Le Parti communiste chinois rassemble 230 partis de gauche pour exploiter le virus du PCC à des fins politiques

10 avril 2020 Mis à jour: 7 décembre 2020
FONT BFONT SText size

Le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une lettre ouverte pour appeler ses alliés et les partis vassaux du monde entier à se rallier autour de Pékin et à exploiter la crise du virus du PCC pour promouvoir la cause socialiste internationale.

Le 2 avril, le site web du département international du Comité central du Parti communiste chinois a publié une « Lettre ouverte préconisant une coopération internationale plus étroite dans la lutte contre Covid-19 ». Selon un rapport publié le même jour sur le site de propagande du PCC Xinhua, au moins 230 partis politiques dans plus de 100 pays avaient déjà approuvé ou republié la lettre.

Tout en minimisant la gravité du virus pour la consommation nationale, la stratégie du PCC vise à exagérer massivement le problème au niveau international. La lettre ouverte du PCC qualifie l’épidémie de « défi le plus urgent et le plus grave » – le PCC lui-même correspond peut-être mieux à cette description ?

« Aujourd’hui, alors que le Covid-19 se répand rapidement dans le monde entier, il constitue le défi le plus urgent et le plus grave à la fois pour la santé de l’humanité et pour la paix et le développement dans le monde. »

« Face à cette situation sans précédent, nous, principaux partis politiques de divers pays chargés de la lourde responsabilité d’améliorer le bien-être des populations, de promouvoir le développement national et de sauvegarder la paix et la stabilité mondiales, lançons par la présente notre appel commun comme suit : »

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

La lettre, ouvertement initiée par le PCC, appelle ensuite à des « politiques coordonnées » et à la « mobilisation des ressources et des forces à l’échelle mondiale », avant de se livrer à une auto-complaisance éhontée :

« Nous sommes conscients que le virus ne respecte aucune frontière, et qu’aucun pays ne peut relever seul les défis face à l’épidémie. […] Une coopération internationale plus étroite, des politiques coordonnées, des actions concertées et la mobilisation des ressources et des forces à l’échelle mondiale nous permettront de vaincre ce virus, ennemi commun de l’humanité tout entière. »

« Nous prenons note des progrès significatifs dans la lutte contre le Covid-19 en Chine, […] qui ont permis de gagner du temps et d’offrir une expérience au reste de la communauté internationale. Nous félicitons vivement les pays, y compris la Chine, d’avoir adopté une attitude ouverte, transparente et responsable en ce qui concerne la divulgation en temps utile des informations connexes, le partage de l’expérience en matière d’intervention et de traitement des patients et, en particulier, la fourniture de matériel médical et autre, au mieux de leurs capacités, aux autres pays touchés. »

Ensuite, un message codé est adressé au mouvement communiste international, en l’appelant à protéger le PCC des reproches et des représailles internationales, protégez les milliers d’agents du PCC dans les pays occidentaux contre tout examen ou expulsion, et travaillez à une intégration accrue avec les Nations unies, l’Organisation mondiale de la santé et d’autres organisations internationales anti-occidentales :

« Nous nous opposons fermement à tous les commentaires et pratiques discriminatoires à l’encontre de tout pays, région ou groupe ethnique, et nous demandons aux gouvernements de tous les pays de prendre des mesures proactives pour protéger la santé, la sécurité et les intérêts légitimes des ressortissants étrangers et des étudiants qu’ils accueillent. […] »

« Nous pensons que l’épidémie de Covid-19 a mis en évidence la nécessité pour tous les pays de favoriser davantage les perspectives de gouvernance mondiale pour parvenir à une croissance partagée par la discussion et la collaboration et de soutenir le rôle de premier plan des Nations unies et de l’Organisation mondiale de la santé dans la gouvernance mondiale de la santé publique. Nous appelons toutes les parties à renforcer la coordination et la coopération dans le cadre du G20 et d’autres mécanismes internationaux pour une prévention et un contrôle internationaux efficaces alors que nous nous efforçons de construire une communauté mondiale avec un avenir commun pour la santé publique. »

À ce jour, le PCC n’a pas publié la liste des 230 signataires « des principaux partis politiques ». Cela vient probablement du fait que beaucoup de ces partis ne sont en fait pas des partis « principaux » et que la plupart sont communistes.

Parmi les principaux partis politiques connus pour avoir signé la lettre du PCC figurent le Parti communiste de Cuba, au pouvoir, et le Parti communiste du Népal. Le Parti communiste sud-africain, qui assure la semi-gouvernance de ce pays en partenariat avec le Congrès national africain, a approuvé la lettre. Le Parti progressiste des travailleurs chypriotes, souvent au pouvoir et ouvertement communiste, a également signé la lettre.

Plus bas dans la hiérarchie socialiste, le Parti communiste des États-Unis, le Parti communiste d’Australie, le Parti communiste de Grande-Bretagne et le Parti communiste de Grande-Bretagne (marxiste-léniniste) ont également apporté leur contribution à cet effort.

Parmi les partis moins connus qui soutiennent l’initiative du PCC, citons le Parti communiste du Bangladesh (marxiste-léniniste), le Parti thaïlandais Pheu Thai (de gauche) et le Front patriotique rwandais (militant).

Granma, le journal du Parti communiste cubain, a utilisé la lettre ouverte du PCC comme un moyen de promouvoir le socialisme mondialiste, de défendre le PCC et d’accroître la coordination communiste internationale :

« Le texte, signé par 230 partis politiques de plus de cent pays, reconnaît que la Covid-19 a mis le monde face au défi le plus urgent et le plus grave pour la santé humaine et le développement mondial pacifique. […]

« Conscients que le virus ne connaît pas de frontières, les signataires ont déclaré qu’aucun pays n’est capable d’y faire face seul, et ont donc appelé à la mise en commun des ressources et des forces au niveau mondial par le biais d’une coopération internationale, de politiques intégrées et d’actions coordonnées.

« Ils reconnaissent les nations, dont la Chine, pour leur attitude ouverte, transparente et responsable dans la publication d’informations épidémiologiques et le partage d’expériences en matière de prévention et de traitement, notamment pour leur aide en matière de fournitures médicales aux pays touchés. […]

« Les signataires se sont également engagés à maintenir une communication étroite en cette période unique, pour donner une impulsion à la lutte contre l’épidémie, en honorant leur rôle politique directeur. »

Le journal Morning Star, affilié au Parti communiste britannique, a utilisé la lettre ouverte comme un tremplin pour faire l’éloge du PCC et de ses alliés russes et cubains – tout en attaquant fermement les États-Unis :

« La Chine, la Russie et Cuba ont été parmi les pays qui ont mené le combat, en envoyant des équipes médicales et de l’aide dans les endroits les plus touchés par la pandémie. […]

« Mais les États-Unis sont accusés d’agir comme une ‘brute du Far West’ en bloquant l’aide médicale essentielle à Cuba et en envoyant des navires de guerre vers le Venezuela.

« Washington a renforcé les sanctions contre l’Iran, pour l’empêcher d’acheter du matériel médical sur le marché mondial, et a déclenché une guerre de propagande anti-Chine que les critiques ont décrite comme un ‘écran de fumée’ pour détourner l’attention des échecs américains. »

L’exploitation par le PCC du mouvement communiste mondial en vue de tirer profit de la pandémie du virus du PCC ne doit pas être minimisée.

Si la plupart des 230 partis sont sans nul doute petits, tous auront une influence importante dans plus de 100 pays qu’ils représentent. Certains sont des partis au pouvoir qui ont tout le poids de leur État derrière eux. D’autres contrôlent les fédérations syndicales locales, les associations de femmes et de jeunes, les universités et les organismes religieux. Tous font partie du plus grand mouvement politique coordonné existant dans le monde aujourd’hui.

L’Occident est déjà en guerre avec le PCC et ses alliés. Leur but est de créer des ravages sociaux, de faire chuter les économies de l’Occident et de réduire les dépenses militaires américaines. Lorsque cela arrivera, le PCC, la Russie, l’Iran et Cuba dirigeront la planète.

Aujourd’hui, nous sommes dans un conflit essentiellement basé sur l’information, avec une partie qui se bat à peine. Si le PCC est autorisé à gagner cette étape de la guerre, l’Occident ne sera pas en mesure de résister à la prochaine étape.

Trevor Loudon est un auteur, cinéaste et conférencier néo-zélandais. Depuis plus de 30 ans, il a mené des recherches sur la gauche radicale, les mouvements marxistes et terroristes et leur influence secrète sur la vie politique.

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de virus du PCC parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé