Le gouverneur de Floride Ron DeSantis va sanctionner les Big Tech pour pratiques illégales

4 février 2021 Mis à jour: 3 avril 2021
FONT BFONT SText size

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a annoncé les conséquences auxquelles seront confrontées les grandes entreprises technologiques comme Facebook, Twitter et Google si elles violent la vie privée des Floridiens et interfèrent avec l’accès des citoyens aux candidats lors d’une élection.

Le gouverneur républicain a critiqué la manipulation des informations et la censure de certains individus tout en détaillant les sanctions sévères de la nouvelle législation lors d’une conférence de presse du Capitole de Floride mardi.

« Les Floridiens devraient voir la confidentialité de leurs données et de leurs informations personnelles protégée, leur capacité à accéder et à participer à des plateformes en ligne protégée, et leur capacité à participer à des élections sans interférence des grandes entreprises de la technologie protégées », a déclaré M. DeSantis.

Il a ajouté qu’au fil des ans, « ces plateformes ont changé, passant de plateformes neutres qui donnaient aux Américains la liberté de parler à des exécutants de la narrative à défendre. En conséquence, ces plateformes ont joué un rôle de plus en plus décisif dans les élections et ont eu un impact négatif sur les Américains qui sont en désaccord avec la pensée unique favorisée par le cartel des Big Tech ».

DeSantis a fait allusion aux géants de la technologie qui « modèrent » les nouvelles défavorables au président Joe Biden, en interdisant les conservateurs de haut rang, dont le président Donald Trump, sur Twitter et Facebook, et en retirant la plateforme de médias sociaux Parler des serveurs d’Amazon.

« Lorsque 2,8 millions d’Américains ont choisi de télécharger l’application Parler et de partager des informations avec leurs amis, leur famille et leurs collègues, quel en a été le résultat ? Elle a été annulée par Amazon, Google et Apple », a déclaré M. DeSantis.

M. DeSantis a appelé à un débat ouvert et solide sur les questions qui touchent les Américains plutôt qu’à la censure pure et simple à laquelle se livrent actuellement les grandes entreprises technologiques. Le gouverneur a déclaré que les entreprises discriminent les citoyens lorsqu’elles modifient leurs règles à leur guise, sans avertissement ni cohérence.

Selon la nouvelle mesure du parlement de Floride, les entreprises technologiques qui retirent de la plateforme un candidat lors d’une élection devront payer une amende quotidienne de 100 000 dollars jusqu’à ce que l’accès du candidat à la plateforme soit rétabli.

Si une entreprise technologique fait la promotion d’un candidat contre un autre, la valeur de cette promotion gratuite doit être comptabilisée comme une contribution à la campagne politique, conformément aux dispositions de la Commission électorale de Floride.

Le projet de loi habilitera également le procureur général de Floride à engager des poursuites contre les grandes entreprises technologiques en vertu de la loi de Floride sur les pratiques commerciales déloyales et trompeuses si elles enfreignent les nouvelles politiques énoncées dans le projet de loi.

Les sociétés de technologie devront informer les utilisateurs à l’avance d’un changement de règle et avant de fermer un compte, et appliquer la règle de manière cohérente.

« Enfin, si une entreprise technologique utilise son contenu et ses algorithmes liés aux utilisateurs pour supprimer ou hiérarchiser l’accès à tout contenu lié à un candidat ou à une cause politique sur le bulletin de vote, cette entreprise sera également confrontée à des amendes quotidiennes », a ajouté le gouverneur républicain.

Le président de la Chambre des représentants de Floride, Chris Sprowls, a déclaré : « Avec notre proposition, nous allons mettre en lumière ce que j’appelle les cinq familles des ténèbres : Facebook, Twitter, Google, Amazon et Apple », ajoutant : « Ces acteurs ne seront plus incontrôlables ici en Floride. »

« Ils ont accès à des informations privées et ont la possibilité d’exercer un contrôle sur la liberté d’expression des individus », a déclaré M. Sprowls. « Nous repoussons les barrières pour enfin faire appel à leurs normes alambiquées et incohérentes de censure, d’interdiction et de suppression de leur plateforme. »

Twitter, Facebook et Google n’ont pas souhaité répondre à une demande de commentaires.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé