par MWh.

En 2000, la capacité installée de production d’électricité à partir de combustibles fossiles (principalement du charbon) dans l’UE et en Chine était essentiellement la même : 200.000 MW.

En 2021, l’UE avait réduit sa capacité de production électrique à base de charbon à 150.000 MW et prévoyait d’éliminer progressivement toutes les centrales à combustibles fossiles d’ici 2030.

En 2021, la Chine avait augmenté sa capacité de production d’électricité à partir du charbon à 1.000.000 MW. En 2020, la Chine a construit trois fois plus de centrales au charbon que tout le reste du monde.

Est-ce que quelqu’un pense que les dirigeants de l’État-parti chinois ont l’intention d’arrêter de brûler du charbon ? Ceux qui veulent éliminer les centrales électriques à combustibles fossiles en Europe, est-ce qu’ils se rendent compte du fait que l’atmosphère en Chine est liée directement à l’atmosphère en Europe ?

Dans mon livre Global Warming: The Great Deception (Réchauffement climatique : la grande duperie), je présente des recherches publiées et évaluées par des pairs – et ce, en utilisant les principes de base de la science, impliquant les disciplines de la thermodynamique, de la spectroscopie, de la mécanique quantique et de la physique atmosphérique – pour prouver qu’une augmentation de 120 parties par million de la concentration de CO2 dans la troposphère de la Terre (les cinq premiers kilomètres de l’atmosphère) a un effet insignifiant sur le climat de notre planète.

Aucune des bases de données mondiales sur les températures de la troposphère, des océans ou des terres ne fait état d’un réchauffement significatif. En fait, de 1979 à 1998, l’anomalie de température dans la basse troposphère – mesurée par les satellites de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) à l’aide de la technologie des micro-ondes – a montré une diminution (et pas l’augmentation) moyenne d’environ 0,3 °C par an sur cette période de 20  ans. Ce fait, en soi, est suffisant pour priver de validité l’hypothèse frauduleuse du réchauffement planétaire causé par l’homme.

L’atome de carbone est la bénédiction de l’humanité depuis des temps immémoriaux. L’homme a d’abord brûlé du bois dans un feu de camp afin de libérer l’énergie stockée par la photosynthèse pour cuisiner et se chauffer. Les combustibles fossiles tels que le lignite, la tourbe et le charbon ont chauffé les foyers de l’homme, alimenté ses machines à vapeur et, plus tard, produit de l’électricité. Le pétrole et ses distillats, tels que le kérosène, le carburant diesel, l’essence et le carburant d’aviation, ont permis d’éclairer les maisons, de faire fonctionner les voitures et les camions, les locomotives, les navires, les avions et les fusées.

Les produits de la combustion des combustibles fossiles comprennent du CO2 – un gaz nécessaire à la photosynthèse des plantes. Toute matière végétale vivante absorbe du CO2 et émet, dans le processus de photosynthèse, de l’oxygène que nous respirons. C’est le processus nécessaire pour le maintien de la vie humaine, animale et végétale (y compris de l’agriculture) sur Terre. Alors pourquoi, après tant de millénaires de bons et loyaux services à l’humanité, l’atome de carbone est-il attaqué ? La réponse est simple : l’ignorance des faits scientifiques.

Outre l’ignorance, il existe deux autres raisons pour lesquelles les partisans de l’hypothèse frauduleuse du réchauffement climatique la promeuvent : l’argent et le pouvoir.

Pour l’ONU, il s’agit d’argent pour la recherche sur le climat et le transfert de richesses des pays développés vers les pays en développement, sous couvert de lutte contre le changement climatique.

Il s’agit du pouvoir pour certains politiciens du monde entier, car cela leur permet de contrôler l’électorat. En politique, l’argent suit le pouvoir. Pour les sociétés d’investissement mondiales, c’est le profit tiré des compensations et des crédits carbone.

Malheureusement, le prix de l’ignorance peut être élevé. Et les personnes qui en font les frais sont souvent celles qui peuvent le moins se le permettre. Les consommateurs ordinaires de l’UE devront faire face à des coûts énergétiques exorbitants et à un approvisionnement peu fiable en électricité et en gaz. Les entreprises européennes verront leurs coûts énergétiques augmenter, ce qui affectera leur compétitivité sur les marchés mondiaux et leur capacité à maintenir les niveaux d’emploi actuels. Tous les consommateurs d’électricité sont confrontés à la perspective d’un rationnement de l’énergie, y compris à celle de coupures de courant. L’Europe pourrait connaître un hiver de mécontentement.

Pourquoi cela devrait-il se produire alors que le monde dispose de réserves de combustibles fossiles abondantes et relativement bon marché ? Pourquoi cela devrait-il se produire alors que la recherche scientifique qui emploie les principes de base dans des domaines concernés démontre que le CO2 n’est pas une menace, mais un avantage pour l’humanité ?

L’humanité est entourée de faits dans ce domaine. Pourquoi alors les gens ne prennent-ils pas ces faits en considération? « L’ignorance peut sceller le plus sûrement l’esprit et l’imagination. »

Guy K. Mitchell, Jr est l’auteur d’un nouveau livre Global Warming: The Great Deception. The Triumph of Dollars and Politics Over Science and Why You Should Care (Réchauffement climatique : la grande duperie. Le triomphe des dollars et de la politique sur la science et pourquoi on devrait s’en soucier).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé