Le père du nageur tué en 2019 dans le lac du Bourget appelle le responsable à se dénoncer pour «soulager sa conscience»

6 juillet 2022 Mis à jour: 6 juillet 2022
FONT BFONT SText size

En septembre 2019, Julien Morlot, alors âgé de 31 ans, est décédé après avoir été percuté par un bateau. Au moment de l’accident, il traversait le lac du Bourget à la nage, à Tresserve. Le parquet de Chambéry vient de classer l’affaire, faute d’avoir pu identifier le pilote. Face à cet échec, la famille a décidé de lancer un appel à témoin, invitant l’auteur des faits à se dénoncer.

Ses deux années et demie d’enquête n’auront rien donné et le procureur de Chambéry (Savoie) vient de prononcer un classement sans suite de cette affaire. Le conducteur du bateau ayant mortellement touché Julien Morlot le 9 septembre 2019 n’a pas été retrouvé. Les parents du défunt, qui avaient porté plainte pour « homicide avec délit de fuite », demandent à cette personne de se manifester afin de « soulager sa conscience ».

« Il faut que l’auteur se dénonce, sinon on ne saura jamais »

« Avec cet appel, on tire nos dernières armes pour rendre justice à notre fils », explique à France 3 Michel Morlot, le père de Julien. « Je demande au pilote de ce bateau, qui sait très bien ce qu’il a fait, de se faire connaître, de reconnaître sa responsabilité », ajoute-t-il auprès de France Bleu.

Car ce 9 septembre 2019, l’auteur des faits a pris la fuite juste après l’accident, ne laissant ainsi aucune « chance de survie » au trentenaire, « alors qu’il y avait une très bonne visibilité et que Julien avait une bouée pour se signaler », précise le père de famille.

Si le responsable ne se dénonce pas, « on ne saura jamais », pointe encore Michel Morlot. D’autant plus que « les policiers ont beaucoup travaillé, ils ont entendu les témoins, mais il y a près de 4000 bateaux sur ce lac et ils n’ont pas réussi à l’identifier », souligne-t-il.

« Pour ne pas rester dans la lâcheté et l’inhumanité »

Selon lui, le pilote du bateau « doit avoir ce boulet, ce poids sur sa conscience et elle peut se libérer en se faisant connaître, l’auteur peut faire preuve d’humanité cette fois », et cela afin que la famille et les amis de Julien puissent faire leur deuil. « On a besoin de savoir pour avancer », renchérit-il.

Si le père de la victime a peu d’espoir que le responsable se fasse connaître, il compte sur l’aide des proches de cette personne, « parce qu’il en a forcément parlé à certaines personnes », suppose-t-il. Michel Morlot reconnaît aisément que l’erreur est humaine, mais « cette lâcheté, rester dans le déni, c’est vraiment inhumain », conclut-il. Le procureur de la République, Pierre-Yves Michau, a affirmé que « l’enquête pourra être rouverte si de nouveaux éléments sont versés au dossier », précise France 3.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé