Le président du FEM, Klaus Schwab, voit en la Chine un «modèle» pour de nombreuses nations

28 novembre 2022 Mis à jour: 28 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial (FEM), a déclaré que le Parti communiste chinois (PCC) est un « modèle » pour d’autres nations dans une interview accordée aux médias chinois.

Klaus Schwab a fait ces commentaires dans une interview accordée au réseau de télévision chinois CGTN en marge du sommet des chefs d’entreprise de l’APEC à Bangkok, en Thaïlande, le 19 novembre.

« Je respecte les réalisations de la Chine, qui sont formidables depuis plus de 40 ans, depuis que la politique d’ouverture et de réforme est entrée en action. Je pense que c’est un modèle pour de nombreux pays », a déclaré Klaus Schwab. Il a ajouté que les pays devaient pouvoir choisir le système dans lequel ils veulent vivre : « Le modèle chinois est certainement un modèle très attrayant pour un certain nombre de pays. »

« J’ai hâte d’avoir une voix chinoise forte à Davos pour expliquer encore mieux au monde ce que cela signifie de voir le Congrès du Parti qui a défini les principes de la politique et ce que cela signifie réellement pour la collaboration mondiale et le développement mondial », a‑t‑il ajouté.

Les commentaires de Klaus Schwab surviennent peu de temps après que le dirigeant chinois Xi Jinping a obtenu un troisième mandat à la tête du Parti communiste chinois et dans un contexte de relations toujours plus tendues entre Pékin et Washington.

La Chine déploie actuellement des mesures anti‑Covid extrêmement strictes, imposant des codes santé sur une application téléphonique, procédant à des tests de masse et confinant des villes entières. De nombreux spécialistes qualifient ces mesures de « draconiennes », car elles empêchent les habitants de travailler et, dans certains cas, d’accéder aux denrées alimentaires et fournitures médicales de base.

Des manifestations ont éclaté ces derniers jours après la mort d’au moins dix personnes à Urumqi, capitale du Xinjiang. Apparemment, l’immeuble étant séquestré, les secours n’ont pas réussi à accéder à un appartement en feu.

Le Dr Fauci admet que la Chine n’a pas coopéré durant l’enquête sur les origines du Covid‑19

La Loi sur la sécurité nationale de Pékin, adoptée en 2020, permet une répression intense des manifestants.

La persécution des Ouïghours par le régime chinois, notamment la rééducation politique, le travail forcé, la torture et la stérilisation forcée est également condamnée par la communauté internationale.

Dimanche, le directeur sortant de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), le Dr Anthony Fauci, a déclaré que le régime chinois n’avait pas coopéré lors de l’enquête sur les origines du Covid‑19. Il a accusé le PCC d’avoir fait naître des soupçons selon lesquels lui‑même aurait pu dissimuler les origines de la pandémie.

Quant à Klaus Schwab durant son interview avec CGTN, il a également fait part de sa « grande satisfaction » en voyant le potentiel des relations entre la Chine et l’Union européenne.

Lors de la réunion du G20 qui s’est tenue en Indonésie au début du mois de novembre, Xi Jinping a rencontré les dirigeants occidentaux et a convenu de promouvoir une méthode de preuve de vaccination mondiale pour aider à « faciliter les voyages internationaux sans heurts » et un « réseau de santé numérique mondial de confiance » qui s’appuierait sur les systèmes existants de passeport vaccinal numérique Covid‑19.

« Je suis très heureux que nous parlions non seulement des relations sino‑américaines, mais aussi à nouveau des relations entre l’Europe et la Chine, et je pense que malgré tous les points d’interrogation et, dans une certaine mesure, l’approche prudente que nous voyons en Europe, je pense que des liens très étroits peuvent être établis à nouveau entre la Chine et l’Europe, car il y a une telle interdépendance des économies », a déclaré Klaus Schwab.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé