Le nouvel ordre de «préparation à la guerre» du PCC vise principalement à assurer la stabilité intérieure, selon des spécialistes

15 novembre 2022 Mis à jour: 15 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Après avoir obtenu un troisième mandat à la tête du Parti communiste chinois (PCC) lors du Congrès national, Xi Jinping a ordonné pour la première fois à l’armée du pays de se préparer à la guerre. Cependant, les experts estiment qu’il s’agit avant tout de politique intérieure.

Selon les médias officiels chinois, Xi Jinping a déclaré au Centre de commandement des opérations interarmées de la Commission militaire, le 8 novembre, que l’ensemble de l’armée du PCC devait « concentrer toute son énergie pour faire la guerre, redoubler d’efforts pour faire la guerre et accélérer l’amélioration de sa capacité à gagner pour défendre la souveraineté et la sécurité nationales ».

Il a affirmé que sa visite était destinée à montrer la détermination de sa nouvelle commission militaire à renforcer dans son ensemble la formation et la préparation à la guerre.

Li Zhengxiu, expert militaire à la Taiwan National Policy Foundation, a précisé pour Epoch Times le 9 novembre que la plupart des pays ne révèlent pas délibérément leurs préparatifs militaires.

Selon lui, « Xi Jinping est en réalité très clair sur le fait qu’aucun pays ne prendra l’initiative d’attaquer la Chine à l’heure actuelle, y compris les États-Unis. Par conséquent, il a émis un tel ordre lors de l’inspection de la Commission militaire centrale avec un seul objectif, à savoir ne ménager aucun effort pour maintenir le règne du PCC et sa stabilité en Chine continentale. Son discours n’est pas directement lié aux autres pays ».

Selon M. Li, si Xi Jinping insiste tellement sur la préparation de la guerre, cela ne fait que souligner son orgueil en tant que chef suprême de l’armée du PCC. C’est davantage un avertissement lancé à l’opposition intérieure afin qu’elle ne défie pas son autorité absolue.

Soldats de l’Armée populaire de libération sur la Place Rouge lors d’un défilé militaire pour marquer le 75e anniversaire de la victoire soviétique sur l’Allemagne nazie , à Moscou, le 24 juin 2020. (Pavel Golovikin/AFP via Getty Images)

Hu Ping, rédacteur en chef de Beijing Spring, a commenté le 9 novembre à Epoch Times les propos de Xi Jinping : « Ils sont principalement orientés vers la politique intérieure. Il s’agit de souligner que le pouvoir militaire est entre ses mains. Bien sûr, cela inclut également de prendre en compte la préparation à la guerre actuelle. »

Su Tzu-Yun, chercheur à l’Institute for National Defense and Security Research à Taïwan, s’est également confié à Epoch Times. Il voit dans l’ordre de préparation à la guerre de Xi Jinping « principalement des demandes politiques, car ses paroles ne sont pas allées au-delà de ce qu’il a dit dans le passé, comme la souveraineté et la sécurité nationales. »

« Nous devrions être prudents, mais il n’est pas nécessaire d’y voir trop de choses. »

Possibilité d’envahir Taïwan

Xi Jinping a réaffirmé lors du récent Congrès du Parti qu’il n’excluait pas de recourir à la force militaire contre Taïwan, et a fait ajouter dans la Chartes du Parti qu’il fallait « s’opposer résolument à l’indépendance de Taïwan et la maîtriser » . Depuis, la communauté internationale s’inquiète d’une possible invasion militaire de Taïwan.

M. Li pense que lorsque Xi Jinping annonce être prêt pour la guerre, c’est un bluff : « Car si une guerre à grande échelle éclatait réellement, avec la force et l’expérience actuelles de l’armée du PCC, il serait difficile de rivaliser avec l’armée américaine, qui a une réelle expérience du combat. »

Selon Su Tzu-Yun, le PCC n’est pas susceptible d’entreprendre une action militaire contre Taïwan à court terme « parce que Xi Jinping vient d’entamer son troisième mandat et que, dans un contexte d’instabilité interne, la probabilité d’échec d’une action militaire est très élevée. »

« Cependant, c’est précisément en raison de la grave instabilité interne qu’il met en avant l’invasion de Taïwan, pour unir le PCC », conclut-il.

Ning Haizhong et Luo Ya ont contribué à cet article.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé