Le New York Times retire discrètement les articles commandités de propagande chinoise

8 août 2020 Mis à jour: 29 janvier 2021
FONT BFONT SText size

Le New York Times a supprimé des centaines de publireportages provenant d’un organe de propagande chinois, après avoir mis fin à ses relations avec des médias d’État, selon The Washington Free Beacon.

China Daily, un journal d’État chinois de langue anglaise, a versé au fil des ans des millions de dollars aux principaux organes de presse américains, dont le Washington Post, le Wall Street Journal et le New York Times, pour publier des suppléments intitulés « China Watch », qui contenaient de la propagande déguisée en informations.

Une porte-parole du New York Times a déclaré au Free Beacon de Washington qu’il avait mis fin à son partenariat avec China Daily« Nous avons pris la décision en début d’année de ne plus accepter de publicités de contenu provenant de médias gérés par l’État, dont le China Daily », a-t-elle déclaré.

Cette décision intervient alors que l’influence chinoise fait l’objet d’une surveillance accrue dans les entreprises américaines et les universités.

Les récents relevés financiers du China Daily remis au ministère de la Justice (DOJ) montrent qu’il a versé plus de 4,6 millions de dollars au Washington Post et près de 6 millions de dollars au Wall Street Journal depuis novembre 2016. Il montre également que le quotidien a versé 50 000 dollars au New York Times en 2018.

Le Washington Post a déclaré à Epoch Times en juin qu’il n’incluait plus aucun publireportage, le dernier encart ayant été publié l’année dernière.

China Daily a été enregistré comme agent étranger en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers de 1983. Cette loi exige des agents étrangers enregistrés qu’ils fournissent au ministère de la Justice des copies de toute leur propagande « circulant entre deux personnes ou plus ». Elle exige également que les personnes enregistrées soumettent au Ministère, deux fois par an, un rapport détaillé des dépenses effectuées aux États-Unis.

En juin, un groupe de législateurs républicains a écrit à la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (Parti démocrate, Californie), pour lui demander de mettre fin à la distribution du China Daily aux bureaux du Congrès. Le représentant Jim Banks (Parti républicain, indépendant), qui a mené l’initiative, a récemment déclaré à Epoch Times qu’aucune réponse n’avait été reçue.

« Nous exigeons que les bureaux étrangers, les bureaux de propagande, s’enregistrent comme agents étrangers aux États-Unis d’Amérique, et pourtant ils apparaissent sur le pas de la porte de nos principaux décideurs en Amérique, nos législateurs. Nous avons ce journal de propagande qui apparaît sur le pas de notre porte », a déclaré M. Banks.

« C’est étonnant pour moi que cela se passe même ainsi. »

Au début de l’année, le ministère des Affaires étrangères a désigné China Daily, ainsi que huit autres médias publics chinois opérant aux États-Unis, comme missions étrangères en raison de leur rôle d’organes de propagande du Parti communiste chinois. Il a également réduit le nombre d’employés chinois autorisés à travailler dans les bureaux américains de ces médias.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé