Le nombre de premiers propriétaires d’armes augmente alors que les démocrates poussent des politiques de gauche

19 mars 2021 Mis à jour: 19 mars 2021
FONT BFONT SText size

La possession d’une première arme à feu a augmenté aux États-Unis, au cours des derniers mois, alors que les vérifications d’antécédents pour obtenir une arme ont atteint un niveau record.

Selon la National Shooting Sports Foundation (NSSF), pas moins de 8,5 millions de personnes ont acheté leur première arme en 2020. En outre, les données du FBI montrent que le système national instantané de vérification des antécédents criminels (NICS) a traité plus de 4 317 000 demandes de vérification des antécédents pour des achats d’armes à feu en janvier de cette année seulement, soit le plus grand nombre depuis novembre 1998 pour un seul mois.

En février, le NICS a traité plus de 3 442 000 vérifications d’antécédents à l’échelle nationale, parmi lesquelles sept États ont reçu plus de 100 000 demandes. Le total de janvier et de février 2021 est même près du nombre de vérifications d’antécédents effectuées pour l’ensemble de l’année 2000.

En 2020, le NICS a traité près de 40 millions de vérifications d’antécédents pour des achats d’armes à feu, soit une augmentation d’environ 40 % par rapport à 2019, atteignant ainsi un record annuel historique. L’association américaine Concealed Carry (UCCA) a noté que les émeutes de Black Lives Matter (BLM) et la pandémie de virus du PCC (Parti communiste chinois) en 2020 ont incité un grand nombre d’Américains à acheter des armes à feu pour protéger leurs proches et eux-mêmes.

Depuis 1998, le NICS a traité plus de 300 millions de vérifications d’antécédents pour l’achat d’armes à feu, alors qu’approximativement 1,5 million seulement ont été rejetées. Cette base de données est donc considérée comme une référence fiable pour connaître la tendance actuelle des ventes d’armes à feu aux États-Unis.

Chaque mois, le FBI publie une liste de données indiquant le nombre de vérifications d’antécédents pour des achats d’armes à feu traitées par le NICS au cours du mois précédent. La plupart des demandeurs qui entrent dans le système et se soumettent à une vérification d’antécédents sont autorisés à acheter une arme à feu, sauf pour certaines raisons particulières comme un casier judiciaire.

Les données du FBI montrent qu’après l’élection présidentielle américaine de novembre dernier, la tendance un peu plus lente de vérifications d’antécédents a rebondi pour l’achat d’armes. En décembre, ce nombre approchait les 4 millions, dont plus de 135 000 uniquement pour la Californie.

Les politiques de gauche et la hausse de la criminalité ont joué un rôle 

Le deuxième amendement de la Constitution américaine garantit aux Américains le droit de posséder des armes à feu. Pour acheter légalement une arme à feu, tout candidat éligible doit fournir ses informations personnelles, remplir des documents fédéraux de manière véridique et se soumettre à une vérification rigoureuse d’antécédents par le NICS. Ce n’est que lorsqu’une vérification d’antécédents est réussie qu’un vendeur d’armes à feu peut vendre une arme à un acheteur.

Epoch Times s’est entretenu avec des habitants de Californie qui ont réussi à acheter une première arme l’année dernière ou au début de cette année. Ils ont déclaré que les gens croient que la gauche essaie de contrôler ou même d’interdire la possession d’armes à feu. Pendant sa campagne, le président Joe Biden a déclaré qu’il mettrait en place un contrôle des armes à feu, et après avoir pris ses fonctions, il a proposé des restrictions sur les armes, ce qui a incité davantage de personnes à acheter des armes plus rapidement.

Un sexagénaire prénommé Xiao, ayant vécu sous un régime communiste, a déclaré à Epoch Times : « Je suis allé acheter une arme en juin de l’année dernière, mais je n’ai pas pu en obtenir une et j’ai attendu longtemps avant de finalement obtenir ma première arme. Lorsque j’étais dans un pays communiste, nous n’avions aucune liberté, aucune liberté d’expression, et encore moins la possibilité d’acheter une arme. Si les gens avaient des armes, le gouvernement serait mort de peur. Maintenant, que reste-t-il du droit à la liberté du peuple américain ? Si même le droit d’acheter une arme est supprimé, cela ressemble à un pays communiste ».

Une autre personne du sud de la Californie, qui n’a donné que Susan comme prénom, a déclaré à Epoch Times qu’elle venait d’acheter légalement sa première arme en février : « Personne n’aime la violence », a-t-elle déclaré. « Mais maintenant, c’est la gauche qui utilise la politique pour nous traiter violemment. Nous devons être en mesure de nous défendre. Nous achetons des armes légalement. Nous achetons des armes pour nous protéger, nous et nos familles. Nous ne ferons pas de mal aux autres. C’est notre droit constitutionnel. Nous pouvons choisir d’acheter des armes légalement ou de ne pas en acheter, mais le choix devrait être entre nos mains, et non pas être retiré ou manipulé par la gauche. »

Susan a ajouté que beaucoup de ses amis n’avaient jamais pensé à acheter des armes avant l’épidémie de l’année dernière, mais par la suite, alors que les politiques de gauche devenaient « de plus en plus scandaleuses » et commençaient à protéger les prisonniers, tout le monde s’est senti mal à l’aise et a commencé à acheter des armes pour se protéger.

Le gouverneur de la Californie, le démocrate Gavin Newsom, a libéré plus de 8 000 prisonniers, dont des criminels, l’année dernière, en raison de la pandémie du virus PCC, selon le San Francisco Chronicle.

Entre-temps, la Californie a connu une recrudescence de la criminalité en raison de politiques carcérales de plus en plus clémentes, de lois qui ont allégé les peines criminelles et des coupures dans le financement de la police. En moins de deux semaines après Noël, 47 personnes ont été tuées par balle à Los Angeles, selon le Los Angeles Daily News.

Donald Wagner, le commissaire du comté d’Orange, en Californie, a déclaré qu’il n’y a rien de mal à ce que les gens portent légalement des armes à feu pour se protéger et protéger leur famille.

Le contrôle ou l’interdiction des armes à feu ne résoudra pas le problème de la violence armée, car les criminels qui tirent sur les gens ne respecteront aucune loi, tandis que les personnes respectueuses de la loi stockeront et utiliseront leurs armes de manière responsable, a-t-il ajouté.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé