Le manque de transparence du régime chinois sur l’épidémie de coronavirus ralentit la solution globale, selon un membre du Congrès américain

20 février 2020 Mis à jour: 22 mai 2020
FONT BFONT SText size

Dans un éditorial du Houston Chronical, le député Will Hurd (Républicain-Texas) a critiqué la façon dont le Parti communiste chinois a géré l’épidémie de coronavirus en Chine continentale, affirmant que le secret et le contrôle de l’information qu’il exerce mettent en danger la vie des citoyens chinois et rendent plus difficile pour la communauté mondiale d’arrêter efficacement la propagation du virus.

« Le manque de transparence du régime du Parti communiste chinois (PCC) dans la gestion de l’urgence sanitaire mondiale liée au coronavirus contribue à l’incapacité de la communauté internationale de régler la crise », a déclaré M. Hurd.

« La lutte contre cette crise doit provenir d’un effort mondial, mais l’opacité de la Chine en termes d’informations a entravé les efforts visant à comprendre les origines de cette crise et à en atténuer les effets. »

Will Hurd a réprimandé le régime pour sa réaction lorsque l’épidémie a été rendue publique pour la première fois, car les fonctionnaires ont sous-déclaré le nombre de personnes infectées, ils ont minimisé la gravité de la situation et ont réduit au silence les médecins qui ont tenté d’avertir le public de l’apparition d’une maladie semblable au SRAS.

« Le nombre de cas confirmés en Chine a grimpé en flèche pour atteindre plus de 40 000, et le nombre de décès dans le monde est passé à près de 2 000 », a déclaré M. Hurd. « Les chiffres ont augmenté si rapidement qu’il est difficile de procéder à un décompte précis. Dans sa réponse à cette épidémie, la tendance du régime chinois à taire les informations et à monopoliser la totalité du contrôle des situations, a menacé la vie de ses propres citoyens et mis en danger la sécurité du monde. »

Will Hurd a fait l’éloge de l’intervention des États-Unis face à la crise et de l’évacuation rapide des citoyens américains de Wuhan, ainsi que des précautions mises en place pour la mise en quarantaine des voyageurs. Il a également fait l’éloge des États-Unis pour avoir offert leur aide au régime chinois dès le début de la crise.

« J’ai été le témoin direct des efforts exemplaires déployés par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), le ministère de la Santé et des services sociaux (HHS) et d’autres organismes pour garantir la santé et la sécurité de tous les Américains », a-t-il déclaré.

Will Hurd a répondu à l’accusation de la Chine selon laquelle les États-Unis n’ont pas fait assez ou n’ont pas offert leur assistance pour combattre l’épidémie.

« Les États-Unis ont proposé d’envoyer des experts et des moyens en Chine le 6 janvier, il a fallu plus d’un mois au gouvernement chinois pour autoriser une petite équipe d’experts de l’OMS à entrer dans le pays. »

Le député a en outre souligné le manque d’intégrité du PCC dans le partage des informations sur le virus avec la communauté scientifique mondiale et a insisté sur le fait que cette attitude fait obstacle pour trouver des solutions susceptibles de sauver des vies.

« Ce manque de transparence survient au moment même où les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine publient une lettre insistant sur le fait que la communauté scientifique a besoin de plus de données de séquences et d’échantillons pour mieux comprendre le virus et ses origines. Retarder l’analyse du virus a retardé l’élaboration d’une intervention mondiale efficace. »

Le premier cas de coronavirus aux États-Unis s’est manifesté le 19 janvier 2020, et est depuis passé à 15.

L’Organisation mondiale de la santé a qualifié l’épidémie d’urgence mondiale.

En dehors de la Chine continentale, il y a 447 cas dans 24 pays et huit décès. Les deux décès les plus récents ont été signalés dans un hôpital de la ville de Qom, en Iran. Ces deux patients âgés sont les premiers décès dus au virus au Moyen-Orient. Des décès ont également été signalés aux Philippines, à Taiwan, à Hong Kong, au Japon et en France.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé