Le mythe des droits de l’homme aux « caractéristiques chinoises »

11 décembre 2021 Mis à jour: 11 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Le 10 décembre marque la Journée des droits de l’homme, commémorant le jour où, en 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH).

Moins d’un an plus tard, le 1er octobre 1949, le dirigeant communiste chinois Mao Zedong déclarait la création de la République populaire de Chine (RPC).

En 1947, pour préparer la rédaction de la DUDH par la Commission des droits de l’homme des Nations unies, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a mené une enquête internationale sur les origines et les fondements philosophiques des droits de l’homme.

La réaction de la Chine à cette enquête était intitulée « Les droits de l’homme dans la tradition chinoise » et émanait de Lo Chung-Shu, professeur de philosophie à l’Université de Chine occidentale de Chengdu, dans le Sichuan, qui était également consultant spécial pour l’UNESCO.

Lo Chung-Shu a expliqué que la Chine n’avait pas le concept occidental des droits de l’homme tel qu’établi par les constitutions politiques, mais que le peuple chinois revendiquait et jouissait des droits fondamentaux de l’homme basés sur le concept confucéen de « l’obligation mutuelle » pour empêcher la violation des droits de l’individu.

« Au lieu de revendiquer des droits, l’enseignement éthique chinois mettait l’accent sur l’attitude sympathique consistant à considérer tous ses semblables comme ayant les mêmes désirs, et donc les mêmes droits, que ceux dont on aimerait jouir soi-même. »

Lo Chung-Shu a également fait référence au classique chinois, le Livre de l’histoire, pour expliquer le code moral entre l’individu et l’État dans la culture traditionnelle chinoise.

« Le Ciel voit comme notre peuple voit ; le Ciel entend comme notre peuple entend. Le Ciel est compatissant envers le peuple. Ce que le peuple désire, le Ciel se chargera de le réaliser. Le Ciel aime le peuple, et le souverain doit obéir au Ciel. »

Comme le bien-être du peuple dépendait de la bonne volonté des dirigeants, si un empereur ne gouvernait plus pour le bien-être du peuple, ce dernier avait le droit de se révolter, comme en témoignent les changements de dynasties au cours des milliers d’années en Chine.

Les droits de l’homme en Chine et le Falun Gong

Bien qu’il s’agisse de la République populaire de Chine, le « peuple » existe pour servir l’État. L’idéologie communiste nie l’existence de Dieu ou d’êtres surnaturels, dicte que les religions sont des créations humaines et que les droits de l’homme individuels sont une construction occidentale.

Depuis 1949, le Parti communiste chinois (PCC) a fait campagne pour détruire les fondements traditionnels de la culture et des relations sociales chinoises afin d’implanter son idéologie communiste. Après l’impact dévastateur de la révolution culturelle de 1966 à 1976, il y a eu une brève période dans les années 1980 où la Chine semblait s’ouvrir. Les aspects traditionnels de la culture chinoise, tels que le qigong (exercices énergétiques), étaient acceptés et promus par le PCC.

C’est dans ce cadre que le Falun Gong (également appelé Falun Dafa) a été enseigné publiquement pour la première fois en Chine en 1992 par M. Li Hongzhi, et qu’il a été répertorié auprès de l’Association chinoise de recherche sur le qigong, un organisme gouvernemental.

Le Falun Gong est une pratique spirituelle de tradition bouddhiste qui consiste en des exercices de méditation douce et des enseignements moraux centrés sur les principes de vérité, de compassion et de tolérance. Conformément à la culture traditionnelle chinoise, il enseigne la responsabilité personnelle de ses actes et les choix éthiques dans la vie.

Des pratiquants de Falun Gong participent à un événement marquant le 22e anniversaire du début de la persécution du Falun Gong par le régime chinois, à Washington, le 16 juillet 2021. (Samira Bouaou/Epoch Times)

En 1998, une enquête menée par le  PCC a révélé que le Falun Gong était pratiqué par plus de 70 millions de personnes en Chine, améliorant leur santé et permettant au gouvernement d’économiser des millions de yuans chaque année.

Cependant, les partisans de la ligne dure au sein du PCC ne pouvaient tolérer l’adhésion croissante du peuple chinois au Falun Gong, car il enseignait une forme de pensée éthique qui remettait en question la capacité du régime communiste à maintenir le contrôle sur la population chinoise avec la pensée communiste. En juillet 1999, le PCC a commencé sa violente campagne d’éradication du Falun Gong, elle se poursuit aujourd’hui encore.

Essentiellement, le réveil du peuple chinois fait peur au PCC, qui craint d’être renversé par la population, comme ce fut le cas pour les anciens dirigeants corrompus de la Chine. Ce processus de réveil a commencé fin 2004 avec le mouvement social connu en chinois sous le nom de « Tuidang » (Quitter le PCC).

Aujourd’hui, plus de 387 millions de Chinois en Chine et dans le monde ont renoncé à leurs liens avec le PCC et ses organisations affiliées, et ont pris position sur le site Web Tuidang.

Droits de l’homme occidentaux et asiatiques ?

L’idée de droits de l’homme uniques ou « asiatiques » est promue par le PCC et d’autres pays qui cherchent à donner la priorité au contrôle de l’État sur les droits de l’homme individuels.

La conception traditionnelle chinoise des droits de l’homme est liée à la relation du Ciel qui supervise la vie humaine sur terre. Les concepts occidentaux des droits de l’homme sont également liés au Ciel dans les différents enseignements des religions judéo-chrétiennes.

Par essence, les droits de l’homme occidentaux et traditionnels chinois ont le même fondement – le respect et les conseils des royaumes spirituels. De même, les principes de vérité, de compassion et de tolérance (Zhen Shan Ren en chinois) du Falun Dafa se retrouvent au cœur de toutes les religions orthodoxes.

Les personnes de toutes les cultures, qu’elles soient occidentales ou non, subissent des injustices qui demandent à être reconnues et réparées.

C’est le point commun que nous partageons tous. Peu importe qu’une personne soit originaire d’un pays occidental ou d’un pays asiatique ; toutes éprouveront un désir de liberté si elles sont enfermées, ressentiront de la douleur si elles sont torturées, et mourront toutes si elles reçoivent une balle dans la tête.

Les droits de l’homme : formulés par l’homme ou inculqués par Dieu ?

Une doctrine des droits de l’homme dépourvue de fondement divin risque d’être manipulée par des êtres humains préoccupés par leur intérêt personnel.

Si les droits de l’homme sont formulés par des êtres humains, nous entrons alors dans le domaine de la contestation des droits qui sont primordiaux et de ceux qui peuvent être négociés en raison d’autres intérêts, comme le développement et le commerce. Selon certains, c’est déjà le cas actuellement, notamment lorsque des pays prennent des décisions économiques ou d’intérêt national en évitant d’aborder les questions des violations systématiques des droits de la personne en Chine.

Un pratiquant de Falun Gong est assis derrière les barricades lors d’une manifestation dans le centre de Taïwan, le 22 décembre 2009. (Sam Yeh/AFP via Getty Images)

Comme le PCC est franchement hostile au concept de Dieu, il n’est pas surprenant qu’il conteste les droits de l’homme tels que donnés par Dieu. Il est impératif que tous les peuples et nations qui comprennent le fondement des droits de l’homme universels prennent position.

Les pratiquants de Falun Dafa se cultivent selon les principes traditionnels donnés par le Ciel. De ce point de vue, nous considérons les atrocités commises par le PCC à l’encontre de nombre de nos compagnons pratiquants comme une démonstration qui peut montrer aux gens du monde entier ce qui est bon et ce qui est mauvais.

Nous pensons également que le fait de s’exprimer sur ce sujet donne aux gens la possibilité de décider ce qu’ils pensent être bien ou mal et de choisir leur camp.

Le 10 décembre est une journée de réflexion sur ce que le monde est déjà et ce qu’il peut devenir. Il n’est pas nécessaire d’avoir une croyance religieuse ou culturelle particulière pour reconnaître que les êtres humains ont un droit sacré à la vie.

Traiter les autres comme vous aimeriez être traités vous-même reflète le principe d’universalité des droits de la personne — et la réponse universelle requise pour les faire respecter.

John A. Deller est membre du comité de l’association Falun Dafa d’Australie.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé